Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 16:45

Tanxane écrit :

 

- "Ma main droite était tellement crispée sur la poignée tournante qui ne pouvait plus tourner tellement je l’avais tournée que j’en avais mal pour elle (ma main)"

- "ma main cherchant frénétiquement le robinet pour lui faire faire un demi tour"

 

Mais que se passe-t-il alors ?

 

"Partout sur notre peau, se trouvent des récepteurs tactiles appelés mécanorécepteurs. Sensibles à la force, à l'intensité, à la chaleur, ils sont très inégalement répartis. Au bout de nos doigts ou sur les lèvres, la densité des mécanorécepteurs est très forte, dans le dos, elle est très faible"

 

On a vu dans l'exemple précédent qu’au niveau des doigts, de la main, c'est bien çà !

Au niveau des lèvres … je ne ferai pas de commentaire ici …

Mais dans le dos, heureusement qu'il y a aussi du mécanorécepteur : sinon une partie du plaisir de rouler en duo disparaîtrait et les alertes provenant des tapes vives dans le dos disparaîtraient aussi (et alors on loupe le château au loin dans le paysage et on se mange la portière qui s'ouvre, insensible que l'on serait à la dite tape salvatrice !).

 

"Les mécanorécepteurs existent en une multitude de sous-types sensibles à différents types de stimulations mécaniques (pression mécanique, vibration, pression sanguine...)"

 

Pression mécanique vous avez dit ? Prenons le cas de l'embrayage. Non, pas celui affadi par la pose d'un easyclutch mais le vrai d'origine. Celui qui vous fait avoir le flemme de rentrer un rapport lorsque vous abordez le 45° rond-point de la banlieue de Lyon de retour d'une virée dans les Alpes alors que vous avez voulu faire le fier et ne pas prendre l'autoroute !! Là, le mécanorécepteur on le zappe pas !

 

Moto-toucher-022.JPG

 

 

Vibration . Les bonnes vibrations of course. Celles qui vous font flasher sur l'achat de votre sports' alors que vous posez pour la 1° fois le cul sur une HD et que vous n'avez fait que deux mètres dans la conc'. Adieu les vibrations qui vous font fourmiller les pieds pendant des heures sur le 4 pat' acheté par mégarde et bonjour celles qui vous font perdre vos boulons et casser le câble de masse du même sportster !

 

La pression sanguine. Là, les facteurs de déclenchement sont multiples ! De la portière susnommée au passage d'une jolie créature …

 

"Mais le toucher c'est aussi celui des cinq sens qui nous fait connaître les qualités palpables des corps, telles que la consistance, la sécheresse ou l'humidité, la configuration extérieure."

 

La config. extérieure : au toucher savoir si vous êtes en stage 18 c'est moins évident !! Vous avez dit ? Coup de pied au cul ? Ah oui !!

 

L'humidité ? Qui n'a pas senti la goutte assassine ruisseler ici ou là malgré vos multiplies précautions ! Quant à la sécheresse on connaît surtout celle de nos gosiers (surtout en ce moment …)!

 

La consistance, çà c'est autre chose … Est-ce celle du cuir, surtout lorsqu'il est chaud et que vous vous dîtes "purée, c'est pas donné mais çà a quand même l'air d'être de la bonne came" ?

 

 

Moto-toucher-024.JPG

 

Et les gants trempés qu'on a du mal à remettre ? Consistance, humidité, on est dans quel registre quand, un par un, chaque doigt essaie patiemment de retrouver le volume qui lui est dédié à l'intérieur de ce truc doublé mais, purée, carrément chiant à remettre dans ces conditions ?

 

Moto-toucher-048.JPG

 

Et que dire de la clé dynamométrique ainsi offerte par dame nature ! Combien d'entre nous n'ont-ils pas converti la valeur précise donnée par leur revue technique (ou la réponse sur un forum !) en une réaction ad hoc du mécanorécepteur qui dit au cerveau du mécano-amateur "c'est bon ! stop ! stop, je te dis !!!").

 

Bon, çà c'est pour les Mécanos. Pour le pékin  comme moi, le mécanorécepteur se borne à dire "c'est bon, c'est bon, tu peux arrêter de serrer le bouchon de la valve, risque plus de s'envoler !". On dit alors merci au capteur et le relais passe aux yeux qui transmettent au cerveau via le nerf optique l'image des doigts crades qu'il va falloir remettre dans les gants mouillés (cf. ci-avant !).

 

Le mécano moyennement doué a aussi besoin du toucher pour retrouver la fucking paire de lunettes qui est tombée à cause des fameuses good vibrations dans un coin pas possible paumé derrière les sacoches et juste au dessus de la courroie. Vous me direz, le mécano guère plus doué vit les mêmes performances de son sens du toucher pour retrouver un boulon paumé dans un coin guère plus accessible !

 

Mais le toucher donne aussi "des informations (…) accessoirement par exposition aux fluides (eau, air, etc). Une bonne partie de ces informations sont spécifiques : la température, ou la consistance ne pourraient être connues autrement.".

 

Ah, l'air frais de la cascade que l'on capte au détour d'un virage !

Ah, la pression de l'air lorsque la vitesse augmente et juste avant que cela ne devienne inconfortable !

 

Mais que deviendrait le biker sans ses mécanorécepteurs !!

 

(of course pas plus sérieux sur le plan scientifique que sur l'analyse du cuir harley ou tout autre aspect !! tout juste un amusement de jour de pluie !)

Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 07:47
Une maison dans la forêt, des amis, de belles machines, une belle lumière et quelques objets attachants ...
Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 19:08
Un matin, tôt, une envie de photo, un Parc presque rien que pour soi
Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 21:51

affiche-film-mammuth.jpg

"Miss Ming est tout simplement une déclaration d’amour à l’humain dans ce qu’il a de plus irrationnel, de plus fragile et de plus beau aussi."

 

Je voulais écrire quelques lignes sur ce très beau film et je crois que la meilleure intro que je sache faire à ce propos c'est bien de recopier ces deux lignes issues d'un site dans lequel on parle de Miss Ming !

 

Avant d'aller voir Mammuth j'avais eu l'occasion de m'exprimer ailleurs sur mon sentiment envers ces artistes tels que Depardieu ou Lucchini : un temps, on se dit qu'est-ce qu'il joue bien (quoique, pour Lucchini …) mais surtout, après quelques films, on ne voit plus le personnage mais on ne voit que l'acteur. Et çà, çà ne me plaît pas du tout ! J'adore ces films où les rôles principaux aussi sont tenus par des artistes qu'on ne connaît pas ou que l'on connaît peu. Le personnage peut pleinement exister !

 

Dans Mammuth la magie opère ainsi. D'abord disons le, Depardieu et Moreau sont top à leur façon dans leur rôle (et quasi sans réserve pour Yolande Moreau). Scénario et dialogue agréables, tour à tour émouvant et drôle. Je ne connais pas le terme technique, disons que la façon de filmer colle bien au film, avec ces images façon super 8 d'antan. J'aime aussi quand on sait parler des gens ordinaires, comme nous tous ou presque, sans que cela revienne à rire d'eux (tout le contraire de Camping, en somme

 

On suit "Depardieu" dans sa quête et son cheminement, aidé par la fameuse Miss Ming, artiste extraordinaire ....

 

mammuth-miss-ming.jpg

 

Et on sort à la fin du film pas tout à fait comme on est entré !

 

Alors je m'aperçois après avoir tourné autour du clavier que je ne sais pas dire bien autre chose à propos de Mammuth que ce qui est écrit plus haut à propos de Miss Ming sur l'humain irrationnel, fragile et beau.

 

(Et la moto a un petit rôle, même si les "vrais motards" trouveront pourtant quelque chose qui a un rapport avec ce monde là …)

 

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 21:37

 

 

.

 

 

Envie de me promener pas loin, longtemps que je n'ai pas pris le Sports', envie de faire quelques photos : une virée dans les monts du Lyonnais a arrangé cela !

 

De beaux paysages dans cette partie là des Monts mais de là à se faire plaisir en photo ce n'est pas toujours aussi simple (du moins je trouve !).

 

Petit à petit j'ai été séduit par la variété de verts.

 

Et j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir le Sports' ; décidément une super machine !

Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 21:16

Cecarrelli700x458family-JeanJean-PaulAndreRegisCeccarelli_C.jpg

 

 

Une découverte puis une autre : une chaîne vertueuse !

 

Le jazz manouche et Bireli Lagrene.

 

Un jour, il y un an, deux ans ?, je vois que Bireli Lagrene passe à Lyon, à l'auditorium. Je "signe" tout de suite … même s'il est accompagné d'un certain André Cécarelli ! (et d'un organiste dont j'ai complètement oublié le nom …)

 

Lors du concert je suis bluffé par le fameux (dans plusieurs sens du terme) Dédé Cécarelli. Je sors du concert en me disant : "pour la première fois j'ai entendu quelqu'un jouer de la batterie, et non taper sur une batterie pour accompagner des musiciens".

 

Alors, quand un peu après la rentrée je vois que Ceccarelli Family Tour est à l'affiche de l'auditorium je n'hésite pas une seconde ! Là j'ai découvert comment trois personnes pouvaient jouer ensemble de la batterie, pour le plus grand bonheur de nos sens (et pour le moral car c'est réjouissant !). Avec André il y avait son fils et son frère : top trio.

 

La découverte du soir a été aussi le chanteur qui les accompagnait :  David Linx. Quand le bonhomme se pointe sur scène avec sa dégaine si particulière on s'interroge, deux minutes. On est vite séduit par le gusse, sa voix, sa joie. Alors, David Linx à l'affiche l'an prochain pour me faire découvrir qui ??

 

Repost 0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:27

Dompierre Tai Sabaki 038Une semaine de vacances = pas mal d'heures en moto (au sens large, passage en terrasse compris !)

 

Quelques réflexions au fil de ces heures dans la solitude sous mon casque ou avec madame :

 

-         les beaux jours reviennent, les dimanches se suivent toujours tous les 7 jours et avec les dimanches ensoleillés reviennent les timides saluts du petit doigt gauche décollé du levier d'embrayage, ou de la jambe droite qui se redresse de quelques degrés. Au fil des bornes tu te dis "et merde, le prochain je le salue pas !" et là t'as droit à un beau et franc salut d'un bras gauche levé ostensiblement et "chaleureusement"

 

-         tu te gares devant le supermarché histoire de te ravitailler solide … et liquide. Trois harley pour nous. Une suzuk se gare aussi un peu plus tard sur le parking deux roues et le mec fait style "j'ai rien vu". "Fuck you, asshole"  marmonnes-tu dans ta barbe des vacances ! Une goldwing se gare carrément hors du parking deux roues. Tu poursuis dans tes appréciations de tes pairs se véhiculant sur deux roues et trop flemmards pour pédaler. Et deux minutes plus tard alors que tu révasses, que les dames sont parties faire le plein et que ton pote fait le plein aussi (mais pas les mêmes !), le gusse s'approche de toi, la discussion s'engage. Le gars roule aussi en Héritage mais apprécie la Goldwing avec laquelle il parcourt parfois plus de 1000 bornes dans la journée en duo. Pas biker ?

 

-         tu es sur le retour sur Lyon, chacun sur sa brèle avec Madame. Tu t'arrêtes dans un troquet dont on garde un souvenir ému (une bande de djeuns qui étaient encore au ricard à 16h00 …). Là deux groupes de deux roues. Un groupe japys + une springer +  une Héritage. Et un groupe de mobs ! Avec ta compagne tu t'approches des tablées en terrasse et tu salues tout ce beau monde. Deux ou trois timides bonjours en retour ; çà ne te gâches pas ton café ! Tu es sur le point de repartir et tu vois deux gusses, 50 balais +/- 5, en train de discuter autour des harleys du groupe "mixte", dont l'un arbore un tee-shirt de la concession HD d'Albuquerque ou truc du genre. Tu les approches "c'est à vous ?". "Non, nous on roule en mob. Marre de se faire arrêter."  Mais l'un a un RK et l'autre un truc du même style mais roulaient ce jour là  sur une mob avec le bar and shield sur le saute vent et … un autocollant d'une bouteille de ricard sur le carter gauche au dessus du … pédalier !! Big twin or not, that is not forcément the question … !

 

Toujours se méfier des apparences et se préparer au meilleur !

Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 23:09

Donzere-095.JPG

 

En voulant prendre un raccourci pour retrouver l'autoroute depuis Tournon j'ai réussi à me perdre dans les vignes !  

 

 

Formulé autrement : pour gagner 3'30 et quelques 3 ou 4 kms j'ai paumé une demie heure et me suis rallongé de 15 kms !  

 

 

Mais que c'est bon parfois de se perdre ! Et là c'était vraiment l'heure et le lieu pour s'égarer :

- une belle lumière du soir

- vignes puis vergers le long de petites routes sans personne !

 

 

 

D'un seul coup on ne pense plus à rentrer mais à s"attarder pour prendre quelques photos et profiter du moment. La route n'est plus un moyen mais le but !

 

 

Les photos qui suivent ont été prises entre Donzère et St Vallier.

 

J'avais déjà eu envie de photographier ces éoliennes au pied des tours de réfirgération de la centrale nucléaire. Pas farouchement écolo et pas du tout adepte de l'éolien mais la cohabitation est quand même ... amusante ? ... 

 

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 21:51

moitessier.jpg

Il y a quelques mois, suite à la lecture de l'édito de Zed dans Freeway, j'écrivais les quelques lignes suivantes dans un forum Harley :  

 

"Moitessier from Wikipedia
En 1968, il participe à la première course autour du monde, en solitaire et sans escale, le Golden Globe. Alors qu'il est en tête, il renonce à couper la ligne d'arrivée, abandonne la course, et continue, toujours sans escale, en direction de l'océan Indien. Après dix mois de navigation, son périple s'arrête en Polynésie.

Il le relate dans "La longue route" (from Wikipedia encore) :
Il prend le départ du Golden Globe Challenge en 68 (pas n'importe quelle année hein !)
Alors que tout le monde l'attend en vainqueur (au train où il avance, il dépassera bientôt Robin Knox-Johnston, parti bien avant lui), Bernard Moitessier, passant pour la seconde fois le Cap de Bonne-Espérance, catapulte à l'aide d'un lance-pierre un message sur un cargo : « Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. » Pour lui, partir d'Europe pour revenir en Europe, c'était comme partir de nulle part pour revenir nulle part.

Moitessier qui raconte comment et pourquoi il se décide à renoncer à la course et à poursuivre son chemin, c'est du grandiose.

Moitessier aurait pur être un biker pur et dur, un mec qui reste après une super concentre parce que sa bécane se sent bien sur les routes du pays, voire un gars qui ne va pas à la concentre parce que la route est belle (bon, sur le côté voir les potes, le parallèle a ses limites !!)

Néanmoins, merci de faire de Moitessier un membre d'honneur du forum à titre posthume !

Moitessier et La longue route, pour le voileux, çà vaut en terme de mythe Easy Rider pour le biker ; alors vous imaginez mon émoi en lisant ces lignes.

Mais Moitessier, La longue route, alors qu'est-ce que çà fout dans un édito de Zed ?

Zed parle de ces bécanes d'aujourd'hui qui ne sont plus conformes à son image de la brèle. Perdu dans ses pensées il entend puis voit le pur biker sur un pur chop rigide, qui fait le bruit qu'il faut, qu'il ride sans casque, les cheveux au vent.

Plus tard Zed arrive là ou se tient une épreuve du championnat du monde custom et où il voit un max de motos qui sont inroulables. Il n'y voit pas le biker cité plus haut et imagine alors qu'il a pu décider de poursuivre sa route sans s'arrêter là, tel un Moitessier de l'asphalte, pour ne pas perdre son âme.

Et la comparaison est belle. Ce sont ces jours superbes où on est bien sur sa moto, sur un voilier et on n'a pas envie que çà s'arrête. Et c'est vrai aussi que ce feeling là on l'a certainement plus facilement sur un voilier que sur un paquebot, sur une machine avec laquelle on sent la route que sur un pullman à deux roues qui vous filtre bien les sensations du goudron, du vent, de l'air frais de la cascade à côte de laquelle on vient de passer, des senteurs de pin, ….

(En prime un clin d'œil à l'image du hobo qui m'a également bien plu ; je sais pas si vous avez vu le clip de Charlie Winston mais çà aussi çà fait penser à la route que nous aimons)."

 

J'avais envie de reprendre ces lignes dans ce blog non pour me citer (!!), ou recycler, mais parce que ce qu'il y a derrière m'importe, mais aussi pour parler d'un autre voileux peut-être encore plus bluffant que Moitessier : Joshua Slocum seul-etc-slocum.jpg

C'est le gusse qui a fait le premier tour du monde en solitaire sur un voilier. Bon, jusque là on peut se dire qu'il a simplement été le premier (comme d'autres sont les premiers à faire un record débile pour le Guiness !!).

 

Si on ajoute que c'était sur un onze mètres, c'est déjà plus fort.

 

Mais la scène se passe de 1895 à 1898 !!!

 

Rappelons-nous le confort apporté en nav. par le GPS, mesurons simplement la différence de confort que l'on ressent au cours de quelques heures en mer entre une veste de quart respirante et une non respirante ... pour avoir une idée de ce qu'il a pu endurer avec les conditions matérielles de la fin du 19° siècle !

 

Et si aujourd'hui la course au sponsor, la recherche de notoriété, de gloire (!), l'idée de se faire du fric en vendant un bouquin ou des DVD, ou que sais-je encore en terme d'objectif propre à notre société peuvent être une motivation, ce bonhomme n'avait qu'une motivation plus personnelle et intime. D'ailleurs que déclare-t-il à la fin de son périple : "(..) ce qui compte le plus est l'expérience acquise pendant mes années de navigation, où j'appris avec ardeur les lois de Neptune, afin de m'y conformer exactement en traversant seuls les océans...".

 

Comme on dit aujourd'hui, et sans crainte de l'anachronisme :              "Respect M. Slocum"

Repost 0
Published by ASTOR - dans En général
commenter cet article
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 06:33

 

ebru.jpg

La photo fait partie de mes passions, depuis longtemps.

 

Assez bizarrement, l'interview de Michel Haneke présentée en bonus du DVD de Benny's video m'avait fait douté il y a peu. Non que je me sente dans la peau de l'ado en question mais le simple questionnement d'Haneke "pourquoi photographie-t-on ?" avait ancré un peu plus le "à quoi çà sert tout çà ?".

 

Ce qui ressort du domaine artistique ne sert à rien comme le reste mais c'est néanmoins peut-être le plus important (s'il n'y a pas de hiérarchie entre des choses qui ne servent à rien, c'est néanmoins commode de l'exprimer ainsi).

 

Et l'expo Ebru me l'a rappelé hier.

 

Expo de photos d'Attila Durak, elle présente une grande série de portraits grand format de turcs. Pour ce qui me concerne il faut le dire, ce n'est pas la démarche spécifique du photographe sur la Turquie qui m'a ému mais cette superbe galerie de portrait d'humanités.

 

Cette expo m'a ôté tout doute qui pouvait rester issu de l'écoute d'Haneke ! Pas facile d'expliquer en quoi ce travail de photographe sur l'humain "légitime" à mon sens la photo mais ce regard sur l'humanité me paraît salvateur.

 

En marge du propos sur la photo, je reprends ci-après une belle explication du titre de l'expo :

 

Ebru signifie “papier marbré”.                                                               
"Cette technique picturale millénaire, qui associe la peinture et l'eau sur le papier, évoque les combinaisons créatives infinies de ces trois éléments et symbolise autant les flux et flots historiques que la rémanence des couleurs dans toutes les nuances qui s'entremêlent. Les peuples de la Turquie, qui ont vécu ces mouvements innombrables dont les traces existent encore au présent, sont à cette image "

 

Très belle image pour servir son propos. Et au delà belle image de ce que pourrait être l'humanité : une créativité infinie issue d'un mélange dans lequel chacun reste lui-même. Mesdames et messieurs les politiciens si vous manquez d'imagination ...

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche