Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 22:06

 

 

Il y a peu, je suis allé voir à La Sucrière, sur le site de Confluence dans Lyon, l'expo "Cités Végétales".

(cf. l'"article" sur ce sujet) 

Celle-ci présente la vision de l'architecte Luc Schuiten sur des villes dont les bâtiments auraient pour structure des végétaux (pour faire simple). Il s'interroge aussi dans son livre sur notre capacité à prendre le bon aiguillage.

J'aime la ville. J'aime Lyon. Samedi j'avais envie de redécouvrir tranquillement le site de Confluence en cours d'aménagement, regarder les structures.

Petit à petit le discours de Luc Schuiten est revenu. Je me suis mis à regarder la place des végétaux dans ce quartier, celle de l'homme, à m'"interroger" dans le sillage de l'architecte sur la place de l'homme dans tout çà. Entrons-nous dans une zone dangereuse ?

 

Les photos ci-dessus retracent ce "cheminement" d'un matin.

 

Repost 0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 03:20

lyon végétalePerplexe, à l'issue de la visite de cette expo.

 

Au départ une erreur de Schuiten. Enfin, je me suis trompé de Schuiten. Je pensais allez voir une expo de dessins de François Schuiten ! Ne connaissant pas l'existence de Luc je n'avais pas fait gaffe au prénom de François et n'avais donc pas vu qu'un Schuiten pouvait en cacher un autre (voire deux car le père s'est aussi illustré, si j'ose dire !).

 

Alors je visite l'expo en me disant "Tiens mais il est aussi architecte". Puis je me dis "Bon, il n'a pas réalisé beaucoup de projets à part la maison initiale Orejona.

 

La visite se poursuit. Beaux dessins bien sûr. Belles mises en perspective parfois comme ce mur où on voit l'évolution d'un quartier de 1850 à 2100. Sans doute la partie de l'expo que j'ai préférée.

 ex 2 de cité végétale

Un autre aspect de l'expo c'est le côté pédagogique militant. J'y ai appris beaucoup de choses (bon, l'intérêt de l'observation du martin pêcheur pour dessiner le nez du Shinkansen aurait mérité d'être plus étayée). 

 

Et puis là on arrive à un côté un peu lourd et doux rêveur auquel j'adhère moins.

 

Qu'a fait concrètement Luc Schuiten ? Je ne sais pas. Je n'ai pas passé de temps à chercher au delà de l'expo et d'un regard en diagonal hier soir sur le book de celle-ci (oui, beau bouquin tout de même malgré ce qui suit).

 

Et avec ce "qu'a-t-il fait concrètement" le doute s'insinue. La démarche manque quand même bougrement d'exercice pratique (ou alors l'expo et le livre ne mettent pas assez cela en avant mais çà ne ressemble pas à cela).

 engin schuiten

Les réflexions sont intéressantes mais trop "de principe". J'allais dire "théoriciennes" mais on ne sait pas même jusqu'où la réflexion de faisabilité a été poussée. Me balader avec des ailes en dansant ? Oui ... Cela me rappelle les BD et bouquins d'anticipation que je lisais gamin et qui me montraient qu'en 2000 je me promènerai en ville avec une voiture sans roue volant comme un avion !!

 

 

 

ex de cité végétale

 En plus dès que l'on gratte un peu çà coince. Le nez du Shinkansen, bof. Les maisons végétales autour du lac. La lumière qui rentre par un mur principal exposé au sud, des maisons tournant autour du  lac en cinq siècles et la lumière qui est multipliée par la réflexion sur le lac : çà colle pas !

 

Puis le côté pathétique avec le fait que comme une horloge arrêtée il n'aura eu raison que deux fois dans sa vie. Ajouté au côté "donneur de leçons", çà m'embête".

 

Alors à la fin je me dis que je préfère 100 fois la démarche d'un Le Corbusier (ou d'un Niemeyer). Théoriser oui mais mettre en pratique. Si Le Corbusier n'avait fait que de beaux dessins et de la théorie on pourrait peut-être encore croire que c'est impec ce qu'il faut à l'homme moderne. La mise en pratique qu'il a faite et ce qui a suivi a montré que ce n'est pas si simple mais au moins le schmilblick avance par la confrontation des idées à la réalité.

 

En plus franchement je ne crois vraiment pas que nous soyons encore capable de prendre ce chemin. Dans le livre précité, l'auteur reprend l'image d'un TGV et des aiguillages. Pour le coup je crois qu'on est bien au delà de l'aiguillage et qui menait à cela. Et on ne fait pas plus marche arrière qu'un TGV.

 

Alors finalement ces lignes n'iront pas sous le thème "Merci les artistes" mais dans "Notre beau monde" !! 

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 22:22

iggy-pop-fourviere.jpg 

 

Ce soir j'ai le temps et l'envie d'écrire.  

 

Je réalise à quel point j'ai de la chance d'assister à tous ses spectacles (et passerai sous silence le besoin).  

 

Les sensibilités qui s'expriment au travers des arts sont différentes. Je terminerai ce soir avec Iggy Pop.

   

Places de concert achetées pour faire plaisir à Madame. Ce soir là je prie surtout pour qu'il pleuve et que le concert soit annulé ! La semaine de vacances a, fort heureusement, été fatigante !

  

 

Nous sommes accueillis par un jeune con mentalement boutonneux. En nous filant le traditionnel coussin de Fourvière cet idiot téléguidé se croit obligé d'ajouter "ce soir c'est rock n'roll. C'est dans la fosse"

 

Of course, y a plus que çà comme places à l'heure où on arrive !! Et c'est tant mieux car c'est bien là qu'on comptait être. Mais, pov mec. tu devrais savoir que le gars sur scène a plus de soixante balais et qu'on peut être jeune et con !! Bon, la parenthèse fielleuse est fermée mais t'as vraiment fait un excès de zèle pov' niais !

   

Pause après la première partie (Son of Dave : excellent !)  

 

Les musicos arrivent sur scène. Trois secondes après démarrent à donf. Cinq ? Deux secondes plus tard, Iggy Pop se catapulte lui aussi dans la place, le majeur levé d'après ce que je lirai après. Qu'est ce que je retiens de cela ? Une énergie folle et super communicative. Je suis dans la fosse à quelques mètres du gonz. Je peux voir sa tronche. Ce mec s'éclate et veux en profiter et nous en faire profiter à 200 % : c'est génial.

   

J'y laisserai (provisoirement) une partie de mes facultés auditives (çà va mieux ce soir !!),  quelques centaines de grammes tellement je me suis bougé, mais en tire une certaine "leçon" : n'hésitons pas et ne faisons pas les choses à moitié ! Tel ce sexagénaire endiablé qui n'a pas hésité ce soir là à littéralement se jeter dans la foule !! 

 

 

Bravo, mec, sacré leçon !

 

 

 

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 22:09

Sheller.jpgQuelle est  votre image de William Sheller ? Je ne sais pas. Qui l'a suivi ? Qui est parti du gazoline pour son chopper pour le suivre dans ses errements parfois surréalistes comme il le dit lui même ?

 

Je n'ai pas hésité deux secondes pour acheter les places pour Sheller seul au piano. Je n'ai pas douté que ce gars là avait quelque chose à nous dire.

 

Il faut le voir, l'entendre, parler du piano, commencer avec Symphoman et nous raconter des histoires (vraies ? peu importe !!!) sur la genèse de ses chansons, parler des "martinets" qui survolent Fourvière ce soir, faire la vraie-fausse star troublée par le flash d'une VIP ou le vol d'une mouche, nous expliquer pourquoi "Nicolas" à partir d'une odeur de poireau de sa voisine du dessus et du bruit des pas dans l'escalier.

 

Quand je vais voir un type comme çà, un peu comme hier Johnny à Marseille ou demain Eddy Mitchell à Tony Garnier (un peu, car je préfère tout de même Sheller à ces deux là), quand je vais voir ces gusses sur scène, je me dis dans tous les cas "Messieurs, vous êtes vraiment des artistes, merci !!"

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 21:39

100625_ta_paolo_conte_c_alessandro_menegatti.jpgJ'ai découvert un peu par hasard Paolo Conte.

 

Je connaissais le nom. A la médiathèque de Lyon je prends un CD. Je retrouve quelques airs connus de ma génération mais surtout j'adore l'ambiance de ses chansons.

 

Pourquoi ? Je serai bien incapable de l'expliquer. Je ne connais pas ses textes et leur sens mais l'interprétation respire la sensibilité, la vie, le respect des autres.

 

Sur scène c'est bien le même bonhomme avec sa présence, son humanité, son respect pour ses musiciens qui ont un espace pour s'exprimer. On ajoute à cela une ambiance assez unique.

 

Juste pour l'anecdote le violoniste "habité" nous fait penser à un personnage de BD, Raspoutine.

 

Bizarre cette sensation : j'aimerai connaître Paolo Conte et échanger avec lui. Cet homme respire l'intelligence de la vie.

 

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 21:20

Joachim-Kuhn-Majid-Bekkas-Ramon-Lopez-.jpgComment j'ai découvert Joachim Kuhn ? En alllant voir Paolo Conte !

 

Il faisait sa première partie. Pour le malheur de certains venus écouter une tête d'affiche. Pour le bonheur d'autres, admiratifs de la passion des artistes et de ce qu'ils vous font vivre. Je fais évidemment partie des seconds.

 

Dire que j'ai tout de suite adoré ce serait faux. Iggy Pop et Son of Dave m'ont passionné dès les premières secondes, Joachim Trio, non.

 

Mais la magie d'un artiste passionné et talenteux opèrent toujours. On rentre dans son univers, on est scotché par sa passion.  Et c'est parti pour ailleurs !

 

Ces trois là savent le faire. Leur passion est communicative. Quel bonheur ce doit être que de savoir s'exprimer ainsi avec ses tripes et sa musique ....

 

Je suis toujours bluffé par la capacité des musiciens, comme des danseurs ... de tango, à savoir échanger sans mots. Cela a encore été une grande leçon avec ce trio (non sans penser en voyant Joachim Kuhn à un Klaus Kinski dans la forêt amazonienne avec son paquebot ....)

 

PS : La technique aide parfois l'émotion. J'étais très bien placé ... mais les gros plans relayés sur les écrans sont quand même un plus !

Repost 0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 21:55

galliano.jpg

Il y a quelques années je découvre par hasard le tango.

 

Quelques mois plus tard, comme tous les ans, les Nuits de Fourvière.

 

Un pote du tango me parle alors de Galliano ... mais il est trop tard le concert de Galliano aux Nuits est passé !

 

Qu'à cela ne tienne, je récupère des CD et découvre l'artiste ... et un instrument ! Cet accordéon qui pour beaucoup dans ma génération est avant tout associé à une image peu sexy avec le musette, André Verchuren et Yvette Horner !

 

Et le Galliano que je découvre alors c'est quelqu'un qui fait quelque chose comme Tangaria ! Quel bonheur !

 

 

Cette année Galliano revient à Fourvière avec un titre de spectacle "Galliano joue Bach". Tant pis, je signe ! Certes je préfèrerais entendre autre chose. Certes je regrette par avance d'écouter Galliano avec le public de Fourvière qui papote autant qu'il écoute la musique ...

 

En fait quel bonheur !! J'arrive avec quelques minutes de retard pour m'apercevoir qu'il passe au petit théatre, gage de proximité avec l'artiste.

 

Le petit amphi est plein aussi je dois rester en haut ... mais :

1 : je vois très bien la scène

2 : je peux carrèment être allongé, regarder les étoiles et écouter

3 : le public est pour une fois très respectueux

4 : en fait Galliano va jouer du classique, expliquer sa démarche, jouer des titres plus en phase avec sa discographie, évoquer ses échanges avec ... Astor, le vrai of course.

 

Résultat : un très beau et envoûtant spectacle !

 

Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 21:33

Vallée d'Audour, quelque part dans le Clunisois ...

 

Repost 0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 20:46

S'il n'y avait eu le précédent des mécanorécepteurs j'aurais choisi comme titre "Le goût des autres" d'abord parce que c'est le titre d'un superbe film d'Agnès Jaoui avec Bacri, ensuite parce que le goût des autres c'est la saveur même de la passion pour HD.

 

Le goût est peu mis à contribution au sens propre, à la base, dans notre passion. A part le goût de l'eau de pluie quand on est sous un putain d'orage ….

 

Mais n'est-ce pas le goût des autres qui nous fait rouler ? Moi, si. Dans une large mesure. Soit ceux dont je sais que je vais à leur rencontre soit … tous les autres ! Ceux qui modèlent nos superbes paysages, ceux qui ont pensé et bâti ce qui nous enchante le regard, ceux que je rencontrerai dans une épicerie du fin fond d'un patelin et qui auront la phrase ou le sourire qui va bien.

 

Et puis, dans cette rencontre des autres, le goût a toute sa place.

 

Goût n°1 dans ce qui nous réunit, le jack, isn't it ! D'autres écriront bien le pourquoi du comment de la présence du jack dans notre milieu. Mais une chose est sûre le goût du Jack est au centre !!

 

 

jACK 018 copie 

Mais c'est aussi le goût du demi qu'on savoure enfin à l'occaz d'une pause.

 

tai-sabaki-051-copie.jpg

 

Ou celui d'une omelette divine qu'on savoure avec un chat sur les genoux à l'heure du déjeuner en terrasse en passant un col de la Chartreuse !

 

Chartreuse-032-copie.jpg

 

 Le goût du 51 qui marque votre arrivée dans le sud, à l'Estaque par exemple.

 

Marseille-Oct-2008-004-copie.jpg

 

Et tous ses plats que nous associons aux rencontres d'ici et de là.

 

Les chipirons chez Lio !! (on pourrait d'ailleurs relier ce plaisir à l'ouïe avec les commentaires de Lio et leur propre saveur !!)

 

S--pious-frits--a-la-Lionel-copie.jpg

 

La paella qu'un pote cuisine à l'occasion d'une réunion entre amis.

 

Anniv-Ouroux-408-copie.jpg

 

La bleue que l'on boit en suisse.

 

WE-PATY-HUGUES-140-copie.jpg

 

Et après l'omelette ci-dessus, last but not least, l'Omelette !

 

Celles et ceux qui L'ont goûtée savent de quoi il s'agit !!!

 

Alors, les chémorécepteurs, hein …. Parés pour de nouvelles aventures gustatives ?

Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 18:58

 

Django drom aux Nuits de Fourvière c'est, once again, la magie des spectacles de Gatlif et du site de Fourvière réunies.

 

Once again car il y a un an ou deux Gatlif avait déjà monté un spectacle extraordinaire à Fourvière : "Vertiges : du flamenco à la transe" avec des danseurs extraordinaires !! José Maya notamment et cette danseuse en jean qui était bluffante sur sa mini scène au milieu du public.

 

 

 

 

Django Drom est sur un registre différent que Vertiges : peu de danse mais un témoignage visuel important au travers du film de Gatlif projeté sur un écran en fond de scéne !  peu de danse mais de la musique, ouahhhh ! Biréli Lagrène, Didier Lockwood pour ne citer qu'eux !!

 

L'intro avec Lockwood et la danseuse est un grand moment. Que nous avons eu de plus le plaisir de vivre de près compte tenu de notre emplacement dans le public.

 

Le boléro de Ravel est aussi un lien important entre nous et ce site de Fourvière : il conclut ce superbe spectacle avec une réinterprétation et un mélange des genres aussi surprenant qu'agréable. Un mélange dont Gatlif a le secret. Mais quelle est la part de Gatlif et celle de Lockwoood dans ce mix ? Peu importe, les artistes se sont trouvés !

Le boléro dansé par Sylvie Guillem et le ballet de Tokyo sur ce même site avait été aussi le spectacle le plus extraordinaire que j'ai pu voir ...

 

Une seule interrogation à l'issue de ce spectacle. Pourquoi, de façon irrationnelle et "déraisonnable" ai-je de plus en plus ce mélange d'admiration et d'envie pour le peuple gitan ? Pourquoi réduisons-nous ce peuple à un stationnement en caravane dans les zones alentours de nos grandes cités ? Pourquoi ai-je envie de soirée au coin du feu en écoutant quelques guitaristes et en regardant un flamenco même maladroit ?

 

Et demain lorsque je serai allé voir l'expo photo du CHRD aurais-je encore plus de respect pour ce peuple qui vit depuis des siècles à nos côtés avec une logique si différente ?   

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche