Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 07:13

manuscrits-tombouctou.jpg

Vous en avez probablement entendu parler de cette belle histoire de sauvetage de ces manuscrits.

 

Moi, je l'ai découverte via Télérama.

 

Enfin, plus précisément, nous étions avec des amis et je n'avais pas encore lu l'article. Madame Astor raconte cette histoire. Je n'en crois pas mes oreilles, la soupçonne d'enjoliver l'histoire.

 

De retour à l'appart. je découvre à mon tour cette superbe aventure de sauvetage de livres, de savoir, de culture.

 

Si j'ai envie de la partager ce n'est pas pour parler de ceux qui voulaient détruire cela. On en parle bien assez et je ne saurais pas moi-même en parler.

 

Ce que je veux vanter ici, c'est cette alliance pour le savoir, la culture, la transmission du savoir, le respect de ce qui ont établi les bases de ce que nous sommes.

 

Une alliance pour sortir par le haut. Pas pour conquérir des territoires et des biens. Même pas pour repousser l'envahisseur. Simplement pour préserver notre patrimoine commun. Celui qui, en s'enrichissant, en nous enrichissant, nous permettra un jour de dépasser ces combats, cette volonté de conquête.

 

L'article décrit :

Une petite armée des ombres qui se met en action, des manuscrits cachés dans des sacs de riz, un vieux scooter qui transporte une partie de cette précieuse cargaison dans ces sacoches. Une armée qui sait que si elle perd ces manuscrits c'est pour toujours. Des volontaires qui risquent amputation et emprisonnement pour cela.

Un moment superbe : "au dessus du carton sont empilés des dizaines de cahier de comptabilité : une gangue de chiffres pour dissimuler [.] les lettres si précieuses [.] Des fragments de texte écrits voilà cinq cents, six cents ou sept cents ans.

 

Pas de volonté de revanche dans une telle action. Rien contre l'autre. Pas d'envie de gloire et d'être celui qui sera médaillé pour avoir repoussé l'ennemi.

 

Mais sauver ce qui est notre richesse commune avec nos ancêtres et notre descendance, autant que notre environnement. Quelque chose comme la culture durable

Repost 0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 16:46

Hommes1

C'est probablement la scène du bus qui m'a fait penser que j'avais cette photo en réserve dans l'Iphone.

 

Un tag dans mon quartier. Qui m'a intrigué lors de mon passage bi-quotidien devant ce mur.

 

Des questions :

- l'homme comme terme générique ou l'homme, le représentant mâle de l'espèce ?

- un tag d'homme ou de femme ? (je poursuivrai au masculin en l'absence de neutre dans la langue française).

- le tagueur a été interrompu ou ne connaissait pas la fin de la phrase ? Ou simplement voulait-il nous amener à nous interroger ?

 

Et puis surtout, une question : comment finirais-je cette phrase ?

 

"Plus je connais les hommes, plus je m'étonne de leur acharnement à se pourrir la vie, eux-mêmes, et les uns/les autres"

 

Je suis chaque jour un peu plus surpris qu'on n'ait pas plus envie de profiter sereinement de la vie, qu'on s'attache à autant de truc lié à notre paraître.

 

Bien sûr j'ai mes débuts de réponse avec Henri Laborit. Mais quand même, ne pourrions-nous pas ré-orienter un peu notre énergie pour nous sortir de l'ornière ?

 

Mon côté Peace and Love. En cette période de fin d'année

Repost 0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 16:26

bus

10h00 Une gare routière de banlieue

 

Je monte dans le bus, vers le fond. Il part dans 10 mn. Je descends à la première station.

 

Au même niveau de l'autre côté de l'allée centrale, un jeune, A.

 

Pendant que je pense à la réunion qui m'attend, j'entends le briquet de mon jeune voisin. Des allumages successifs brefs d'un briquet.

 

L'odeur confirme bientôt ce qui est l'objectif de la manip.

 

Un autre jeune, B entre, s'assied à coté de moi. Près de celui qui va s'avérer être son pote.

 

Je ne prête pas trop attention à ce qui se passe.

 

Puis j'entends "Sois pas raciste". La voix du premier jeune, A. Surpris je me retourne, jette un coup d'oeil de son côté.

 

Très poliment, il me dit tout de suite : "Ce n'est pas à vous que je parlais monsieur"

 

Je lui réponds un truc style "Pas de souci".

 

Conversation entre les jeunes :

A : - "Tu as séché"

B : - "J'y suis allé et puis je suis parti"

A : - "Ah, çà embête ta mère. Moi, la mienne elle s'en pète les couilles"

 

Passe une dame, qui rejoint les sièges derrière nous.

 

A, très poliment "Excusez-moi, Madame" et il facilite son passage dans l'allée.

 

A se remet à l'ouvrage et propose à B :

- "Tu fumes, après. Elle est d'enfer. J'ai trois barres" (ou quelque chose du style .."

B : "Non, une çà suffit"

A : "Ah, oui c'est vrai. T'as pas l'habitude"

 

J'arrive à mon arrêt. Je descends. Pensif. On s'habitue un peu à ces scènes.

 

Mais pas vraiment. La fin d'un monde ? Une nouvelle ère ?

 

Repost 0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 21:29

prisons.jpg

L'exposition s'appelle "Chambres obscures". Elle se tient du 5 au 29 Septembre.

 

C'est une très belle exposition de photos ... et de son.

 

C'est très bien comme toutes expositions que proposent Les Archives mais ... "confidentiel" : en effet, quel dommage que les horaires d'ouverture soient aussi réduits. Bien sûr ce n'est pas la raison d'être des Archives mais bien du travail réalisé en matière d'exposition pourrait trouver une autre audience.

 

Ceci étant mon propos n'est pas de critiquer mais d'encenser. Les renseignements concrets sur  l'expo sont là : Site des Archives Page de l'expo 

 

 "A partir des prises de vues et captations sonores réalisées au cours de l’année 2008, Christophe Goussard, photographe, et Eugène Lampion, preneur de son et musicien, restituent les ambiances de la vie quotidienne des prisons de Lyon avant leurs déménagements"

 

"Au travers des vues prises ici et là, en solitaire, dans ces lieux vidés de leurs occupants, les photographies de Bruno Paccard expriment l’immense émotion que dégagent les empreintes de privation, abandonnées par les détenus et les gardiens : murs tagués pour raconter des colères contre les humiliations, des regrets, des croyances religieuses"

 

 

Ce travail est remarquable. Les photos de cet univers sont très belles et émouvantes, qu'il s'agisse des cellules ou des gardiens de prison. Les prisonniers, problème de droit peut-être, sont peu ou pas photographiés. La visite de l'expo s'effectue dans l'ambiance sonore captée par le preneur de son.

 

Une partie de ces sons je les ai entendus régulièrement pendant 4 ans lors de mon trajet quotidien. Sous une forme incompréhensible à cause de la distance mais j'ai chaque fois été touché par ses voix de prisonniers parlant de cellule à cellule ou s'adressant à celle qui était dans la rue.

 

PrisonsLyon7

 

Je passais dans cette rue et voyais ces objets accrochés. Sans pouvoir les distinguer. Sans imaginer une poupée là-haut ! Quel contenu à cette poupée ?

 

PrisonsLyon6

J'ai toujours été sensible à cette privation de liberté. La première fois que je l'ai ressenti c'est par un beau dimanche à Melun. Une promenade en bord de Seine et une vision de prisonnier de l'autre côté de la Seine.

 

Il y a eu aussi le livre de Véronique Vasseur "Médecin chef à la prison de la Santé".

 

Il y a eu ce pote qui a pris 30 mois dans une prison plus moderne de Lyon (pas pour une agression directe ou indirecte à une personne).

 

Il y a eu entre tout cela des brèves ici ou là sur les taux de récidive, l'état des prisons françaises, le choix de passer cela au privé, la surpopulation carcérale.

 

Il y a simplement l'imagination. Comment pourrais-je vivre dans une petite cellule en cohabitant en permanence avec un, deux, trois, quatre co-détenus ? Est-ce que cela me rendrait meilleur ?

 

Alors je reste toujours perplexe sur notre façon de gérer cela. Convaincu que ces hommes et ces femmes s'ils en avaient vraiment le choix préfèreraient être ma place. Dubitatif sur la responsabilté individuelle et collective. Frustré qu'on ne progresse pas plus que cela pour permettre à chacun de prendre un départ correct avec des valeurs de respect et de solidarité et les moyens de s'y conformer.

 

Avant que la remarque ne voit jour le cas échéant : non, je n'ai pour le moment jamais été touché de près par un méfait passible de prison. Non, pour le moment, je n'ai pas encore été condamné (mais compte tenu de l'évolution de notre société je fais un métier exposé de ce point de vue ...). Mais serai-je plus juste si je suis un jour concerné. Je ne le pense pas.

 

PrisonsLyon1

 

PrisonsLyon2

 

 

PrisonsLyon3

 

 

PrisonsLyon4

 

PrisonsLyon5

 

(photos prises dans l'expo avec le téléphone ... et l'autorisation !)

Repost 0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 17:34

métro boulot dodoL'heure de la rentrée va bientôt sonner pour la plupart.

 

Chacun sa façon de la percevoir cette rentrée. Pour ma part je me dis qu'elle est bien là lorsqu'on retrouve les gratuits. Ah, les gratuits, un symbole de la pensée unique : je trouve cela toujours effrayant dans le métro. Un moment, et puis, comme j'essaie de percevoir ce qui est positif, je vois tel ou tel et me dis que peut-être en lisant ce gratuit il aura envie de lire autre chose. Voilà qui élimine un côté déplaisant du gratuit. Il reste à supporter le dit journal quand il arrive dans votre champ de vision, propulsé par une main plus ou moins volontaire et un propos plus ou moins aimable vous incitant à le prendre. Arrrghh ! Je pourrais avancer tranquillement please !

 

Ceci étant le "but" n'était ni de vous rappeler la dure réalité de la rentrée, ni pour vous mener le combat anti gratuit.

 

Comment s'occuper dans le trajet quotidien maison boulot ?

 

Il y a la lecture, of course. Mais de temps en temps on lève le nez de son livre et on a le regard attiré, parfois retenu, par une lumière, une composition imprévue, une petite scène. On se met à imaginer une histoire le temps de deux secondes.

 

On voit autrement la fresque murale devant laquelle on passe tous les jours.

 

MettroBoulotPhoto101

 

On a l'oeil attiré par un détail architectural ...

 

MettroBoulotPhoto100

 

ou un tag.

 

MettroBoulotPhoto103

 

 

On voit le monde à l'envers. Pour mieux le voir ?

 

MettroBoulotPhoto104

 

 

On lève le nez au feu rouge (si on a un toit ouvrant !)

 

MettroBoulotPhoto27

 

On regarde la signalétique au sol comme une oeuvre d'art contemporain.

 

MettroBoulotPhoto26

 

On flâne dans la lumière du soir

 

MettroBoulotPhoto105

 

Et si mon jean je le voyais autrement aussi !

 

MettroBoulotPhoto38

 

Le tapis roulant, l'escalator m'intéresse alors autant que les vaisseaux spatiaux ! (voire plus d'ailleurs !)

 

MettroBoulotPhoto31

 

 

 

MettroBoulotPhoto13

 

Est-ce un extra-terrestre que je suis ?

 

MettroBoulotPhoto32

 

Ils sont là ...

 

MettroBoulotPhoto37

 

 

Mais le prochain vaisseau interstellaire arrive à quai et autant atterir et choper ce métro !

 

MettroBoulotPhoto39

 

MettroBoulotPhoto40

 

MettroBoulotPhoto17

 

MettroBoulotPhoto102

 

 

Un dernier trajet en tapis volant roulant. Un dernier regard alentour avant de franchir la porte du bureau.

 

MettroBoulotPhoto44

 

 

MettroBoulotPhoto41

 

Enfin bref, regardons le monde au lieu d'aller au boulot !

 

 

Bonne rentrée !

 

PS : le jeu a consisté à prendre les photos avec l'IPhone sans contrarier ni ma route ni mon rythme (pas de pause pour la photo, pas d'écart sur le chemin qui serait motivé par le cadrage). Et pour rester dans l'esprit très peu de post traitement (un rognage par ci, un petit truc par là .... par exemple pour voir le monde à l'envers ... ou à l'endroit !)

Repost 0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 22:17

casque-stereo.jpgUn jour, Dieu, ou l'un de ses délégués mortels, inventa les écouteurs, allant jusqu'à en faire une variante intra-auriculaire et certainement bien d'autres subtilités.

 

L'idée n'était pas sotte. Dieu n'a pas que des idées bêtes et méchantes.

On pouvait se promener en écoutant de la musique sans s'encombrer. C'était bien mieux que pour la génération précédente, celle qui se trimbalait  avec les "walkman" et autres discman, avant l'ère de l'Ipod/Phone et tutti quanti.

 

Les écouteurs ne posaient qu'un problème : ils avaient aussi une fonction d'écrêteur-diffuseur-empêcheur_de_lire_en_rond. Cette fonction était très nocive pour les voisins du porteur d'écouteurs. En effet comment lire lorsqu'on entend les basses d'un morceau et uniquement celles-ci ...

 

Vous me direz., le fameux Dieu, très orienté bizness en ce moment avait bien vu le truc. En effet pour lire il ne restait qu'une solution : s'équiper de la même façon pour lutter contre le bruit par le bruit et écouter quelque chose qui s'oppose aux ondes sonores du voisin sans altérer sa propre capacité à lire ! Et v'là encore du matos de vendu !

 

Mais, bon, c'était pas top !

 

Quand vint la mode des casques. Louée soit cette mode !!

 

C'est assez hallucinant d'ailleurs comme mode. Un peu comme l'invention du flacon de produit pour la douche alors que le savon existe. Cela devient tendance de s'enquiquiner avec un casque plutôt que de rouler discrètement les écouteurs dans sa poche (et de gagner également un jeu de patience .... dérouler les dits écouteurs !).

 

Alors là je dis mille mercis à celui ou celle qui a lancé cette mode. On peut retrouver le plaisir de lire dans le métro sans subir les agressions sonores du voisin !!

 

Un jour la mode consistera peut-être à bouquiner voire à échanger sur les bouquins en cours avec son co-wagonneur de métro ...

 

PS : cela pourrait faire l'objet d'un autre billet en développant mais vite fait : les vacances ont du bon même quand on reste au boulot -> les ("journaux") gratuits font la pause !!!

 

 

 

Repost 0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 07:24

Tenue-sanitaire.jpg

Hier sous le centre d'échanges de Perrache on se serait cru aux abords de Fukushima.

 

Sur le site du progrès de Lyon vous verrez quelques

photos et deux mots d'explication mais rien d'extraordinaire ce ne sont que quelques familles qu'on expulse de leur squat.

 

Alors, là où vivez ces hommes, ces femmes, ces enfants, les salariés des entreprises de nettoyage arrivent, recouverts d'une combinaison, avec une coiffe et respirant derrière un masque. Ils viennent pour remettre le lieu conforme à nos standards.

 

Car les Roms ne sont probablement pas construits comme nous.

 

Je suis passé régulièrement à cet endroit depuis l'installation de ce squat où les familles se préservaient de notre regard derrière des barrières vauban recouvertes de couvertures. Il faut croire qu'ils ont un organisme différent, plus résistant et que ces enfants pouvaient rester sans problème là où nous jugeons nécessaire de nous protéger comme lorsqu'on approche d'une centrale contaminée.

 

Je n'habituerai probablement jamais à ce spectacle.

 

Ou alors c'est une rechute parce qu'à Paris, entre l'hôtel après le concert du Boss et la gare de Lyon, j'avais été exposé à la vue de familles avec les poussettes canne, qui avaient dormi en s'abritant partiellement dans les cabines téléphoniques du boulevard Richard Lenoir.

 

On finira bien par s'habituer ....

 

Mais avant, un jour, d'autres décideront peut-être de nettoyer pendant que les familles sont là, au Karcher ....

 

Une forme de course contre la montre : sortir par le haut en sachant gérer cela dignement, ou sortir par le bas ....

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 05:49

sens dessus dessousCertes on pourrait dire cela de notre beau monde.

 

Tel n'est pas mon propos ici.

 

Récemment nous visitions le Vatican (j'y reviendrais, un grand moment ...). Il y a THE Chapelle Sixtine mais il y a aussi une très belle galerie des cartes.

 

De très grandes cartes anciennes sont représentées sur les murs de la dite galerie des cartes (on pouvait s'y attendre, me direz-vous ! juste !).

 

Bien sûr (?) on commence à y chercher ce que l'on connait de ce monde, son petit monde à soi.

 

Cartes Vaticanl1

 

 

On a l'oeil attiré par de drôles de vaisseaux et leurs marins sans ciré Guy Cotten ni veste high tech. Là c'est du 100% respirant !

 

 

Cartes Vaticanl4

 

Et on arrive ainsi en Corse

 

Cartes Vaticanl3

 

Mais là on commence à se sentir un peu .... déboussolé ! 

"Ils ne se seraient pas trompé de carte, les peintres du Vatican. Z'ont encore abusé du Chianti".

Et puis il faut se rendre à l'évidence. Bonifacio est en haut de la Corse ... elle-même représentée le Sud en haut !

 

D'ailleurs quand l'oeil descend en bas de la carte on retrouve bien Bastia. Ouf !!

 

Cartes Vaticanl2

 

Alors on réalise que ce n'est qu'une convention de plus.

Ce qui nous paraît naturel ne l'est pas toujours autant que cela !

 

Google, notre ami, nous montre que cette convention en a irrité quelques uns qui était un peu las d'être en bas de la carte. Symboliquement cette position ne leur plaisait guère et ils ont décidé de voir le monde autrement.

 

mcarthur-upside-down-copie-1.jpg

 

De quand date la convention "Nord en haut", pourquoi ? C'est tentant de re-demander à l'ami Google mais c'est là où je me méfie des réponses rapidement trouvée sur Internet, je n'en reproduirai donc pas ici. Sauf si je prenais le temps un de ces jours de creuser ce sujet ...

 

Terminons avec l'examen d'une hypothèse : si les Marseillais prenait la place des Lillois dans notre représentation de la France ...

 

 

france.jpg

 

 

 

PS : of course le dessin sens-dessus dessous, la carte upside down et la carte de France, avant renversement !, ont été "empruntés" sur des sites ici ou là. Merci aux généreux donateurs.

Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 20:43

lux in arcanaDépart pour Rome demain.

 

Au bout de ce voyage, la vie italienne, un break dans une période très dure, des terrasses, des photos, de la détente dans le forum, ...

 

Forum qui retrouve son sens original à l'heure où Internet lui a donné un sens différent. Une réalité différente et riche, riche et différente.

 

Au bout de ce voyage également, l'exposition Lux in arcana. Cette expo c'est l'accès à quelques documents des archives du Vatican. C'est purement symbolique mais important.

 

Quel formidable lien avec le passé que ces livres ! Je l'ai compris un jour où nous avons eu en mains à la maison un très ancien ouvrage pour restauration. Je regarde la date. Nul en histoire, je recherche un repère à partir de l'année. C'est le règne d'Henri IV. C'était un peu comme si je voyais en direct la signature de l'Edit de Nantes.

 

Cette exposition présente par exemple un symbole très fort : les actes du procès de Galilée. Cette histoire, vraie ou pas vraie, me fascine. Eppur si muove, et pourtant elle tourne. Par sa réflexion Galilée acquiert la certitude que ce qu'on croit fermement depuis des siècles est faux. L'univers n'est pas ce qu'on croyait. Il le défend contre vents ou marées. Presque jusqu'au bout.

 

La force de la réflexion, l'accès aux mystères de l'univers, la négation de l'ordre établi.

 

Je serai particulièrement ému lorsque je verrai ces documents.

 

Du moins, je le pense, je vous dirai plus tard !

 

 

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 05:48

presse

Le passage suivant m'a, comment dire, ....surpris.

Dérangé, serait plus juste.

J'en ai surligné les passages les plus dérangeants. Ceux qui sentent le plus mauvais serait plus juste.

 

Extrait de 20 minutes :

"Jeunes filles fauchées sur l'A7: La famille va porter plainte contre la SNCF

Une plainte va être déposée ce lundi pour non-assistance à personne en danger, visant la SNCF, après la mort de trois Marseillaises fauchées sur l'A7 après avoir dû descendre d'un train faute de billet, a indiqué l'avocat Gilbert Collard, qui représente trois oncles des victimes.

«Cette plainte a pour but de mettre en cause l'agent de la SNCF et la SNCF qui auraient dû, s'agissant de personnes sans titre et sans papiers d'identité, informer la police, d'autant qu'on avait affaire à des gens mineurs», a déclaré lundi à l'AFP Me Collard, confirmant une information du Parisien .

Priées de descendre du train faute de billet

Peu avant minuit vendredi, Carmen, 12 ans, Charlotte, 13 ans, et Victorine, 19 ans, marchaient seules sur l'autoroute, à hauteur de Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme, quand elles ont été percutées par plusieurs véhicules alors qu'elles traversaient la voie rapide. Les trois jeunes filles étaient parties sans laisser d'explication, sans que cela inquiète leurs parents. Ceux-ci ont été entendus dimanche aprèsmidi par la police à leur domicile de la cité de la Castellane, dans les quartiers nord de Marseille, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Les policiers du commissariat du 15e arrondissement, qui travaillent en étroite collaboration avec les gendarmes drômois, ont saisi des vêtements et affaires personnelles afin d'effectuer des relevés d'ADN pour confirmer leur identité, en raison de la grande dégradation des corps.

Selon un témoignage, les trois jeunes gitanes étaient à bord d'un train au départ de Marseille et avaient été priées d'en descendre, faute de billet, en gare de Pierrelatte, à une quinzaine de kilomètres du lieu de l'accident."

 

Que suppose-t-on avec un certain nombre de termes employés ?


Les victimes :

Les trois jeunes gitanes.

A quoi fait-on référence : à leur origine ethnique (1), à leur mode de vie ou à autre chose, mais quoi ? S'il s'agit de leur groupe ethnique, oserait-on écrire les trois noires (non, heureusement !) ?

Cette information sur l'état de gitane doit avoir on suppose un rapport avec le sujet : écrirait-on les trois brunes ? S'il a un rapport avec le sujet quel est-il : ce n'est pas si grave, à prendre le train sans billet voilà ce qui arrive, çà risque pas d'arriver à nos enfants, ils n'éduquent vraiment pas leurs gamins ?

 

Les parents ont élu domicile dans la cité de la Castellane (çà nous évoque déjà quelque chose mais quoi ?), dans les quartiers nord de Marseille (Ah là çà me situe, çà craint là-bas d'après ce qu'en disent les journaux).

Là aussi on suppose qu'il y a un rapport avec l'accident et le lieu de résidence des parents ...

Pourquoi n'a-t-on pas donné un nom de rue si leur adresse a une telle importance ? Je ne sais pas moi "rue des mimosas", il doit bien y avoir un nom de rue même dans ces quartiers.

Serait-ce plus intéressant de créer quelque chose chez le lecteur en raccrochant l'accident à d'autres évènements ? Là aussi la vie d'un habitant des quartiers nord aurait-elle un poids différent ? Est-ce logique que venant de ces quartiers on ne paie pas le train ou on traverse l'autoroue n'importe comment ?

 

 

Le système

Là on est plus dans l'information en citant l'avocat

 Mettre en cause la SNCF

Ne devrait-on pas également mettre en cause la société d'autoroutes : comment peut-on gérer une autoroute en laissant les uns traverser la chaussée et les autres circuler à 130 km/h alors qu'on pourrait deviner qu'à seulement 15 kms d'une gare si proche de quartiers si difficiles on a toutes les chances que des enfants sans billet soient priés de sortir d'un train par un méchant contrôleur ?

Mettre en cause l'agent de la SNCF

Que devait-il faire ? Quelle est la règle en la matière, je n'en sais rien ? Mais je ne vois pas comment on peut mettre en cause la règle en attaquant la SNCF et celui qui l'applique en s'en prenant à l'agent de la SNCF.

Soit la règle est bien appliquée et on s'en prend le cas échéant à celui édicte la règle. Soit il s'agit d'une erreur de l'agent et on ne remet pas en cause une règle qui n'est pas, non ?

Cet homme ne va-t-il pas simplement être amené à culpabiliser inutilement ?

 

Et si l'agent avait appelé la Police, je vous fais une suite possible ? Le train s'arrête 30 minutes en attendant l'arrivée des forces de l'ordre occupées à maîtriser des jeunes gitans dans des cités diificiles. Mr Dupont de La-Joie prend du retard dans ce train. Ce retard l'amène finalement en retard à son rendez-vous qui était pour lui le rendez-vous du siècle sur le plan affaires et il charge Maître COLLARD de mettre en cause la SNCF qui ne sait pas acheminer les clients avec billets à l'heure tout en prenant soin de ses clients sans billet. Vous ne croyez pas ? Moi, çà me rappelle des histoires connues ...


Une dernière question : s'attaque-t-on ainsi aux vrais sujets ?

 

(1) : le terme n'est peut-être pas vraiment adapté mais je veux parler du groupe par opposition au mode de vie

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche