Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 18:45

L-Augmentation large J'aime me laisser surprendre et dans ce cas cela valait vraiment le coup !

 

J'avais "noté" ce spectacle comme ceux "à voir" en début de saison. Les mois passent, les résas prennent du retard. Je rouvre le programme du théatre de Croix Rousse et vois mes quatre étoiles en face de l'Augmentation, je réserve et nous voilà au Théatre sans plus savoir de quoi il en retourne et nous "interdisant" de lire le programme remis ...!

 

Le spectacle commence : surprenant !

 

Se poursuit : des personnes quittent la salle ...

 

Plus loin : la mayonnaise prend, on entend des rires ... et on rit.

 

Plus tard : décidément c'est top !

 

Le moment du salut des artistes : ceux-ci reviennent saluer en ce masquant rapidement derrière des photos. Ah, bon dieu mais c'est bien sûr : Perec !

 

Un spectacle vraiment réjouissant : bluffant par le texte et son utilisation, tout en étant dans le registre de la comédie un peu acide. Voilà une soirée détente qui ne cède pas à la facilité. Merci ! 

Repost 0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 05:27

 

 

sans-objet-cie111-n-5 9bkEncore une création très originale proposée par le Toboggan à Décines, cette "danse avec un robot".

 

L'an prochain je serai plus attentif à la programmation de cette salle !

 

Ce spectacle a des qualités que j'avais également appréciées dans Dark Matter il y a quelques jours ; poésie, humour, créativité et maîtrise.

 

Mettre en scène, pour de la danse, un robot  : une bonne idée ! On se surprend, notamment au début à apprécier la chorégraphie qui régit son mouvement. Et, de fait, on sépare l'appréciation de la chorégraphie et de la performance du danseur !

 

On est surpris ensuite par l'"humanité" que peut acquérir une machine qui regarde, interpelle le public ou effectue des mouvements qui induisent/portent tel ou tel sentiment.

 

Le dispositif scénique est superbe : bande son, lumières (excellente idée que celle de la bâche en fin de spectacle, mais aussi ce projo dont s'empare le robot) plaques mouvantes. Il y a quelque chose de 2001 Odyssée de l'espace dans ces plaques qui se plantent verticalement, d'autant plus que suit un très beau montage où on retrouve l'image du foetus.

 

La scène avec le corps qui se disloque et se détend est un bel exemple conjugant maîtrise et humour. Remarquable également une scène avec un écran additionnel et un étrange dialogue avec des images et voix déformées.

 

Je disais plus haut le fait que le Toboggan allait faire l'objet d'encore plus d'attention de ma part mais la Cie111 mérite cette vigilance également. Lorsque j'ai réservé ce spectacle c'est l'idée du robot qui avait fait tilt. Arrivé dans la salle c'est le nom Cie111 que j'ai remarqué. Il y a quelques années nous avions vu Plan B à la Maison de la Danse ... et cela nous avait déjà marqué. Cie 111 en favori !!  

 



Découvrez "Sans objet" le dernier spectacle de la Compagnie 111 à Toulouse sur Culturebox !

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 05:36

Un petit matin de tout début Avril, une belle lumière, une envie de photo et de moto ...

 

 

 

Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 05:06

Jacques Higelin Concert Très bon concert !!

 

Je n'aime pourtant pas vraiment cette salle (ambiance séminaire ou salle de cinoche) mais bon, ce n'est qu'un contenant !

 

Un tout début de concert moyen : son horrible sur le premier titre et premières vannes de Jacques Higelin un peu lourdingues.

 

Mais ç'est très vite sorti de là et quel plaisir de voir ce gusse sur scène ! En fait re re voir car en y allant je me suis dit que cela faisait trois fois que je l'aurai vu (et c'est le seul que j'ai vu trois fois et très peu deux fois ...).

 

Première rencontre à l'époque de "Pars". Un des premiers concerts auquel j'assistais, une très petite salle : magique.

 

 

 

Deuxième rencontre : c'est le moment de "Champagne". Une salle parisienne. Higelin au top. Gravé dans la mémoire !

 

 

 

 

Et donc une troisième fois à la Bourse. Bien sûr on a eu droit à ces deux titres, toujours aussi agréables à entendre. On a entendu d'autres choses que je ne connaissais pas mais que du bon. J'ai  redécouvert un titre "Dans la gare de Nantes ...". Un plaisir des concerts : voir et donc entendre autrement.

 

 

 

 

Passés le début un peu lourd, les interventions d'Higelin était conformes au personnage (mais sans paraître "jouées") : de l'humour, du délire, de l'énergie, de la communication..

 

Enfin, deux heures pendant lesquelles on a l'impression d'écouter notre vieux pote à tous et çà  c'est pur bonheur ! Une vraie grande standing ovation pour finir (quand je dis "vraie grande" c'est par opposition au truc où trois personnes commencent à se lever parce qu'elles ont mal au patte, derrière çà suit pour voir (au sens propre) et petit à petit par conformisme une partie de la salle se lève : m'énerve, çà ...). Non, là une vraie envie partagée de saluer l'artiste sur scène et lui dire notre plaisir de passer un moment avec lui à rentrer un peu dans son univers.  

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 04:56

indian HIGHWAYUn moment que je n'avais pas pris le temps d'aller à une expo ... et un très bon moment !

 

Rassembler des oeuvres "représentatives" d'un pays comme l'Inde cela donne de fait un grand catalogue dans lequel puiser et finalement une expo très riche avec une grande diversité.

 

Diversité sur la nature des oeuvres avec des peintures, sculptures, vidéos, photos, installations.  Notamment voir la photo intégrée à une telle manifestation est intéressant. Elle a trop peu souvent sa place en de tels endroits. Et il y a là des choses très intéressantes que ce soit une sorte de galerie de portraits en noir et blanc ou une visite d'un frigo en couleur !

 

Je suis fan de photo, moins de sculptures. Un peu bluffé par ce camion / bus en rondelles inox. A la fois une belle oeuvre et quelque chose qui me fait aussi penser aux fameuses maquettes en allumettes ....

 

Pour le reste un univers très créatif. Il nous rapproche parfois avec bonheur de son pays d'origine : une superbe oeuvre avec des vidéos simultanées dans des boîtes suspendues qui nous donne l'impression de plonger dans une ville bruyante et grouillante de vie. La ville maquette en creux qui lui face dans le musée est également sympa. Pour en citer deux dernières parlons d'un montage très olfactif avec des centaines (milliers ?) de bâton d'encens ou, juste à côté une oeuvre très touchante qui cherche à investir les coins, les angles. Allez, en revoyons la vidéo ci-dessous j'ai envie de citer la grande fresque avec de petites silhouettes : un bijou !

 

En voyant la dite vidéo, je me dis que j'ai bien fait de ne pas aller au vernissage (ou alors prévoir d'office d'y retourner un autre jour) : cela fait quand même beaucoup de monde pour apprécier la visite !!

 

Dans les murs en même temps, au troisième, Pascale Martine Tayou : mon point de vue ? Inutile de monter au troisième ... 

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 06:01

Dark-Matters-590x393Longtemps que je n'étais pas allé au Toboggan à Décines.

 

Envie de sortir cette semaine. Un coup d'oeil sur la programmation de mes salles préférées : le théatre des Ateliers, la Maison de la Danse. Oui, bon çà pourrait se faire mais pas le coup de foudre. Tiens, et le Toboggan ? Et là je tombe sur la vidéo de présentation de Dark matters. Il me faut des places !!! çà doit être déjà tout réservé !!! Et non c'est bon, nous trouvons deux places ... et très bien placés !

 

Deux jours d'attente très enthousiastes. Avec toutefois une volonté de ne pas trop m'emballer. Parfois on place la barre inutilement haut en terme d'attente et on est inutilement déçu.

 

Arrivée au Toboggan. Tiens, bizarre la salle est à peine remplie à la moitié.

 

Le spectacle commence ... et tous les doutes s'envolent tout de suite !!! C'est vraiment superbe.

 

Deux parties. Une première partie dans laquelle le pantin est physiquement présent comme sur la photo qui accompagne ce texte. Une seconde partie purement danse.

 

La première partie est vraiment top. L'animation de ce pantin est très réussie. Ceux qui donnent vie au pantin sont visibles comme il le faut, selon les scènes présents ou ne captant pas notre attention (l'éclairage, la mise en scène sont très efficaces pour obtenir ce résultat). Les échanges entre l'humain et le pantin ont toutes les dimensions : tendresse, colère et même clin d'oeil aux conbats type Matrix ! Le danseur est extraordinaire tant en première partie dans ses échanges avec le pantin qu'en deuxième partie dans cette chorégraphie qui l'amène souvent à reproduire la gestuelle d'un pantin.

 

La fin de la première partie annonce une bascule avec la "démolition du décor". Entracte 20 minutes. Un peu de crainte sur le fait que la 2° partie apparaisse comme décevante après cette création très originale. Et non, ce ne sera pas le cas (même s'il y a quelques longueurs, très acceptables).

 

 Le thème est très riche et permet beaucoup de variations de ton et cette création sait bien passer d'un registre à l'autre.

Un travail considérable doit être à l'origine de cette reproduction par les danseurs des déplacements d'un pantin ! Tant dans l'analyse que dans la capacité à reproduire. Et tout cela sert remarquablement le propos sans que la technique ne vienne noyer le sens.

 

L'un des meilleurs spectacles que nous ayons vus !

 

Nota : ce n'est pas tout à fait un hasard si c'est au Toboggan que nous nous sommes ainsi réjouis : cette salle a une excellente programmation !

Un tel spectacle ne remplit qu'une demie salle : probablement les lyonnais ne sont-ils pas très enclins à sortir au spectacle à Décines ... Ils ont tort. Nous n'avons été déçus qu'une fois au Toboggan et c'était dans le cadre de la très lyonnaise biennale de la danse ...

 

Repost 0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 05:56

FAr Enfin de la danse !! Très beau spectacle.que celui de Sidi Larbi Cherkoui vu précédemment ... mais qui laisse une furieuse envie de voir une autre danse, celle que j'aime particulièrement, qui n'oublie ni qu'il s'agit de danse (et pas de mime ou de théatre) ni qu'on est en 2011 (et qu'on aspire à autre chose que de la danse (trop) classique).

 

Far a complètement répondu à cette attente.

 

Un décor simple et complexe à la fois, une belle musique : le cadre est favorable.

 

La première scène donne le ton : les danseurs vont pouvoir déployer leur technique. Deux minutes on craint que cela ne soit trop classique dans la chorégraphie ; çà le reste un peu mais me convient bien comme cela. J'ai lu quelque part qu'on parlait de néoclassique à propos du style de Wayne Mc Gregor ?

 

Restent la beauté, le charme, la magie ... et le reflet des interrogations, craintes, espoirs avec ce langage si particulier de la danse. Je connais peu ce langage mais il me "parle". C'est un peu comme le langage des signes. Je ne connais ni l'un ni l'autre mais je suis à l'écoute lorque je reçois ces signes du corps ou des mains. Ils parlent autrement mais parlent merveilleusement. Sans être capable de décoder, le sens précis ne passe pas mais on perçoit des sentiments. Un peu comme quand on écoute de la musique les yeux fermés : l'attention est disponible autrement et permet de capter autre chose.

 

 Pour en revenir à Far, une belle pièce avec beaucoup de sensibilité bien servie par une superbe technique des danseurs. Un très bon moment donc !

 

 

 

 

 

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 05:12

tdm3-copie-1Sur la pièce je n'écrirai rien...  Complètement HS ce soir là j'ai eu bien du mal à suivre, avouons-le !

 

A quoi bon aller au théatre lorsqu'on est HS ? surtout lorsqu'on a acheté son billet le jour même en toute connaissance de cause ?

 

Pour se bouger les neurones. Pour se secouer les puces. Pour éviter de s'endormir "intellectuellement". Pour éviter de s'enliser dans le fameux métro-boulot-dodo.

 

Et pourquoi TDM3 ? Parce qu'aux Ateliers je suis sûr de toujours passer un bon moment ! En cherchant l'image qui illustre cet article je suis tombé sur une critique assez dure de cette pièce en ce lieu. Possible qu'elle le "mérite". Mais critiques et autres essayeurs de moto, de bateau ou que sais-je ont un point commun : ils sont habitués au meilleur et ne recherchent pas le plaisir en testant. Cette critique de théatre me fait penser à un essai de voilier dans lequel on critiquait le poids de ... la porte du frigo !! Quand j'ai passé une bonne journée de voile et prépare le repas avec la famille ou les potes, je ne le sens même pas le poids de la porte du frigo ! Ou ces essais de moto où on parle de l'accessibilité de la commande de la radio. Et même lorsqu'on parle de la stabilité de la moto à 180 dans les grandes courbes j'ai envie de dire "et alors ! tu la connais ta moto et tu fais attention dans ces circonstances "extrèmes"".

 

Alors pour en revenir au théatre ce soir là, c'est un peu pareil. Une telle soirée aux Ateliers c'est retrouver le plaisir d'un théatre où la proximité est réelle, où le plaisir des acteurs et de ceux qui les entourent dans le montage du spectacle semble bien là. Même claqué, même si la pièce aurait dû être comme ci ou comme çà, ce plaisir reste entier. Dans TDM3 quel bon moment que ce long monologue de l'acteur que l'on voit à droite sur la photo. Et cette intervention de Gilles Chavassieux avec ses mains gantées ? Elle n'aurait pas sa place dit le critique en question ? Et bien moi j'ai savouré un bon petit moment de jeu !

 

Alors je ne fais aucunement la critique de la critique, qui m'éclaire et que je respecte. Mais sachons savourer les petits plats cuisinés avec plaisir et dégustés dans de bonnes conditions même lorsque cela ne satisfait pas les critères des critiques gastronomiques.

 

Un peu comme le plat de pâtes vaguement carbonara dans le carré après une nav. de nuit !

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 02:03

sidi larbi cherkaoui babelC'est amusant la façon dont cela fonctionne avec la production d'un artiste.

Ce n'est pas clair !

Formulé autrement on se dit parfois "j'aime ce qu'il fait, j'aime cet univers" et on a l'impression que ce sera vrai pour toute son oeuvre.

 

Et puis un jour çà marche pas. Ou moins bien. Et alors on s'interroge "qu'est-ce que j'aime moins dans cette oeuvre"

 

C'est la question que je me suis posée en sortant de la Maison de la Danse après avoir vu Babel.

 

De mémoire, Myth était déjà un spectacle que j'étais allé voir en me disant "c'est Sidi Larbi Cherkaoui : j'y vais !". Une chose est sûre : j'étais ressorti de Myth certain d'une adhésion très forte avec cet univers et donc j'étais entré à la Maison de la Danse pour voir Babel certain que j'allais adoré ... Et non !

 

Si j'écris ce blog c'est que cela me permet de mettre des mots sur ce type de sentiment diffus, donc de les creuser, d'y songer. J'ai hésité un moment avant d'écrire ces lignes sur Babel. Cette nuit j'ai revu un peu des deux spectacles sous la forme des extraits ci-après et force est de constater que mon approche des deux oeuvres reste la même !

 

Après réflexion en ayant vu Babel, mon sentiment était que sur ce coup là, ce n'était pas le type de chorégraphie que j'appréciais, souhaitant plus de danse et moins de théatre ou de mime. Et puis je revois l'extrait de Myth et je ne vois pas de différence fondamentale à ce sujet.

 

Alors tout simplement serait-ce qu'un thème me touche plus que l'autre. Certainement !

 

Mais :

1 : je retournerai voir les spectacles de Sidi Larbi Cherkaoui car j'aime cette façon de s'exprimer

2 : sans retrouver son nom après une rapide recherche l'une de ses danseuses a quand même une présence rare sur scène !  (Dans Babel dans le duo vers 1'25 et dans Myth sur la gauche de la scène vers 5' )

 

Les extraits des spectacles comme annoncé ci-dessus :

 

 

 

 


Sidi Larbi Cherkaoui "Myth"
envoyé par MickeyKuyo. - Découvrez plus de vidéos créatives.

 

 

Repost 0
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 14:26

 

 

Fort heureusement il ne s'agissait pas hier de demander à payer en trois échéances ma facture d'électricité !

L'hiver, un moment depuis que je n'avais pas roulé avec le RK. Un coup d'œil sur la météo du samedi qui s'annonce lumineuse et douce. Où fait-il le plus beau et doux ? Oui … Mais plus précisément. Ok. 

 

Bien, go ! ce sera la route entre Crest et Die. Ce n'est qu'après être parti que je pensais au raccourci.

 

Départ vers 10h00. Frisquet quand même mais quel bonheur d'enquiller ainsi l'autoroute vers le sud avec le soleil !!!

 

Sortie Valence. Crest. Un peu de mal à trouver un resto dans notre cahier des charges et finalement très bien : C'Resto.

 

On décolle assez tôt (l'idée est quand même de rentrer avant la nuit). Direction Die. Pause photos, petits détours par les routes proches. On découvre Die qu'on imaginait autrement (ou c'était une opération ville morte et on a vu que les opposants au mouvement).

 

On redescend à meilleur rythme mais l'œil à l'affût des effets de la lumière du soir.

 

 

Et puis finalement on rentre de nuit. Un dernier plein. Pourquoi de la buée quand on souffle, çà s'est rafraîchi avec la nuit !

 

Bon petit run tranquille : de l'air, du soleil …

 

 

En photo ? Parti chercher le soleil on trouve naturellement … la lumière. Et finalement plus que des paysages c'est plus celle-ci que je rapporte dans la boîtier, jouant avec l'ombre, rasante sur les murs, faisant briller les peintures récentes ou les rails de chemin de fer, colorant le paysage du soir, …

 

Repost 0
Published by ASTOR - dans HD only
commenter cet article

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche