Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 04:56

indian HIGHWAYUn moment que je n'avais pas pris le temps d'aller à une expo ... et un très bon moment !

 

Rassembler des oeuvres "représentatives" d'un pays comme l'Inde cela donne de fait un grand catalogue dans lequel puiser et finalement une expo très riche avec une grande diversité.

 

Diversité sur la nature des oeuvres avec des peintures, sculptures, vidéos, photos, installations.  Notamment voir la photo intégrée à une telle manifestation est intéressant. Elle a trop peu souvent sa place en de tels endroits. Et il y a là des choses très intéressantes que ce soit une sorte de galerie de portraits en noir et blanc ou une visite d'un frigo en couleur !

 

Je suis fan de photo, moins de sculptures. Un peu bluffé par ce camion / bus en rondelles inox. A la fois une belle oeuvre et quelque chose qui me fait aussi penser aux fameuses maquettes en allumettes ....

 

Pour le reste un univers très créatif. Il nous rapproche parfois avec bonheur de son pays d'origine : une superbe oeuvre avec des vidéos simultanées dans des boîtes suspendues qui nous donne l'impression de plonger dans une ville bruyante et grouillante de vie. La ville maquette en creux qui lui face dans le musée est également sympa. Pour en citer deux dernières parlons d'un montage très olfactif avec des centaines (milliers ?) de bâton d'encens ou, juste à côté une oeuvre très touchante qui cherche à investir les coins, les angles. Allez, en revoyons la vidéo ci-dessous j'ai envie de citer la grande fresque avec de petites silhouettes : un bijou !

 

En voyant la dite vidéo, je me dis que j'ai bien fait de ne pas aller au vernissage (ou alors prévoir d'office d'y retourner un autre jour) : cela fait quand même beaucoup de monde pour apprécier la visite !!

 

Dans les murs en même temps, au troisième, Pascale Martine Tayou : mon point de vue ? Inutile de monter au troisième ... 

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 06:01

Dark-Matters-590x393Longtemps que je n'étais pas allé au Toboggan à Décines.

 

Envie de sortir cette semaine. Un coup d'oeil sur la programmation de mes salles préférées : le théatre des Ateliers, la Maison de la Danse. Oui, bon çà pourrait se faire mais pas le coup de foudre. Tiens, et le Toboggan ? Et là je tombe sur la vidéo de présentation de Dark matters. Il me faut des places !!! çà doit être déjà tout réservé !!! Et non c'est bon, nous trouvons deux places ... et très bien placés !

 

Deux jours d'attente très enthousiastes. Avec toutefois une volonté de ne pas trop m'emballer. Parfois on place la barre inutilement haut en terme d'attente et on est inutilement déçu.

 

Arrivée au Toboggan. Tiens, bizarre la salle est à peine remplie à la moitié.

 

Le spectacle commence ... et tous les doutes s'envolent tout de suite !!! C'est vraiment superbe.

 

Deux parties. Une première partie dans laquelle le pantin est physiquement présent comme sur la photo qui accompagne ce texte. Une seconde partie purement danse.

 

La première partie est vraiment top. L'animation de ce pantin est très réussie. Ceux qui donnent vie au pantin sont visibles comme il le faut, selon les scènes présents ou ne captant pas notre attention (l'éclairage, la mise en scène sont très efficaces pour obtenir ce résultat). Les échanges entre l'humain et le pantin ont toutes les dimensions : tendresse, colère et même clin d'oeil aux conbats type Matrix ! Le danseur est extraordinaire tant en première partie dans ses échanges avec le pantin qu'en deuxième partie dans cette chorégraphie qui l'amène souvent à reproduire la gestuelle d'un pantin.

 

La fin de la première partie annonce une bascule avec la "démolition du décor". Entracte 20 minutes. Un peu de crainte sur le fait que la 2° partie apparaisse comme décevante après cette création très originale. Et non, ce ne sera pas le cas (même s'il y a quelques longueurs, très acceptables).

 

 Le thème est très riche et permet beaucoup de variations de ton et cette création sait bien passer d'un registre à l'autre.

Un travail considérable doit être à l'origine de cette reproduction par les danseurs des déplacements d'un pantin ! Tant dans l'analyse que dans la capacité à reproduire. Et tout cela sert remarquablement le propos sans que la technique ne vienne noyer le sens.

 

L'un des meilleurs spectacles que nous ayons vus !

 

Nota : ce n'est pas tout à fait un hasard si c'est au Toboggan que nous nous sommes ainsi réjouis : cette salle a une excellente programmation !

Un tel spectacle ne remplit qu'une demie salle : probablement les lyonnais ne sont-ils pas très enclins à sortir au spectacle à Décines ... Ils ont tort. Nous n'avons été déçus qu'une fois au Toboggan et c'était dans le cadre de la très lyonnaise biennale de la danse ...

 

Repost 0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 05:56

FAr Enfin de la danse !! Très beau spectacle.que celui de Sidi Larbi Cherkoui vu précédemment ... mais qui laisse une furieuse envie de voir une autre danse, celle que j'aime particulièrement, qui n'oublie ni qu'il s'agit de danse (et pas de mime ou de théatre) ni qu'on est en 2011 (et qu'on aspire à autre chose que de la danse (trop) classique).

 

Far a complètement répondu à cette attente.

 

Un décor simple et complexe à la fois, une belle musique : le cadre est favorable.

 

La première scène donne le ton : les danseurs vont pouvoir déployer leur technique. Deux minutes on craint que cela ne soit trop classique dans la chorégraphie ; çà le reste un peu mais me convient bien comme cela. J'ai lu quelque part qu'on parlait de néoclassique à propos du style de Wayne Mc Gregor ?

 

Restent la beauté, le charme, la magie ... et le reflet des interrogations, craintes, espoirs avec ce langage si particulier de la danse. Je connais peu ce langage mais il me "parle". C'est un peu comme le langage des signes. Je ne connais ni l'un ni l'autre mais je suis à l'écoute lorque je reçois ces signes du corps ou des mains. Ils parlent autrement mais parlent merveilleusement. Sans être capable de décoder, le sens précis ne passe pas mais on perçoit des sentiments. Un peu comme quand on écoute de la musique les yeux fermés : l'attention est disponible autrement et permet de capter autre chose.

 

 Pour en revenir à Far, une belle pièce avec beaucoup de sensibilité bien servie par une superbe technique des danseurs. Un très bon moment donc !

 

 

 

 

 

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 05:12

tdm3-copie-1Sur la pièce je n'écrirai rien...  Complètement HS ce soir là j'ai eu bien du mal à suivre, avouons-le !

 

A quoi bon aller au théatre lorsqu'on est HS ? surtout lorsqu'on a acheté son billet le jour même en toute connaissance de cause ?

 

Pour se bouger les neurones. Pour se secouer les puces. Pour éviter de s'endormir "intellectuellement". Pour éviter de s'enliser dans le fameux métro-boulot-dodo.

 

Et pourquoi TDM3 ? Parce qu'aux Ateliers je suis sûr de toujours passer un bon moment ! En cherchant l'image qui illustre cet article je suis tombé sur une critique assez dure de cette pièce en ce lieu. Possible qu'elle le "mérite". Mais critiques et autres essayeurs de moto, de bateau ou que sais-je ont un point commun : ils sont habitués au meilleur et ne recherchent pas le plaisir en testant. Cette critique de théatre me fait penser à un essai de voilier dans lequel on critiquait le poids de ... la porte du frigo !! Quand j'ai passé une bonne journée de voile et prépare le repas avec la famille ou les potes, je ne le sens même pas le poids de la porte du frigo ! Ou ces essais de moto où on parle de l'accessibilité de la commande de la radio. Et même lorsqu'on parle de la stabilité de la moto à 180 dans les grandes courbes j'ai envie de dire "et alors ! tu la connais ta moto et tu fais attention dans ces circonstances "extrèmes"".

 

Alors pour en revenir au théatre ce soir là, c'est un peu pareil. Une telle soirée aux Ateliers c'est retrouver le plaisir d'un théatre où la proximité est réelle, où le plaisir des acteurs et de ceux qui les entourent dans le montage du spectacle semble bien là. Même claqué, même si la pièce aurait dû être comme ci ou comme çà, ce plaisir reste entier. Dans TDM3 quel bon moment que ce long monologue de l'acteur que l'on voit à droite sur la photo. Et cette intervention de Gilles Chavassieux avec ses mains gantées ? Elle n'aurait pas sa place dit le critique en question ? Et bien moi j'ai savouré un bon petit moment de jeu !

 

Alors je ne fais aucunement la critique de la critique, qui m'éclaire et que je respecte. Mais sachons savourer les petits plats cuisinés avec plaisir et dégustés dans de bonnes conditions même lorsque cela ne satisfait pas les critères des critiques gastronomiques.

 

Un peu comme le plat de pâtes vaguement carbonara dans le carré après une nav. de nuit !

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 02:03

sidi larbi cherkaoui babelC'est amusant la façon dont cela fonctionne avec la production d'un artiste.

Ce n'est pas clair !

Formulé autrement on se dit parfois "j'aime ce qu'il fait, j'aime cet univers" et on a l'impression que ce sera vrai pour toute son oeuvre.

 

Et puis un jour çà marche pas. Ou moins bien. Et alors on s'interroge "qu'est-ce que j'aime moins dans cette oeuvre"

 

C'est la question que je me suis posée en sortant de la Maison de la Danse après avoir vu Babel.

 

De mémoire, Myth était déjà un spectacle que j'étais allé voir en me disant "c'est Sidi Larbi Cherkaoui : j'y vais !". Une chose est sûre : j'étais ressorti de Myth certain d'une adhésion très forte avec cet univers et donc j'étais entré à la Maison de la Danse pour voir Babel certain que j'allais adoré ... Et non !

 

Si j'écris ce blog c'est que cela me permet de mettre des mots sur ce type de sentiment diffus, donc de les creuser, d'y songer. J'ai hésité un moment avant d'écrire ces lignes sur Babel. Cette nuit j'ai revu un peu des deux spectacles sous la forme des extraits ci-après et force est de constater que mon approche des deux oeuvres reste la même !

 

Après réflexion en ayant vu Babel, mon sentiment était que sur ce coup là, ce n'était pas le type de chorégraphie que j'appréciais, souhaitant plus de danse et moins de théatre ou de mime. Et puis je revois l'extrait de Myth et je ne vois pas de différence fondamentale à ce sujet.

 

Alors tout simplement serait-ce qu'un thème me touche plus que l'autre. Certainement !

 

Mais :

1 : je retournerai voir les spectacles de Sidi Larbi Cherkaoui car j'aime cette façon de s'exprimer

2 : sans retrouver son nom après une rapide recherche l'une de ses danseuses a quand même une présence rare sur scène !  (Dans Babel dans le duo vers 1'25 et dans Myth sur la gauche de la scène vers 5' )

 

Les extraits des spectacles comme annoncé ci-dessus :

 

 

 

 


Sidi Larbi Cherkaoui "Myth"
envoyé par MickeyKuyo. - Découvrez plus de vidéos créatives.

 

 

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 18:03

Toile Bresson 2 

Une découverte en parcourant un journal et plus précisément l'une des chroniques si instructives d'Olivier CENA.

 

Bluffé par ces toiles très fortes et très belles à la fois. Etonnantes par le côté à la fois classique et moderne.

 

Et comme d'autres toiles avant, surpris par le mélange de beauté et de violence. Envie d'en savoir plus ? La vidéo ci-après est bien "sympa". 

 

Pour ma part, une vraie impatience de voir ses toiles ici ou là à l'occasion !

 


Guillaume Bresson: peintre-historien du présent
envoyé par Mediapart. - Films courts et animations.

Repost 0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 05:31

gotan-project-cloeA tout seigneur, tout honneur, c'est bien une photo de bandonéon qui doit illustrer ces lignes !

 

Même si en recherchant une photo de Gotan Project on retrouve surtout la photos des trois fondateurs ... qui soignent d'ailleurs très bien leur image. Mais cela fait aussi partie de ce que j'aime dans ce groupe. La projection d'une certaine esthétique.

 

J'adore ce groupe. Même s'il manque un peu de chaleur et d'expression de sincérité. Le soin apporté à l'image nuit peut-être un peu à cette dimension humaine de l'artiste.

 

Je ne connaissais pas le Radiant par contre ... et cela n'a pas été le coup de foudre pour cette salle. Si trouver le Toboggan à Décines n'est guère plus réjouissant, au moins y est-on bien lorsqu'on y est. Arrivée au Radiant de nuit et sous la pluie certes, on commence à attendre à l'extérieur sous la pluie pour faire la queue pour la fouille d'entrée. Puis arrivée une heure avant (prudents quand on ne connait pas ...!!), on espérait boire un pot au bar puisque le site en parlait. Que dalle. Fermé. On rentre donc dans la salle. Univers toujours aussi charmant avec les vigiles pas vraiment souriants en guise d'accueil. Bon, on donnera un jour une seconde chance à cette salle mais pas une troisième, hein ...!

 

Donc arrivés une heure avant et ayant choisi une place en fosse on se cale carrèment contre la barrière qui sépare de la scène tels des groupies !

 

Le son étant d'un volume raisonnable, ce fut plutôt une bonne expérience. Surtout lorsqu'il s'est avéré que la charmante chanteuse qui a cette superbe voix était positionnée juste en face !

 

Quant au concert lui-même, excellent ! Même si les trois fondateurs ont une piètre présence sur scène, l'ensemble est très sympa. J'ai déjà parlé de la chanteuse ...Le joueur de bandonéon a l'attitude qui va bien. Un pianiste qui en veut, même si le style très formaté du concert lui laisse peu de place pour s'exprimer. Un peu le même sentiment pour la violoniste. 

 

Gotan Project c'est quand même du paradoxe !

- des gusses qui ont l'air intéressants en interview, qui ont l'air d'y croire ... tout en paraissant hyper soucieux de construire avant tout l'image qui va marcher et qui ne doit avoir aucun accroc.

- à la base un vrai paradoxe musical, ce mélange de tango et de musique électronique ! Au cours du concert, alors que l'un des musicos "scratchait", c'est comme cela que l'on dit ?, le voisin dans la salle disait avec amusement "j'aurais dû venir avec mon gône, il aurait aimé" !!

- des mecs qui visiblement misent sur la scène et qui jouent vraiment a minima sur scène

- un côté froid et des vidéos qui sont quand même "touchantes"

 

Alors on pourrait ainsi les énumérer et penser finalement que c'est hyper commercial et sans âme. Mais j'aime beaucoup et je préfère leur conserver le bénéfice du doute et voir plutôt dans les défauts pré-cités des maladresses.

 

Mettez un peu de chaleur dans tout cela, Messieurs de Gotan Project, faîtes une part plus belle à votre chanteuse et vos autres musiciens (éviter par exemple de ne revenir qu'à trois pour l'ultime salut final ....) mais ne changez pas trop et continuez à nous ravir esthétiquement et musicalement.

 

La revancha del tango !!!

Repost 0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 04:35

eddy

Un peu comme pour Johnny (Hallyday, bien sûr), je suis allé voir Eddy sans être vraiment fan a priori.

 

Davantage l'envie d'aller saluer quelqu'un que j'ai de fait écouté pendant des années car inévitable, chanté les chansons plus d'une fois car incontournables.

 

Mais, quand j'écris cela ce n'est pas péjoratif.  Ces types ont su faire partie de notre vie si j'ose dire. Un peu excessif certes mais il y a quelque chose de cela.

 

Dans les deux cas j'ai l'impression aussi de percevoir une certaine sincérité, un certain engagement dans la durée et çà j'aime.

 

Pour ces deux concerts évidemment j'ai tenu à les voir "de près", au sens de "saluer autrement que par des applaudissements calé dans un fauteuil au rang Y d'où l'on devine vaguement qu'un gusse gesticule sur scène". Non, être dans la fosse et percevoir l'artiste.

 

Quand Johnny interprète "Et maintenant que vais-je faire" de Bécaud en fin de concert :

- 1 : on se dit que décidément il y a quand même du talent chez tous ces gusses

- 2 : on ne peut pas s'empêcher de penser à ce qui doit dérouler dans sa tête au moment où il interprète cela

 

Quand Eddy tourne les talons une dernière fois en ayant chanté "je vous ferai pas le coup du come back" (ou quelque chose comme cela), pareil ...

 

Bon, mais tout çà c'est de l'hommage. Ai-je passé une bonne soirée ? Yes, Mister Eddy c'était vraiment très bien. Merci pour les cuivres, merci pour la scène, bien comme il faut. Un concert vraiment sympa.

 

(et s'il vous prenait l'envie de revenir, pour une tournée intimiste dans des petites salles, juste pour le plaisir, on vous en voudrait pas !)

 

Repost 0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 05:37

Gilbert et GeorgesEn visite dans une ville étrangère, Prague, envie d'art contemporain, Internet : "Gilbert et Georges au DOX" ! Impec. J'avais loupé une expo des artistes en question il y a quelques années.

 

Site de DOX : "....presenting six works from the period between 1972 and 1992..."

 

On lit parfois sans lire ....

 

On va dans ce musée : très grand ... et sans beaucoup de flux de personnes. On s'acquitte des entrées. On reçoit un plan (on comprendra pourquoi ensuite).

 

Et go pour voir l'expo en question.

 

Ben c'était bien six oeuvres et pas une de plus !!!

 

Alors quoi ?

 

Bien on les regarde ces six oeuvres. Là où dans une grande retrospective on passe en se disant ou en pensant sans se le dire "faut tout voir", on prend le temps de regarder. Et finalement je ne regrette pas qu'il n'y ait eu que six oeuvres et visiterait autrement certaines expos à l'avenir.

 

Cela m'a rappelé l'expérience en arrivant dans notre grande  ville d'adoption et visitant pour la première fois son musée des Beaux Arts. Pour la première fois, on pouvait se dire "Je prends le temps de regarder les oeuvres que j'ai envie de regarder aujourd'hui et .... je verrai les autres un autre jour". Apprenons à ne pas consommer en quantité dans les musées !!

 

Revenons au DOX. Du coup on s'est perdu (pour de vrai d'ailleurs !) dans ce qui semble à une ancienne usine et on a visité une autre expo très bien : EDEN. La vision du futur qu'avaient les tchèques dans les années 50 (sur le plan visuel pas très différente de la nôtre). Très intéressante et "amusant" de revoir cette esthètique du futur lorsqu'on imaginait qu'en 2000 on volerait dans les rues avec un mini hélico dans le sac à dos ! 

 

Expo DOX

Repost 0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 18:17

La médaillePas lu le livre. Peut-être bien. S'il est bien écrit. Car l'idée est sympa. Cette idée de discours d'ouvriers le jour de la remise de leur médaille du travail, discours pas volontairement critiques mais terribles en fait pour le patronat industriel (et au delà pour nos sociétés bien sûr).

 

"Amusant", faute de trouver un terme plus approprié, d'aller voir cette pièce alors que le métro est bouclé dans la presqu'île lyonnaise pour cause de manif anti-retraites ! Pour aller au théatre ce soir là en effet longue marche, si j'ose dire!, pour cause de métro bloqué par les forces de l'ordre pour juguler les manifestations. Voir la pièce en se remémorant l'hélico en stand by au desssus de la rue de la Ré donne une drôle de sensation. Un peu la même que celle que je ressentais quelques dizaines de minutes plus tôt en marchant et en repensant que dans cette ville, dans ces rues, aujourd'hui "en proie aux casseurs" se tenaient les révoltes des canuts. Les "casseurs" sont aujourd'hui dans la belle rue de la Ré créée pour permettre aux troupes de se propulser dans la presqu'île pour mater les rébellions et ce soir avec des croix-roussiens et autres de Lyon nous regardons cette pièce sur le monde ouvrier, dont je viens. Télescopages ....

 

Alors à côte de ces évènements et de cette histoire la pièce "La médaille" fait un peu triste figure. Pas enchanté par cette pièce. Un vrai bon moment ... mais rien d'inoubliable. Il manque quelques chose dans cette pièce où se succède des monologues sans interaction entre les acteurs. Pas assez drôle ou pas assez triste. A mon sens pas traitée de façon assez dramatique.

 

Sympa mais peut mieux faire ! 

 

 

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche