Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 22:57

cirque-invisible.jpgVictoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée offrent deux heures de pur bonheur. Rire et poésie au menu d'un bout à l'autre. Jamais vu un spectacle aussi rafraichissant. Aucune ombre au tableau.

 

On accroche dès la première minute.

 

On est bluffé jusqu'à la dernière seconde : chaque retour sur scène pendant les applaudissements, aussi longs que mérités, est prétexte à un nouveau gag, un nouveau clin d'oeil, un brin de poésie. Quelle générosité !

 

Quelle énergie ces deux-là, quelle inventivité, décalés comme j'aime.

 

Le magicien Thierrée est une sorte de professeur nimbus de la magie. Il nous entraîne dans un espace ailleurs, un rêve. Ses valises ont quelque chose de James Bond par leur richesse et du tapis volant par leur capacité à nous faire planer ailleurs.

 

Que dire de Victoria Chaplin ? Funambule est la seule étiquette qu'elle pourrait porter pendant une petite partie du spectacle. Mais le reste, c'est quoi ? Du rêve matérialisé et mouvant ? Comment nommer ses transformations et les scènes jouées en se déguisant en  .... créatures diverses et variées ! Ou en instrument de musique !

 

Ces deux là vivent ensemble depuis 1969 : quel monde partage-t-il ? Bien sûr on ne peut pas extrapoler à partir de ce qu'on voit sur scène. Mais une telle imagination, un tel débordement d'idées, une telle poésie, doivent quand même être perceptibles dans la vie de tous les jours.

 

On imagine aussi le travail qu'il y a derrière cela. Travail de recherche pour toutes ces trouvailles. Travail physique pour Victoria Chaplin pour être capable de telles performances.

 

Et toujours le bon dosage dans la durée. Ce qui est présenté ne l'est que pendant le temps où çà "fonctionne". Si çà ne peut pas "fonctionner" longtemps, si cela doit être très bref, compte tenu du ressort poétique ou comique,  c'est très bref ... malgré le travail que cela a demandé.Un fossé par rapport à cet autre type de magicien qui font un numéro toutes les 1/2 heures après avoir amusé le public pendant 29 minutes avec des minettes plus ou moins habillées, de la musique et de la fumée ... !

 

A Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée, on a envie de crier bravo et peut-être plus encore merci. Merci pour ces deux heures dans un bien sympathique monde de rêves.

 

 

 

 

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 05:41

Rocio Molina

LE plus beau spectacle que j'ai vu à Lyon depuis huit ans ... après Sylvie Guillem.

 

Avec, il est vrai, un goût très affirmé pour le flamenco. Mais pas que !

 

Ce spectacle c'est 1+1 fait bien plus que 2 ! Un flamenco enrichi d'apports contemporains au delà de la simple addition.

 

Je lis dans la brochure de la Maison de la Danse que Rocio Molina a été sacrée en 2008 à 28 ans meilleure interprète de flamenco. Ce n'est pas surprenant tant elle excelle dans cet art.

Par contre je lis qu'elle a appris auprès de Maria Pagès, également pionnère du flamenco contemporain. Et là je me dis l'élève a franchement dépassé le maître. Nous avions été moyennement séduits par Maria Pagès à Fourvière

 

Ce spectacle de Rocio Molina est excellent de la première minute à la dernière après laquelle la standing ovation s'impose.

 

L'inventivité est là dès la première scène avec un flamenco dansé sur une suface en métal, avec des sonorités et des résonnances nouvelles.

 

On retrouve cette inventivité aussi dans un passage où Rocio danse dans un creux d'une quarantaine de centimètres de côté pour une dizaine de centimètres de profondeur et peut alors jouer avec les parois de son nouveau terrain.

 

Et comment pouvait-on imaginer de danser du flamenco pieds nus ET assis sur un tabouret tournant. Pourtant elle l'ose et le réussit parfaitement.

 

C'est sublîme. Elle nous offre aussi des passages plus traditionnels tout en restant inventifs.

 

Décor, lumières, vidéos : ni trop ni trop peu.

 

L'accompagnement de la danseuse est à la hauteur. Palmas excellentes, si je peux l'exprimer ainsi. Deux guitaristes au top. Deux chanteuses très complémentaires. Chacune avec leur charme. L'une à la voix claire, belle mais puissante et présente : l'autre à la voix plus flamenca, "rauque", expressive dans le registre attendu.

 

Quand en plus le public permet d'en profiter sans papoter, consulter son smartphone ou faire la fine bouche à la fin c'est une soirée parfaite !

 

 

 

Pendant qu'on y est, d'autres versions du talent de Rocio Molina

 

 

 

Un truc exotique où les japonais font danser Rocio au son du métronome ...

 

 

Pour le plaisir de la guitare :

 

 

Et, enfin, enregistré en 2010, un extrait du spectacle Cuando Las Piedras Vuelen, où se joue un flamenco encore assez traditionnel et qui fait la part belle aux deux guitaristes ... qui le méritent bien !

 

 

 

 

Repost 0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 09:21

seal.jpg

 Seal est l'un de ces quelques gars que je voulais voir sur scène depuis un moment.

 

A l'Amphithéatre ? Tant pis !

 

Jain en première partie. Une petite jeune qui passe bien. Une présence sympa. Une belle voix. Elle compose et écrit ses textes ... en anglais. Le bon choix ? Je la verrais bien se concentrer sur le chant en continuant à s'accompagner de sa guitare mais peut-être d'autres compositeurs, des textes en français ?

 

 

Seal !

 

Ce mec dégage quelque chose. Plein de choses. De l'énergie. De la générosité. De la présence.

 

Ajoutons une belle voix. Des choix artistiques sinon vraiment originaux, du moins bien à lui.

 

Quand je vois le faible engouement parmi les potes, je me dis que je dois zapper un peu facilement un côté peut-être trop charmeur, un côté un peu Julio à sa façon parfois. Probablement trouve-t-on son regsitre trop facile, trop "pour tout le monde" ? D'ailleurs le public d'hier était vraiment très divers en âge et en allure.

 

Seal2

 

Une chose est sûre : j'aime bien écouter ses CD. Et je n'ai pas été déçu par sa présence sur scène !

 

Une entrée sur scène bien pêchue. Une ambiance vite établie avec la bonne vieille recette d'un petit tour dans la salle.

 

Puis il interpelle le public style "vous êtes bien sages, bien habillés, vous vous tenez très bien dans vos fauteuils mais je pense que vous allez bouger ..."

 

 

Un ou deux titres plus loin nous sommes quelques dizaines à descendre pour nous improviser une fosse et pouvoir nous bouger un peu.

Seal4

 

Le concert se déroule ainsi. Vraiment cool. Un petit coup d'accompagnement à la guitare sèche.

 

Seal6

 

Fin de concert. Seal présente sa "family", ses musicos. Puis remercie Jain pour avoir fait sa première partie (pas si fréquent qu'un artiste évoque sa première partie. Surtout avec une telle différence de notoriété ...)

 

Seal7

 

Y a plus qu'à reprendre la voiture. Une bien belle soirée !

 

 

Seal8

 

 

Allez, une petite sélection!

(prélevée sur Youtube. En concert je fais quelques rapides photos avec l'Iphone pour le souvenir mais je ne me vois pas écouter un titre en ayant l'oeil sur un écran de smartphone ...)

 

L'indémodable Crazy (si ce n'est le look de Seal ...)

 

 

Le superbe Kiss from a rose :

 

 

Le titre que j'adore (et qui m'a fait quitté mon siège comme bien d'autres ; pas tant que çà d'ailleurs ...) : My vision

 

 

 

Nous n'avons pas eu droit hier à sa superbe reprise de Stand by me dont vous avez peut-être déjà vu cette version king size, très belle !

 

 

 

 

Photos : celle qui est en vignette a été piochée sur Google Images (c'est l'image généreuse de Seal, celle qui me paraît coller au gusse) ; les autres ont été prises hier par mes soins .... avec la qualité de l'Iphone.

Repost 0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 00:12

NTH8.jpg

Le théatre le plus proche de mon domicile et un théatre où je n'étais jamais allé !

 

Et puis une proposition à laquelle j'avais vraiment envie de répondre positivement.

 

Alors je regarde l'agenda : le spectacle est joué les 8, 9 et 10 Novembre.

 

Le 9 j'avais réservé SEAL de longue date.

Le 10 je n'avais trouvé d'autre date pour un spectacle de flamenco prometteur à la Maison de la Danse.

Donc va pour le 8, qui se trouve donc être le point de départ d'un trio très différent !!!

 

Cette première étape se décompose elle-même en trois parties.

 

La première est basée sur un très beau texte de Suzanne Lebeau, Le grillon. Wikipedia dit de S.LEBEAU "dramaturge pour enfants". Euhhh, "Le grillon" ne me parait pas vraiment être pour enfant. Où alors s'assurer qu'il est en dessous de l'âge pour comprendre !

Ce qu'en dit le site de NTH8 me va bien : "C'est un drame à petite échelle, notre histoire à tous, celle d'une cassure net et intense qui se produit dans un univers si secret que son avènement, écrasé par le bruit des existences à venir, ne franchira pas la limite qui sépare l'enfant du monde des adultes, mais que l'enfant emportera avec lui dans sa vie d'adulte." 

Même si je ne suis pas si sûr que ce soit notre histoire à tous.

 

Texte très bien interprété, décor, lumières très bien. Un accompagnement musical par une harpe et une guitare réhausse le texte, l'enrobe, le souligne.  Vraiment très beau. 

 

La deuxième étape c'est de la musique électronique pour 8 canaux. Une composition de Jérôme Bertholon. Expérience musicale. Moment de rêve, d'entre deux. Dans une salle aux lumières éteintes. (sauf un fucking bloc de secours : ah les normes, la sécurité ....). Très agréable.

J'avais très peu de repères en la matière depuis Pierre Henry (celui de Messe pour le temps présent).

(Mais c'est seulement mon seul "repère". Je ne ferai pas de lien qui n'existe peut-être pas entre ces types de musique)

 

Et enfin B.D.A Où LE MYTHE INVERSÉ de (et interprété par) Douce Mirabaud. "C'est le système neuronal d'une ville où l'artère m'a conduite à une application manuscrite.  C'est la traversée physique d'un rêve éveillé confronté à la matière brute de la réalité. Le langage s'affirme en écho à la mémoire sensorielle. De cette vision chaotique de l'absurde, correspond à mon sens l'utilisation de néologismes et d'expressions réinventées."

 

Une sacrée énergie dans ce jeu au service d'un texte lui-même plein d'énergie. L'ensemble "servi" par une batterie sur scène.

 

Au final un vraiment bon spectacle et deux conclusions pour ce qui me concerne :

- décidément l'ensemble "texte en solo + accompagnement par un ou deux musiciens" est une formule très forte et très agréable. Je l'avais découverte avec le Tigre bleu de l'Euphrate et referai volontiers cette expérience.

- le NTH8 est un lieu bien sympa. Une petite scène où la proximité est là et c'est super.

 

 

  PS : Messe pour le temps présent c'était notamment le Psyché Rock (finalement peu révélateur de l'album ! et rien à voir avec ce qui est proposé au NHT8)

 

 


 

 

PS 2 : je suis tombé sur cela par hasard dans la suite du surf Youtube sur Pierre Henry et je ne sais pas résister à Sylvie Guillem !

 

Repost 0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 12:41

life martin parr

Les expos photos ne sont pas légion (peut-être ne suis-je pas assez curieux pour pousser la porte des galeries ?).

 

La Bibiliothèque Municipale de Lyon offre régulièrement ce plaisir (et bien d'autres d'ailleurs).

 

Plaisir multiple. Gratuit. Et avec très peu de monde malgré la fréquentation de la bibliothèque elle-même ...

 

En ce moment c'est Martin Parr qui est à l'honneur, comme il l'était il y a quelques mois dans le cadre de la revue de Reporter sans frontières.

 

Les photos qu'il propose ? Vous en aurez un aperçu sur le site de la BM.

 

Expo à la BM de Lyon

 

Et plus généralement sur le Site de Martin Parr (page des photos récentes)

 

Plutôt que de reproduire ses photos, j'ai préféré reprendre ses déclarations, reprises sur les murs de l'expo. 

 

 

MartinParrl1

 

  Celle ci dessus me plaît vraiment bien. Il y a un équilibre très délicat à trouver lorsqu'on photographie, filme, écrit des sketches sur ce registre. du "populaire". Martin Parr l'exprime très bien. 

 

 

 

MartinParrl4

 

 

Dans cette deuxième "déclaration" j'aime la dualité visible / invisible : "si vous voulez le voir, vous le voyez".

 

Le "il se passe des tas de choses" illiustre bien cette expo et le travail de Martin Parr en général. En rentrant dans l'expo je m'attendais à voir mises en relief nos mille et une petites habitudes sur la plage.

Ce qui est bluffant, c'est que cela va bien au delà.

Typiquement la photo qui m'a plu le plus c'est cette photo d'une plage en Chine, avec des adultes équipés de bouée, qui sont des chambres à air. Une photo, simplement.

 

 

MartinParrl3

 

  Enfin j'aime bien cette humilité et cette volonté de parler au plus grand nombre. Simplement pour dire.

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 14:36

decoufle-panorama.jpg

J'ai pris pour habitude d'écrire ici sur les spectacles vus. Cela me "sert" à m'amener à "creuser" au moins, cela me permet de partager parfois.

 

Aimant fondamentalement le spectacle vivant, je suis normalement "bon public" et n'ai vraiment critiqué sans nuance que Pietragalla (sans regret !).

 

Avec ce que propose Decouflé c'est plutôt "ni pour ni contre bien au contraire".

 

Par construction c'est un amalgame, une juxtaposition. Déjà un handicap.

 

A la base je ne gardais pas un bon souvenir de Decouflé sur la base de son évènement le plus médiatisé (l'ouverture des JO).

 

Dans les faits j'ai passé une agréable soirée mais ni émotion, ni incitation à la réflexion, ni admiration devant une technique qui en elle-même susciterait l'intérêt.

 

En plus il faut dire que l'Amphithéatre de Lyon n'est pas vraiment une salle qui met dans un état d'esprit propice à se laisser aller à la rêverie ...

 

Il reste une belle technique de la part des danseurs et quelque chose de distrayant et d'honnête dans la proposition. C'est déjà bien !

 

 

 

Repost 0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 19:01

arthurH.jpgJe retiens la photo d'Arthur H pour cet article car c'est bien cet artiste qui m'a amené quelque chose hier.

 

Hypnotic Brass Ensemble c'est très sympa, c'est réussi. Mais c'était effectivement en de telles circonstances une bonne première partie.

 

Dans la série "je vais dans la foule", ils étaient sur un registre original.

 

Après l'extraordinaire saut dans la foule d'Iggy Pop, et la soirée Ayo + Winston, c'était un autre genre d'insertion dans le public.

 

D'abord c'est la première fois que je vois la "sécurité" laisser l'artiste se balader seul dans le public.

 

Le chanteur est monté sur l'estrade destinée aux personnes handicapées, parfois lourdement. Bien sûr c'était une estrade pratique pour lui. Mais la petite tape dans le dos ou main posée sur l'épaule de chacun d'entre sonnait bien juste.

 

De la même façon ils avaient commencé par saluer d'une tape dans la main tout le premier rang, salut qui passait tout aussi bien.

 

Ajoutons que leur musique est agréable dans ce contexte ; bonne intro pour cette soirée !

 

 

 

Ah, si, encore une chose à propos d'eux : c'est aussi la première fois que je vois les artistes sur scène porter leur laisser-passer autour du cou. Ils ne faisaient peut-être pas "Nuits de Fourvière" ...

 

Deuxième partie : Arthur H

 

J'ai beaucoup apprécié le chanteur et le personnage. Notamment ce beau poème, que mes voisines de droite ont bien eu du mal à apprécier. Mortes de rire. Que cela les fasse rire, pourquoi pas mais comment se comporter ainsi dans un spectacle ... je ne comprendrai jamais.

 

 

 

NuitsFourviere1000D13

 

 

Troisième partie : Les Brigitte.

A vrai dire, même pas envie d'écrire à leur propos. Ce n'est tout simplement pas le genre de musique que j'ai envie d'entendre. Ni pour ni contre, bien au contraire !

 

Cette soirée c'était la soirée "Eclat final" des Nuits de Fourvière. Les "Nuits" c'est toujours une belle période de l'été. Certes je les maudis régulièrement pour le public vraiment non respectueux des voisins et des artistes. Mais la programmation est vraiment très bien et ce sont toujours de belles images plein la tête en plus du son.

 

Voir les Alpes au loin et se dire qu'on se promenait là-haut la veille.

 

NuitsFourviere1000D12

 

Regarder la lune commencer son parcours. Voir la nuit tomber sur Lyon.

 

 

NuitsFourviere1000D14

 

Sentir ce théatre continuer à vibrer des siècles plus tard.

 

 

NuitsFourviere1000D6

 

Prendre un pot alors que la musique résonne à proximité.

 

NuitsFourviere1000D16

 

 

Voir les divas modernes faire concurrence à la vierge perchée quelques dizaines de mètres plus haut ou les bungalows techniques faire écho à cette horrible basilique.

 

NuitsFourviere1000D15

 

 

Prendre plaisir à traverser Lyon au retour à la nuit tombée.

 

NuitsFourviere1000D18

 

 

Au delà du son, le plaisir des sens.

 

 

NuitsFourviere1000D11

 

 

 

Repost 0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 17:40

ayoAyo en vignette parce qu'on voit assez Winston.

 

Cette photo pour son aspect ferroviaire qui me plait bien.

 

Excellente soirée avec ces deux artistes qui forment un ensemble de programmation homogène.

 

Je ne connaissais pratiquement pas Ayo. Un nom et je suppose que j'avais déjà dû entendre un ou deux titres.

 

Un début presque jazzy. Je me disais alors "Bien pour le salon ou une petite salle mais ici ??". Puis passage sur un autre registre et là je découvre une très bonne artiste de scène, très chaleureuse.

 

Quelques minutes avant la fin, elle dit réaliser qu'elle n'a plus que 4 mn. Que faire ? Elle descend alors dans la fosse et parcourt les gradins. Un moment bien sympa.

 

NuitsFourviere1000D1

 

NuitsFourviere1000D21

 

Ce ne sera plus par hasard si j'écoute et/ou voit Ayo !

 

Parce qu'en fait c'était pour Charlie Winston que j'étais là et avais réservé très tôt !

 

J'aimais beaucoup son album "Like a hobo". J'ai un peu moins aimé le suivant. Vu et revu un DVD de lui en concert.

A Fourvière il était à la hauteur !

 

Un bon mélange de pro et de fantasque très maîtrisé. Ses orchestrations un peu brouillonnes ne sont pas un obstacle pour l'apprécier sur scène et il y a quand même de sacrément grands moments dans un tel concert. Bien sûr "Like a hobo" mais aussi "Génération spent" et cette superbe intro !

 

 

 

Le moment le plus géant a probablement a été l'interprétation de "In your hands"

 

 

 

  Titre qui suscite l'adhésion d'un public bien sûr. Et ... Winston s'est lui aussi offert (et/ou nous a offert) ce titre en itinérant dans le théatre. Cool pour l'ambiance !

 

NuitsFourviere1000D7

 

En voyant cette photo, je suis surpris par ce que l'on renvoit à l'artiste avec nos appareils photos brandis ... Le referai-je ainsi ? Peut-être, peut-être pas ...

 

 

NuitsFourviere1000D8

 

Une fin de concert digne des Nuits avec un très beau lancer de coussins ! S'il est quasiment toujours de rigueur, l'énergie du public et les réactions des artistes sont toujours différentes et en font toujours un moment clé !

 

 

NuitsFourviere1000D9

 

On finit en musique ?

 

 

 

Repost 0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 23:13

holy-motors.jpg"De l'aube à la nuit, quelques heures dans l'existence de Monsieur Oscar, un être qui voyage de vie en vie. Tour à tour grand patron, meurtrier, mendiante, créature monstrueuse, père de famille... M. Oscar semble jouer des rôles, plongeant en chacun tout entier - mais où sont les caméras ? Il est seul, uniquement accompagné de Céline, longue dame blonde aux commandes de l'immense machine qui le transporte dans Paris et autour. Tel un tueur consciencieux allant de gage en gage. À la poursuite de la beauté du geste. Du moteur de l'action. Des femmes et des fantômes de sa vie. Mais où est sa maison, sa famille, son repos ?"  (sur Allociné)

 

Je ne savais même pas cela en allant voir le film. Simplement Léos Carax - Denis Lavant - 9 rôles. C'est amplement suffisant pour signer !

 

Léos Carax : c'est "Les amants du Pont Neuf"

 

 

 

 

 

Une fable extraordinaire, bouleversante. J'avais adoré. Et déjà été bluffé par Denis Lavant.

 

Quelques années plus tard, en 2006, nous l'avons du dans "Le Capitaine William Burroughs surpris en possession du chant." au théatre de la Croix Rousse. Je me souviens notamment d'un monologue extraordinaire de l'ordre de 45 minutes. Denis Lavant nous emmenait complètement dans son personnage. Superbe.

 

Il y a eu aussi au crédit de Carax / Lavant, je suis à court de superlatifs !, ce film remarquable, en trois temps : Tokyo

 

 

Au titre des surprises avec Holy motors il y a le fait de retrouver ce personnage "monstrueux".

 

 

 

 

Holy motors. Cest quoi ? J'ai lu des choses sur les liens avec le cinéma lui-même. Bien sûr. Mais je ne suis pas assez cinéphile pour les voir.

 

Par contre je suis assez superficiel pour me laisser emporter à la surface de ce film, par son courant.

 

Ces moments ces regards. Le personnage de Céline, la conductrice de la limousine. Complice, gardienne, protectrice. L'épisode anodin où le père raccompagne sa fille à la sortie d'une soirée. Oh là pas de sang mais quels dialogues durs. Pas le début d'un mot vulgaire, rien d'immoral mais cependant "à interdire aux moins de 18 ans" ! Des moments presque drôles comme la scène du tapis roulant. Du fantastique 100%. De l'émotion qui déborde. Une touche façon comédie musicale .... sans le happy end. Un regard sur la beauté.

Etc etc.

De la poésie.

 

Mais Denis Lavant le dit bien sûr bien mieux que moi. Quel meilleur "vendeur" trouver ! Et quel sacré gusse ce doit être. Passionnant à n'en pas douter.

 


Rencontre(s) avec Denis Lavant, Une oeuvre... par gncr

 

 

Terminons par un petit flash back sur Tokyo. Un truc déjanté 100% créatif comme j'aime aussi.

 


Hymn to Merde par Leos Carax par VMA-ARTMEDIA

Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 23:37

maria-pages.jpg

J'adore le flamenco.

 

J'attendais ce spectacle avec impatience.

 

J'ai été déçu.

 

Pourquoi ?

 

Une affaire de goût ou une affaire de démarche ?

 

Une affaire de goût probablement. Le flamenco de Maria Pages n'est peut-être pas, à la base celui que je préfère.

 

Mais une affaire de démarche probablement aussi.

 

C'est davantage un spectacle de danse contemporaine qu'un spectacle de flamenco. C'est l'architecture d'un tel spectacle avec la musique, les participants, le chant, les gestes du flamenco.

J'aime beaucoup la danse contemporaine, j'aurais donc dû apprécier. D'autant que cette dimension là est plutôt réussie avec notamment un décor et des lumières aussi simples que réussis.

 

Ce qui ne fonctionne pas me concernant c'est que ce spectacle nous renvoie évidemment en permanence au flamenco mais je n'y ai pas retrouvé ce qui me paraît être l'âme du flamenco. La danse est très bien réglée, tirée au cordeau, les danseurs plutôt de bon niveau, notamment les danseuses. Mais il n'y a plus grand chose de cette couleur défi, fierté, postures, douleur, en un mot charme du flamenco.

 

Et comme je n'ai pas trouvé d'autre charme à ce spectacle j'ai davantage vu ce qui n'y était pas que le reste.

 

Dommage car la démarche paraît sincère et l'artiste, engagée. Mais je préfère mille fois la saveur du flamenco de la petite association lyonnaise ou celle d'un danseur sur les trottoirs de Barcelone.

 

 

 

 


Utopía - María Pagés par NuitsdeFourviere

 

 

 

J'en profite pour mettre cet extrait d'un autre spectacle qui me paraît avoir davantage d''âme. La couleur du flamenco toujours mais quelque chose qui habite le spectacle (semble-t-il d'après l'extrait).

 

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche