Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 05:23

thats-all-folks-7172-400x250.jpg

Un moment que ce truc de nouvel overblog me prend la tête.

 

Le côté technique du blog ne m'amuse pas du tout, mais alors pas du tout. Je ne vais donc pas tenter de passer dans la nouvelle version.

 

D'autant que je trouve cette évolution peu respectueuse des overblogueurs qui semblaient quand même massivement attachés à ce mode d'écriture simple.

 

Le compteur s'arrêtera donc avec ce 328° article.

 

"Ecrire" ainsi est avant tout une démarche personnelle.

 

Mais évidemment l'échange est enrichissant, vos réactions entraînent d'un sujet à l'autre, m'auront permis de découvrir vos mondes, vos façons de voir. Cette dimension partage se traduit elle par environ 20000 pages vues. Cela me va bien. Une dynamique suffisante et une dimension "humaine" (si j'ose dire à propos de ces liens virtuels !) : je veux dire par là que je peux suivre également vos blogs et cette dimension de l'échange m'intéresse bien.

 

Où aller ?

 

Eklablog est plebiscité pour sa simplicité mais ne paraît pas une solution d'"avenir" non plus (une histoire de version d'HTML apparemment).

 

Wordpress paraît sympa et me tente bien s'il n'est pas trop compliqué mais il semble possible de s'en servir simplement.

 

Il y a donc des chances que je puisse vous retrouver sur la passerelle d'Astor un proto que j'avais ouvert il y a quelques temps.

 

Je vais essayer d'y ré-importer au moins sommairement ce premier blog. Je profite de la main tendue par un autre blogueur pour faire le grand saut (relatif : ce n'est quand même pas un enjeu extraordinaire ...!).

 

Lorsque ce nouveau blog sera opérationnel, je me permettrai de faire signe à mes quelques lectrices et lecteurs que j'avais le plaisir à voir passer ici de temps en temps.

 

D'ici là je stockerai donc les idées d'articles (je lis peu en ce moment heureusement ! mais j'ai déjà une virée pyrénéene en retard de "publication" !).

 

Et j'aurai donc du temps pour vous rendre visite sur vos blogs

 

A + et merci pour votre participation bien sympathique à ce modeste blog d'Astor !

Partager cet article

Published by ASTOR - dans En général
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 21:59

choc-des-civilisations-pour-un-ascenseur-piazza-vittorio-de

"Né en Algérie (...) Amara Lakhous a longtemps vécu à Rome".

 

Et cela donne ce suprenant "Choc des civilisations pour un ascenseur Piazza Vittorio" !

 

Très bien !

 

Avec pour prétexte la disparition du gladiateur (et d'un chien !) et pour forme la vérité sur cet évènement selon différents habitants ou voisins les uns après les autres, vérités entrecoupées des hurlements du personnage central, la forme s'avère fort sympa et agréable à lire.

 

Le ton reste assez léger.

 

J'ai cité un personnage central mais il en est un autre, ce fameux ascenseur ! social ?

 

De quoi passer en revue les petits racismes du quotidien (voire plus si "affinités" !).

Mais aussi décrire l'opposition Italie du nord / Italie du sud.

 

Ou encore questionner le sujet de l'identité : c'est quoi être romain. Y être né ou témoigner de l'intérêt, de l'amour, pour cette ville.

 

Voire plus simplement parler du délire "animal de compagnie" !

 

Quand on fait le compte, il en aborde des sujets ce petit livre....

 

L'un des hurlements :

"Ce soir je suis allé avec Parviz acheter du riz et des épices chez Iqbal. En discutant, nous avons évoqué le problème des tracts contre les immigrés placardés sur les murs de Piazza Vittorio. Iqbal désignait un cageot de pommes devant lui "Quand je vois une pomme pourrie, je l'enlève tout de suite des autres pommes parce que si je la laissais, toutes les autres s'abimeraient. Pourquoi la police n'a-t-elle pas une attitude de fermeté envers les immigrés délinquants ? Où est la faute de ceux qui sont honnêtes et suent pour un morceau de pain ?"

Les mots d'Iqbal m'ont ouvert les yeux. L'étiquette de criminel sur n'importe quel immigré est un cliché. Les immigrés italiens ont tellement souffert aux Etats Unis d'être tous traités de mafieux ! C'est sûr, on dirait que les Italiens n'ont retenu aucune leçon du passé"

 

En recopiant ce passage, cela me fait penser à une lettre de lectrice de Télérama. Un jeune Syrien stagiaire dans son service lui parlait de membres de sa famille décédés des dernières attaques au gaz. Elle lui a parlé de ses grands parents morts à Auschwitz. Il n'avait jamais entendu parler d'Auschwitz.

 

 

Partager cet article

30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 20:07

 

AndaJaleo.jpg

Je ne redis plus ni à quel point j'apprécie le flamenco ni combien j'aime ces petits spectacles de proximité.

 

Inutile également de redire mon goût des surprises et la curiosité qui va avec.

 

Il y a quelques jours, je rentre du boulot, je sors donc du métro et je vois sur la place du quartier une scène.

 

Je me rapproche de la buvette pour me renseigner et on m'annonce Anda Jaleo, du flamenco. Yes ! (ou Si !)

 

21h00 ? Ok !

 

A 21h00 d'abord un guitariste en solo. Nickel !

 

Puis une chanteuse avec deux jeunes aux palmas. Impec. Une très belle voix et de l'expressivité.

 

Un second guitariste mais surtout une danseuse. Elle s'avèrera être très bien. Maria Gasca.  Avec une dose de modernité dans son jeu qui me plait bien. En surfant un peu on voit qu'eux tous tentent des expériences diverses et cet intérêt pour la création, la recherche, finalement leur "rôle" d'artiste, se perçoivent bien sur scène.

 

Le spectacle se termine comme tout spectacle de flamenco avec un essai de chacun à la danse. Accompagné par les encouragements des compères sur scène et de la foule. Qui a bien apprécié !

 

Bravo Anda Jaleo et j'espère bien avoir le plaisir de vous voir avec l'option théatre !! Voire danse !

 

 

 

 

 

Pour terminer : quand on est sur du flamenco sur Youtube, on ne peut échapper à Farruquito. Et quand je vois que Youtube me propose du flamenco avec Farruquito je ne résiste pas à l'envie d'en profiter !!

 

 

Partager cet article

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 22:47

vets.jpg

Que dire de cette 25° Vets Party ?

 

Pas grand chose de plus que la dernière fois où j'avais fait quelques lignes sur le sujet, pour la version 2011.

 

Peut-être simplement illustrer par une anecdote en quoi ce milieu me plaît ?

 

Mais, ce mileu, lequel ?

 

En fait, ce qui subsiste de ce qu'on a coutume d'appeler l'esprit motard. Des sentiments un peu utopiques mais qui se manifestent concrètement, par des symboles ou plus selon le degré d'autocensure. Faible dans le milieu "biker".

 

Selon la fidélité qu'on a gardé envers ces valeurs. Forte dans ce milieu HD.

 

On n'hésite pas à se dire le plaisir de se retrouver ensemble. On n'hésite pas à faire des centaines de kms pour ce plaisir.

 

On accueille facilement l'inconnu. On le dépanne. Comme on peut.

 

On lui propose l'hébergement. Aussi rustique soit-il !

 

Ou tout simplement on passe une heure avec lui. Aussi agréablement et à l'aise que si on se connaissait depuis 20 ans.

 

Ainsi nous voulions boire un café en ce dimanche début d'après midi. La nuit avait été très courte ...

 

On voit une terrasse accueillante à Beauchastel. On plante les motos. On se dirige vers la terrasse. Un couple de motards est là. On se retrouve à la table à côté de la leur. La conversation s'engage très vite ... et a bien du mal à s'arrêter une heure après. On parle de quoi. De tout, de rien, bien sûr ! De nos voyages, lointains ou proches par exemple.

 

Si par le plus grand des hasards vous passiez par ici vous "le couple en 1100 XS" sachez qu'on a passé un très bon moment en votre compagnie !

 

Sinon, les Vets en 2014, c'était çà !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 21:54

musique2mains.jpg

J'aime les spectacles qu'on réserve 6 mois à l'avance. La star qu'on a toujours rêvé de voir. Des mois à s'imaginer le concert, revoir le répertoire, .... Et parfois un décalage important le jour venu entre ses rêves et la réalité.

 

Mais je crois que j'aime encore plus les surprises.

Les premières parties par exemple ! Combien de découvertes !

 

Mais aussi les spectacles qu'on n'avait même pas imaginé.

 

Exemple : samedi dernier. Avant d'aller chez le boucher à Matour, il n'y avait pas de spectacle au programme de ce samedi soir. Et il suffit alors d'ouvrir les yeux et d'être curieux.

 

Acte 1 : ouvrir les yeux. Il y avait de la pub chez le boucher ou sur la place de l'Eglise. On regarde "Festival campus / concert gratuit ce soir / 21h00 Matour".

 

Acte 2 : être curieux. A quelques kms de "chez soi", il n'y a pas à hésiter. Saucisses du boucher sur le barbec (on n'y sera décidément pas allés pour rien) et "spectacle".

 

Quelques bancs. Une très grande couverture par terre. Y a plus qu'à s'allonger et attendre. Que la clarté diurne soit moins forte. En espérant que la lune ne sera pas trop brillante.

 

Le spectacle commence. Un one man show assez indescriptible. Au carrefour de la musique, du jazz vocal, de la danse, de la poésie, du mime, de la magie ... Je termine par ce terme car visiblement il importe à l'artiste. Le spectacle fini nous sommes allés le voir (il suffisait d'avancer de 10 mètres. Pas de cordon de vigiles à franchir). Nous lui disons le plaisir d'avoir assisté à son spectacle et ce sentiment de magie. Il nous dit avec un grand sourire "çà me fait plaisir ce que vous me dîtes, cette dimension là m'importait".

 

J'imagine qu'à sa place j'aurais effectivement eu plaisir à constater que le public reçoit bien ce que je souhaite lui transmettre.

 

Pour terminer, une vidéo qui présente le spectacle, mais c'est encore tellement mieux "pour de vrai" ! 

 

 

 


Musique à Deux Mains-Teaser par cyrilher

 

 

Plus sur Latruc.org

Partager cet article

16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 09:53

La-relieuse-du-gue_7471.jpeg Evidemment ce livre ne pouvait pas ne pas attirer mon attention :

- je l'ai acheté dans sa version chez Babel

- ce qui touche à la reliure m'intéresse toujours ...

 

Un coup d'oeil quand même à la 4° de couverture. Une relieuse qui s'installe. Une intrigue policière comme fil conducteur. Bah, je ne suis pas tellement roman policier mais çà ne va pas si mal avec les vacances qui s'approchent et cela fera divertissement au milieu de lectures qui s'annoncent, disons, moins divertissantes.

 

Qu'en est-il finalement ?

 

C'est un livre sympa qui permet de se projeter un peu dans un atelier de reliure (ou de retrouver cette ambiance). Fidèlement. Le métier de l'auteur n'y est pas étranger.

 

Le reste sur le côté post baba-ccol et la vie de province est également agréable.

 

Le style est dans une honnête moyenne et on pardonne le coup de pouce extraordinaire que l'auteur donne au hasard pour ficeler son intrigue ....

 

Finalement une lecture d'été qui ne fait pas mal à la tête et de temps en temps, pourquoi pas.

 

A noter, si le sujet vous intéresse, une interview intéressante de l'auteur qui nous fait également visiter son atelier.

 

Un petit extrait (je n'en ai toujours pas publié sur mes dernières lectures ....) :

 

L'horloger à la relieuse :

"Ah l'âge d'or de la mécanique ! C'est fini, çà durait depuis allez .... trois siècles ? On y reviendra peut-être parce que c'est optimiste la mécanique mademoiselle. C'est l'homme dans un univers immense mais à sa portée physique... aujourd'hui les progrès se font dans un monde immatériel, invisible, le gène, l'atome, les trous noirs .... Alors, la mesure de mon oeil, le savoir-faire de ma main, même magnifiés un millier de fois par l'outil conçu, construit, sont ridiculisés à l'infini. Dans les temps anciens, troublés d'ignorance, on était aveugle avec des yeux de vingt ans. Aujourd'hui on va le devenir de voir trop loin dans l'infiniment petit et l'infinimentr grand. Je suis un mécanicien dépassé, un horloger en retard ... Les piles au lithium et les oscillations atomiques se passent bien de moi... Je reconnais qu'elle est passionnante cette aventure, qu'elle ne peut que suivre son cours, qu'elle le doit, mais ce sera sans moi."

 

Partager cet article

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 06:38

detail.jpg

Vivre quelques jours dans l'espace réduit d'un bateau suppose de faire sien ce microcosme.

 

C'est l'occasion de regarder les choses autrement. De les regarder, d'ailleurs, tout simplement.

 

C'est aussi apprécier le rôle de chaque objet. Pas de place pour le superflu et l'essentiel doit être là, opérationnel. La mer ne laisse pas de place non plus pour celui qui ne s'est pas préparé, pré-paré ?, pour elle.

 

Et dans cet univers où la corde devient un bout, c'est également important de bien nommer ces objets alliés !

 

On ne présente plus le winch (à moins que le charme rétro du terme vous amène à préférer le nommer cabestan ; cela fera très chic à bord !)

Détail (10)

 

 

Le chaumard est peut-être moins connu.

Détail (7)

 

Le davier n'inspire pas forcément non plus le néophyte. De quoi s'agit-il ?! Kesaco ?

Détail (6)

 

 

"Vous n'auriez pas pu l'appeler guide-chaîne ?"

Détail (11)

 

Précieuse chaîne qui garantit notre quiétude la nuit !

 

Détail (12)

 

 

La nuit pendant laquelle même les bouts ont droit au repos. Certains dans le confort du carré. Des privilégiés !

 

Détail (1)

 

Nous comptons bien également sur le hauban pour assumer son rôle dans les pires coups de vent. Que le mât ne nous tombe pas sur la tête, par Toutatis !

 

Détail (2)

 

Lorsque le vent souffle, qu'il n'est pas l'heure de tomber à l'eau, que chaque picot du pont est précieux ...

Détail (5)

 

Quand la commande doit être précise, quand l'énergie transmise au bout, tiré à l'arrière du bateau dans le confort du cockpit, doit cheminer sur le pont.

 

Détail (4)

 

A bord chaque détail a son importance. Le plus petit bout a son rôle.

 

Détail (8)

 

D'ailleurs ces petits auxiliaires sont si précieux que celui-ci me suit dans tous mes voyages sur l'eau. Retenue de bôme, bout pour l'orin, attache-truc-qui-bouge-claque-sur-le pont-et-empêche-de-dormir, barber, ... il sait tout faire :

 

Détail (9)

 

Ainsi rassuré il ne reste plus qu'à savourer le plaisir de la barre et se régaler de son toucher.

 

Détail (3)

Partager cet article

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 06:00

trenet.jpg

Etre en mer pour moi c'est aussi avoir rendez-vous avec eux.

 

D'abord ce sont de précieux guides pour le barreur.

 

La lune discrète apparaît ici ou là pour donner un sujet de photo ou un repère dans le paysage.

 

Présente et forte, elle me dispense de mettre le feu de mouillage (ou plutôt, je m'autorise en sa présence ...).

 

En navigation de nuit, elle apporte sa clarté pour les déplacements sur le bateau.

 

Le soleil est mon premier rendez-vous du matin (même si je papote avec la lune en l'attendant). J'adore le voir se lever en tous lieux mais en mer c'est particulièrement enchanteur.

 

Il va ensuite réchauffer la terre, plus vite que la mer, nous permettant de bénéficier de la salvatrice brise thermique.

 

C'est ensuite un jeu de cache cache : se mettre à l'ombre des voiles ou rechercher sa présence à l'avant pour bronzer (ou simplement se réchauffer !).

 

C'est enfin bien souvent le dernier sujet photo de la journée avec cette belle lumière sur la terre proche alors qu'au mouillage on apprécierait cette fois que le thermique se calme ...!

 

Retour sur St Mandrier apès une nuit à l'abri de Cap Sicié. Les quelques minutes avant après l'aube ...Juste avant.

SoleilLuneMer (12)

1

 

Il apparaît.

SoleilLuneMer (13)

2

 

Le voilà !

SoleilLuneMer (14)

3

 

La lune reste un peu présente.

SoleilLuneMer (2)

4

 

La dernière nav' de la semaine se fera donc elle aussi dans de bonnes condiions. La petite brise thermique de terre du matin est suffisante pour faire avancer le bateau.

SoleilLuneMer (1)

5

 

Certes d'autres se passent d'elle.

SoleilLuneMer (10)

6

 

Mais pour le voileux matinal elle est très agréable cette petite brise du matin. Lorsqu'on quitte le mouillage.

SoleilLuneMer (11)

7

 

Le soleil se cache. Se couche.

SoleilLuneMer (6)

8

 

La dernière photo du soir ?

SoleilLuneMer (8)

9

 

La lune sait parfois ravir au soleil sa place devant l'objectif.

SoleilLuneMer (4)

10

 

 

SoleilLuneMer (5)

11

 

La concurrence est rude entre ces deux-là qui se donnent rendez-vous depuis toujours. Ou presque.

SoleilLuneMer (3)

12

 

Cette fois la lune aura le dernier mot !

SoleilLuneMer (7)

14

Partager cet article

8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 15:00

kawakami-temps.jpg Remontée dans le temps, justement, avec ce billet.

 

Je termine en effet cette série sur mes lectures de vacances par le premier livre que j'ai fini pendant celles-ci !

 

Kawakami est une auteur (avec un e ?) que je lis régulièrement depuis quelques temps. Le genre de compagnie qu'on apprécie au fil des livres et qui n'est jamais décévante.

 

Dans la lignée des autres livres de Kawakami que j'ai pu lire : de la nostalgie, la description des petits riens du quotidien, de sa douceur ... ou pas.

 

Des destins qui se croisent dans ce quartier de Tokyo.

 

Chaque chapitre pour une histoire presqu'indépendante des autres.

 

Et puis un dernier chapitre qui apporte la clé. Les clés de cet ouvrage en lui apportant une note qui pourrait déplaire en déplaçant l'ouvrage sur une autre thématique.

 

Pas un ouvrage pour découvrir Kawakami mais un ouvrage qu'on lira avec plaisir lorsqu'on connaît et apprécie. Sa structure en histoire apparemment distinctes le rend d'ailleurs particulièrement agréable.

 

Reste à aborder le dernier chapitre dans les bonnes conditions d'esprit ....

Partager cet article

8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 13:00

Hoffmann-Denner.jpg

Une lecture presque distrayante comparée à celles que j'ai viens de relater dans les précédents billets !

 

S'il y est question de créatures diaboliques et d'enfants assassinés on est là dans le registre du fantastique, dans les forêts profondes d'où pourraient surgir des vampires !

 

Ceci étant, la rencontre que l'on y fait n'est guère plus réjouissante et notre pauvre bonhomme qui voit ce gusse débarquer chez lui le pressent bien même si les premiers apports sont plus que bénéfiques : il subodore que cela ne va pas être gratuit !

 

Et effectivement cela va un peu, beaucoup, tourner à la galère !

 

Un ouvrage bien sympa qui permet de découvrir l'Hoffmann des contes, ces contes mis en musique par Offenbach, un nom qui nous dit alors quelque chose.

 

J'en relirai à l'occasion

 

Partager cet article

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche