Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 10:04

 

arman-long-term-parking_350x350.jpg

Vous connaissez peut-être cette oeuvre d'Arman : Long time parking.

 

Pour ceux qui ne la connaissent pas, il s'agit de vraies voitures. Cela donne une idée de la taille de l'oeuvre. Nous étions allés la voir à Jouy en Josas. C'était alors là que se trouvait la Fondation Cartier.

 

Clin d'oeil à Arman pour ce titre d'une petite série d'un tout autre ordre.

 

J'étais au 6° étage d'un immeuble, en terrasse, un beau coucher de soleil s'annonçait. Patience.

 

Au sol, si j'ose dire, un parking.

 

Des ombres qui s'allongent. Un monde qui s'agite à cette altitude. Des destins qui se croisent. Un appel téléphonique à passer. A qui ?

Tout simplement une voiture à retrouver !

Quatre garçons dans le vent avec une nana.

Qui c'est celui-là ?

Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état etc ....

 

Un téléobjectif.

 

De quoi s'amuser !

 

Va-t-il passer suffisamment à gauche ? Aurais-je suffisamment son ombre ? Passera-t-elle assez loin des voitures ?

 

Et puis on se raconte des histoires.

 

Il n'en faut pas plus pour que je m'évade !

 

IstanbulParkNB11

 

 

IstanbulParkNB10

2

 

 

 

IstanbulParkNB11

3

 

 

 

IstanbulParkNB3

4

 

 

 

IstanbulParkNB4

5

 

 

IstanbulParkNB5

6

 

 

IstanbulParkNB6

7

 

 

IstanbulParkNB7

8

 

 

 

IstanbulParkNB8

9

 

 

IstanbulParkNB9

10

Repost 0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 21:29

aperol.jpg

Alors que l'été approche (doucement, même très doucement, je vous l'accorde) j'évoquais sur La Goélette le Spritz !

 

Heureusement vint la question "c'est quoi un Spritz ?". Heureusement car on a beau dire "Google est ton ami", il est quand même préférable de poser la question à un humain, même via un écran d'ordi !

 

Le Spritz est une boisson que j'ai découverte à Venise. Est-ce ce couple de français avec qui nous avions papoté ? Est-ce qu'on a demandé la même chose que la table voisine en trouvant un air sympa à cette boisson ? Je ne sais plus.

 

Toujours est-il çà m'amène à la première qualité du Spritz : c'est beau !

 

Lac-de-Garde-2-006.JPG

 

 

C'est bon et c'est souvent bien accompagné.

 

 

Copie-Lac-de-Garde-2-007.JPG

 

C'est une boisson que l'on trouve à l'origine en Vénétie mais maintenant ailleurs. Les photos ci-dessus ont été prises à côté du Lac de Garde mais on en trouve aussi à Rome (et certainement dans toute l'Italie).

 

 

Copie-de-Lac-de-Garde-2-125.JPG

 

C'est quand même un bon look de vacances, non ? Un petit air de week-end à Rome !

 

Copie-de-ROME-J3-103.JPG

 

C'est frais, ce n'est pas trop alcoolisé, cela se déguste tranquillement et surtout le Spritz a un goût qui surprend juste ce qu'il faut.

 

Mais qu'est-ce ? Pour une définition plus rationnelle voilà ce qu'en dit Wikipedia :

 

Le Spritz se compose de vin blanc (du Prosecco en général), d'eau de Seltz auxquels viennent s'ajouter un alcool plus ou moins amer comme du Campari (Spritz bitter), de l'Aperol (le Spritz dolce ou Aperol Spritz) ou plus rarement du Cynar, qui lui donnent respectivement une couleur rouge, orangée ou noire ambrée. S'y ajoutent en général une olive et une rondelle de citron, d'orange ou d'orange sanguine (immergée dans le verre). Le dosage et la composition varient d'un établissement à l'autre, le Spritz peut donc être très peu (Aperol Spritz) ou légèrement plus alcoolisé.

 

Pour moi ce sera l'Apérol Spritz !

 

Copie-de--Lac-de-Garde-2-260.JPG

 

Voilà typiquement le genre de boisson qui est associé à plein d'images, de sons, de feeling. Une boisson qui vous transporte ailleurs.

 

Comme avec une Guinness on se rémémore un voyage en Irlande. Comme le Pastis est synonyme de Méditerranée, de régates. Comme une Duvel me fait penser à Bruxelles. Comme avec un Jack on entend déjà vrombir les big twin.

Comme une San Pe' fait penser au boulot.

 

Et une Orangina à l'enfance.

 

Un peu madeleine de Proust finalement tout çà.

 

Tchin !

 

 

Copie-de--Rome-J4-078.JPG

Repost 0
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 10:54

collections.jpg

En fait jusqu'à tout à l'heure je croyais que le 1000° serait le James Joyce et c'est finalement Margerin !

 

Mais le 1000° quoi, me direz-vous !

 

Le 1000° enregistrement de ma base de données sur laquelle je référence :

- des CD audio

- nos BD

- nos livres

 

Hors référencement, quelques autres dizaines de CD que j'ai davantage en tête, et les vinyls (peu de doute non plus !).

 

Mais pourquoi référencer ces ouvrages ? Après avoir acheté trois fois le même recueil de nouvelles je me suis dit que ce serait pratique d'avoir sur moi la liste des livres . Même chose quand il s'agit d'acheter un nouveau Bidochon : on l'a déjà celui-là ou pas ?

 

Alors à la faveur d'un déménagement, en déballant les cartons de livres, go !

 

Et pourquoi James Joyce se retrouve-t-il confronté à Margerin ? J'enregistre le James Joyce à la ligne 1000 sous Excel et croit ainsi tenir le n°1000. Bien sûr, vous avez déjà compris, j'avais juste oublié la ligne de titre ....

Import sous Access. Là je compte les enregistrements pour voir si l'import s'est bien passé et il y en a 999 ! Je vois le bug. Entre temps j'avais fini la BD de Margerin .... "Je veux une Harley" (excellent pour se moquer gentiment de notre petit milieu !!

 

1000 c'est l'occasion de regarder ce qui compose l'inventaire :

- 592 livres

- 270 CD

- 130 BD et .... 2 guides de rando et 6 cartes IGN : un peu les intrus ceux-là !

 

Qui est là ?

Pour les CD c'est moins représentatif car il n'y en a qu'une partie.

 

Des BD anciennes pour la plupart. Des Bidochon, Edika, Les eaux de Mortelune et Les passagers du vent ou Little Kevin. Des Schuiten-Peeters aussi. Mes préférés !

 

Quels auteurs alors ?

 

Les plus représentés ?

Auster 9

Beckett 5

Je suis surpris de voir 3 Ray Bradbury !

Les 5 Buzzati m'étonnent moins

5 Chalandon. Vous les connaissez, c'est postérieur au début de ce blog !

16 Agatha Christie er 15 Mary Higgins Clark ... mais je n'ai lu que Les dix petits nègres.

11 Claudel. J'aime. Vous savez !

4 Anna Enquist. Une période. Je ne pensais pas en avoir lu autant !

6 Hesse.

7 Lanzmann. Une autre période. Plus ancienne. Fous de la marche m'avait impressionné.

3 Le Corbusier. Une référence pour moi.

7 Nothomb ; çà c'est fini, çà ne me dit plus rien !

7 Stefan Zweig.

14 Murakami. Mon "record" !

 

Des choses amusantes : Yves Simon est le seul représenté dans deux catégories et Taylor a deux prénoms. Kreismann et Otis !

 

Et j'ai gardé pour la fin ceux qui sont mis en évidence sur ce blog : Laborit représenté par cinq ouvrages et Yoko Ogawa, qui a donné son second nom au dit blog, représentée par 14 ouvrages.

Parce que le 15° n'est pas encore paru en Poche !

 

 

 

Repost 0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 18:31

travail-de-nuit-1488274850-1632216.jpg

Si ce n'est pas fait, merci de lire au préalable l'article accessible par ce lien pour éviter tout malentendu !

 

Comment parler de ce sujet ? A défaut d'une autre idée on va l'aborder sous l'angle chronologique !

 

Il y a le départ, prévu .... ou subit.

 

Sur ce second aspect, l'essentiel est dans les premières minutes. Emerger (quelle heure est-il ? Purée !). Voir qui appelle. Et écouter l'énoncé. Une bricole ... ou un drame. Le truc qui nécessite de sortir ou celui qui nécessite "simplement" de ... retrouver le sommeil !

Se mettre les idées au clair avant toute décision. Après, on entre dans un cycle où tout ce qui va suivre sur les sorties de nuit prévues n'a plus sa place...

 

Parlons donc plutôt du départ prévu. Rarement au milieu de la nuit. Plutôt en début de soirée. On regarde la météo de plus en plus prudemment au fil des années ! Les nuits sont fraîches mais les fins de nuit encore plus ! On sait quand on part, on ne sait pas quand on va rentrer.

 

Estimer sa dose de café. Il faut partir mais il faut aussi rentrer. Sans accident pendant. Sans accident au retour en voiture. Mais il faudra aussi se rendormir ...

 

Laisser la maisonnée aux occupations habituelles.

 

Et commence autre chose.

On croise les autres travailleurs de la nuit ... et les travailleuses de la nuit, court vêtues ! Lyon prend une autre allure dans certains quartiers. On peut mettre découvrir des business inconnus comme cette nuit où, au retour vers 2h00 du mat', j'ai me suis retrouvé à suivre un gars dont le boulot était, si j'en crois la pub sur la camionnette, la livraison d'apéritif 24h24 7/7 ....

 

On croise aussi d'autres conditions de travail. Comme les stations de service barricadées qui servent le café comme on délivre des billets de banque.

 

Mais tout cela, vous connaissez ! Il suffit de sortir un peu de nuit.

 

Ce qui change quand on va travailler ?

 

On sent la ville qui va s'endormir et alors on va oeuvrer pour que nos concitoyens endormis voient leurs aspirations à plus de transport assouvies si on prend cet exemple. Une route regoudronnée. Un pont remplacé. Des voies ferrées remplacées. Une route déneigée. Se cotoient ceux qui sauvent les vies, ceux qui les facilitent, et bien d'autres.

 

Alors il y a un autre sens au travail. Il n'y a plus de place pour Excel ni les mails. Si on a envie de dormir ce n'est pas à cause du caractère soporifique de la réunion. Pas de pile de courrier à descendre avec les brochures glacées de ceux qui vantent, à tort ou à raison, leur action.

 

On sait pourquoi on est là et quelque part, plus ou moins consciemment, on savoure ce côté discret de l'action. Un peu comme un tour de magie que l'on prépare (vous me direz, çà prend une autre tournure quand le lapin est toujours dans le chapeau quand les premiers travailleurs du jour déboulent .... Du vécu !). Demain, les autres verront (ou pas !) le changement. Et même s'ils ne le voient, qu'importe. We did it !

 

C'est aussi, souvent, la concrétisation de mois ou d'années de travail. La magie opère alors aussi pour ceux qui oeuvrent. Quelque chose comme un rideau qu'on lève. Un voile qu'on soulève.

 

L'oeuvre est là. On regarde parfois ses premiers bénéficiaires l'utiliser au petit matin. La vie reprend. On n'a pas passé la nuit dehors pour rien. Trempé parfois mais satisfait du job !

 

C'est probablement cette relation vraie au travail qui fonde le reste. Une autre relation aux collègues de travail la nuit. On en reparlera.

 

Repost 0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 03:58

travail-de-nuit.jpgLa photo ci-contre illustre un article qui en dit long sur une des dimensions négatives du travail de nuit : l'impact sur la santé elle-même.

 

C'est une des dimensions de mon activité professionnelle, dimension à laquelle j'ai toujours été confronté, de façon plus ou moins choisie selon le moment.

 

J'en connais donc directement un peu les effets négatifs. Je crois les connaître assez bien de façon indirecte. Qu'il s'agisse de la confrontation aux accidents de travail ou de trajet ou du point de vue de la Médecine du Travail ou de l'Inspection ... du Travail.

 

Ou tout simplement il suffit d'échanger avec ceux qui y sont confrontés régulièrement pour savoir l'impact sur la vie sociale (loisirs, amis) ou familiale (présence auprès du conjoint et des enfants).

 

On sait aussi les risques indirects générés : "Je travaille de nuit donc je peux travailler en plus de jour, me fatiguant et m'exposant encore plus".

 

On sait aussi que ce n'est pas qu'une fatalité et pourrait en partie être géré autrement.

 

Donc ce qui suivra n'est pas une apologie du travail de nuit.

 

Aujourd'hui assez libre de décider quand je travaille de nuit et pour des nuits souvent courtes, je n'ignore pas pour autant tout ce que j'ai brièvement résumé ci-dessus.

 

Par contre j'ai toujours apprécié cette ambiance particulière du travail de nuit et c'est cette ambiance et ce sentiment particulier que je voudrais partager ici : ma relation au travail, aux collègues, à l'environnement lorsque je travaille de nuit.

 

On garde souvent un souvenir "positif' des relations solidaires entre les uns et les autres dans les galères partagées. Pour autant, moins il y a de  galères, mieux on se porte. Ce sera le sens de ces quelques brefs articles, donner une vision complémentaire du travail la nuit (sans nier aucunement les difficultés générée par celui-ci) .

 

Le travail de jour c'est mieux mais quitte à travailler de nuit autant voir le monde autrement.

 

Voilà pour ce préambule un peu long. A suivre (ou non !)

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 10:25

stop-buttonOu comment peut-on se retrouver ensemble parce qu'on roule avec la même marque de moto et passer un week-end ensemble sans parler de celle-ci ?

 

Soyons honnêtes :

- entre vendredi soir et dimanche matin, malgré des nuits plus occupées à discuter qu'à dormir, j'ai entendu une phrase d'un pote expliquant qu'il gardait la sienne et on a parlé 5' d'un run crazy en suisse (mais c'est une autre histoire !)

- je n'ai pas la réponse à la question posée !

 

La magie opère.

 

Un chalet. Une trentaine de copains qui convergent dans un chalet de montagne en Suisse, venus de Bruxelles, de Nice ou ... de Lyon !

 

KSoulé2013106

 

Mais il y a comme un micro climat.

 

KSoulé201368

 

 

KSoulé201344

 

Aucune moto. J'allais écrire "Bien sûr aucune moto". Mais ce serait oublier que d'autres prennent aussi plaisir à se retrouver en hiver pour camper sous la neige en voyageant en moto. Des fameux Eléphs, aux Millevaches en passant par les Pinguinos, les exemples ne manquent pas.

Ici, pas de deux roues.

 

KSoulé2013107

 

D'ailleurs, amener une bouillabaisse pour 30 depuis Marseille en moto c'est quand même moyennement facile, tout comme monter ainsi les ingrédients pour un méga cassoulet ! Ce n'est pas celui qui est monté de Toulouse pour manger un cassoulet qui me contredira

 

KSoulé201358

 

Alors, nous retrouverons nos motos plus tard.

 

KSoulé201321

 

Harley sera moins visible et qu'est-ce qu'on s'en moque ! 

 

KSoulé201372

 

Trinquons à ce qui nous rapproche et passons à autre chose.

 

KSoulé201395

 

 

Ce qui compte, c'est cet autre chose qui est présent là et qui nous fait être bien ensemble.

 

KSoulé20139

 

Ensemble au sens large. Ces moments que les enfants aussi peuvent partager.

 

KSoulé201374

 

D'ailleurs jouer n'est pas interdit aux grands.

 

KSoulé201320

 

KSoulé201388 

 

Ces moments qui se prolongent dans la nuit, tellement que ceux qui se lèvent peuvent croiser ceux qui ne se sont pas encore couchés.

 

KSoulé20131

 

Bientôt il va être l'heure de reprendre la route.

 

KSoulé2013104

 

L'équipe va se séparer.

 

KSoulé20132

 

Pour mieux se retrouver à l'occasion. Ici ou là.

 

Sous d'autres cieux. Nous nous retrouverons, dans un ciel moins nuageux que le quotidien. Pour un entracte lumineux.

 

KSoulé2013130

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 21:15

philippe-picquier.jpg

Extrait d'une interview de Philippe PICQUIER, éditeur, parue dans Télérama :

 

"Les écrivains contemporains que vous publiez, comme Hiromi Kawakami ou Yû Nagashima s'inscrivent dans cette même mouvance...


Je préfère les mots qui bruissent aux ondes de choc. Les romans japonais que je publie font presque tous l'éloge de la lenteur, du calme subit, de la nonchalance. Ils captent en plein vol la douceur et la précarité des choses, et partagent ce sentiment que nous vivons à part entière dans un monde qui nous échappe. La réaction des Japonais face à la catastrophe d'aujourd'hui reflète bien cette philosophie. Ils sont régis par deux notions essentielles dans leur culture. La première, le wabi, implique un attachement au raffinement dans la simplicité. La seconde, le sabi, est liée à la sensation aiguë du temps qui passe. Les Japonais préfèrent toujours l'obscurité à la lumière, la modestie à l'esbroufe. Un proverbe dit que l'ombre de l'arbre est plus belle que l'arbre lui-même. Au Japon, on apprécie le renoncement, non pas pour le plaisir de souffrir, mais parce que l'on sait que tout se volatilise. C'est une chose que l'on ne peut pas comprendre en Occident. Question d'éducation, de culture : ici, on est incapable de prêter attention à la mousse."

 

Comment décrire mieux ce que l'on ressent en lisant ces auteurs ?

 

Ceci étant, il en est, pas si loin, qui ont prêté attention à la mousse ....

 

Et ce même Philippe PICQUIER dit, un peu plus loin dans l'interview :"La mousse est l'incarnation même de l'humilité".

 

Toute ressemblance etc ....

Repost 0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:29

part dieu

La première image que renvoit Google Image à la recherche "Part Dieu" c'est celle-ci.

 

Et c'est également ce qui est souvent sous-entendu par "on va à la Part Dieu" : un centre commercial.

 

Pour le non-lyonnais c'est plus probablement la principale gare de Lyon, l'une des premières gares de correspondance d'Europe sinon la première.

 

C'est plus rarement sa bibliothèque. Pourtant un lieu fort intéressant, plus ouvert que son architecture ne pourrait le laisser penser. Et qui recèle mille trésors (d'où cette architecture fermée). Il faut en effet visiter son fonds ancien pour comprendre pourquoi une telle architecture. Le leg des siècles précédents s'accommode mal de la lumière.

 

La bibliothèque de la Part Dieu vient de fêter ses 40 ans et y a consacré une expo sympa.

 

Il est toujours intéressant de voir le cheminement des architectes et des urbanistes.

 

Aujourd'hui ce bâtiment ne laisse pas indifférent. Non qu'il choque, du moins je ne le pense pas. Mais son esthètique n'est pas anodine.

 

Certes le "crayon", ici en arrière-plan lui ravit plutôt la vedette.

 

PartDieu23

 

Mais la discrétion de la bibliothèque n'enlève rien à son élégance. Au contraire.

 

PartDieu21

 

 

PartDieu22

 

Cette expo permettait de voir comment cette belle pièce avait pu naître.

 

Le livre dans la ville.

 

 

PartDieu1

 

PartDieu3

 

 

 

 

 

L'opportunité de créer ce quartier est bien visible sur cette photo : les militaires avait eu le bon goût de conserver des terrains en plein coeur de la cité !

 

PartDieu5

 

Il ne restait à l'archi qu'à prendre sa plus belle plume. "Dessine-moi une bibliothèque"

 

PartDieu2

 

 

Une idée de l'avenir des transports, quelques visionnaires, du budget et la petite gare de la Part Dieu n'avait plus qu'à compter ses jours ....

 

 

PartDieu7

 

Du passé ne faisons pas pour autant table rase. Au coeur du silo des mains expertes préservent notre mémoire.

 

PartDieu8

 

Puissent les suivants continuer à accorder autant d'importance au livre.

 

Et ne pas les brûler ....

 

Repost 0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 17:01

 

2012_2013.jpg

Oh, pas de bilan ni de bonne résolution !

 

Juste un clin d'oeil à vous qui, volontairement ou non, passez sur cette page.

 

A vous qui passez volontairement, qui venez plus ou moins régulièrement me lire, qui enrichissez ce blog par vos remarques, qui en faîtes un modeste espace d'échanges, je souhaite très sincèrement une très bonne année 2013. Parce qu'il y a très probablement des valeurs que nous partageons pour que votre chemin vous ait mené par ici.

 

A vous qui passez par hasard aujourd'hui, tous mes voeux également. Puisque la coutume nous autorise à être généreux une fois par an, ne nous en privons pas !

 

A tous je dédie ces deux photos prises hier.

 

D'abord ma dernière photo de 2012. Presque 22h00. Un moment face à la nature. La lune se lève. Celle qui fait rêver des hommes depuis l'éternité. La poésie autrement.

 

Lune Bulle2

 

Et puis quelques heures avant, cette bulle.

 

Lune Bulle1

 

La bulle dans laquelle on est bien, hors du monde, face à soi. La bulle dans laquelle il ne faut évidemment pas s'enfermer. L'enfer c'est les autres ? La vie c'est les autres !

 

Merci pour ce que vous avez apporté à cette année 2012 !

Et une bonne année 2013 !

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 11:10

 

Parc-Fantastique.jpg

Non, le Parc de la Tête d'Or n'a pas été relooké !

 

Mais on peut y vivre un moment fantastique.

 

Il suffit de voir le monde avec d'autres yeux.

 

D'abord on a envie de prendre l'air un dimanche.

 

La météo étant moyenne, l'heure étant plutôt à passer du temps au salon pour digérer en famille, avec un peu de chance il n'y aura pas trop de monde.

 

Alors, direction le Parc. Pour une promenade. Mais "jamais sans mon appareil photo" !

 

Les pas mènent naturellement vers le zoo (d'accès libre dans le parc, quelle excellente formule). Le zoo permet de sortir l'appareil. Sans être fan de la photo animalière je garde de bons souvenirs de l'expérience précédente.

 

Alors les premières photos sont sans surprise.

 

Parc101

 

Parc100

 

 

Puis les flamants roses amènent leur touche d'un autre monde. Comme une autre société papotant en ce dimanche.

 

Parc4

 

 

Des oiseaux s'envolent, comme si quelque chose allait se produire. Hitchcock serait-il dans les parages ?

 

Parc102

 

 

 

L'invitation devient plus précise. "Messieurs, Mesdames, entrez dans notre monde, celui des jouets, des dessins animés et du fantastique".

 

Parc5

 

  D'autres lumières vous guident.

 

Parc6

 

 

Des amis vous rejoignent.

 

Parc10

 

Le ciel s'adapte.

 

Parc11

 

 

Prend les couleurs qui conviennent à cette nouvelle forme de voyage.

 

Parc7

 

 

Votre nouvelle monture vous attend.

 

Parc8

 

 

 

La cité internationale prend des allures de chateau dans les Carpathes. Quelques flambeaux guident vos pas.

 

Parc13

 

 

 

Le vaisseau de Noé, ou celui de Dark Vador ?, s'est posé sur la cime des arbres.

 

Parc15

 

 

Les lumières du Parc nous accompagnent.

 

Parc18

 

 

 

Alors entrons dans la Cité.

 

Parc22

 

 

Un autre surgit.

 

 

Parc20

 

 

Nous tend la main.

 

 

Parc21

 

Nous invite à une pause.

 

Parc25

 

 

A son tour la Cité prend alors d'autres couleurs.

 

Parc24

 

Le temps tourne. Le rollerman vient nous chercher.

 

 

Parc26

 

Il est temps de retrouver les lumières de la ville.

 

 

Parc28

 

PS : la première image est issue de ce blog.

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche