Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:12

banquieranarchiste Un jour, un couple vient nous rendre visite et notre amie m'offre un très beau cadeau : un livre.

 

En effet, en soi, un livre c'est déjà un beau cadeau.

 

En effet, c'est prendre un risque : pas facile de choisir un livre pour quelqu'un (sinon quelqu'un de très proche). C'est d'une part se révèler un peu plus : j'ai aimé cela et/ou je pense que tu vas l'aimer. C'est d'autre part dire à l'autre ce qu'on pense qu'il pense. C'est prendre le risque d'un vrai flop : que faire d'un livre qu'on n'aime pas (et il va falloir en plus gérer le "retour" à celui qui l'offert genre "je lui dis" ou "je lui dis pas" !)

 

C'est aussi un pari qui peut être le bon et c'est alors un super cadeau que de faire découvrir un auteur à quelqu'un : un bout d'univers en plus !

 

Ainsi donc cette amie avait envie de me faire découvrir Fernando Pessoa (avec une idée derrière la tête ; j'essaierai d'y repenser à la fin de cet article !) et plus particulièrement son "Banquier anarchiste".

 

Quelle excellente idée !!

Une petite centaine de pages et une forme hyper simple et agréable : un dialogue avec pour personnage central, ce banquier.

 

Mais surtout un jeu intellectuel aussi simple que réjouissant basé sur la volonté de ce personnage de démontrer : "étant radicalement anarchiste, je ne pouvais que devenir banquier" !! Vous imaginez le parcours de la pensée ? Peut-être pas mais vous imaginez certainement que cela peut être un exercice très intéressant !

 

Et pour en revenir à la forme, le récit, qui ne fait qu'une soixantaine de pages, est complété par de courtes variantes à celui-ci, amusantes également à parcourir.

 

En me laissant à ce livre, l'amie me dit "Et si çà te plait, tu pourras regarder du côté du Livre de l'Intranquilité".

 

"Le banquier anarchiste" était donc en plus une sorte d'avant garde de l'oeuvre de Pessoa.

 

 A la FNAC j'ai donc parcouru ce "Livre de l'Intranquilité" ; son idée m'a séduit. Il est maintenant dans ma pile à lire près de mon chevet mais, paradoxe, j'ai le sentiment qu'il faut l'attaquer en toute ... tranquilité.

 

J'attends donc soient réunies les conditions : avoir sous la main cet ouvrage qui n'est pas de Poche (j'ai dû déroger à cette règle d'or !!) ET être au calme. Cet été ???

Repost 0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 18:49

la-fin-des-temps.jpgOui, je précise Haruki car un Murakami peut en cacher un autre : je me suis déjà fait "piéger" ! au début de ma découverte de cet auteur.

 

"La fin des temps" c'est aussi pour moi la fin provisoire de Murakami :

- je ne lis que des Poche(s) (car je les balade dans mes poches ou mes sacoches de moto  pour les lire ici et là)

- j'ai lu tous les Murakami publiés en Poche (sauf l'autoportrait...)

 

Un conseil, évident probablement : ne pas lire la préface ! Je ne les lis jamais avant d'avoir lu le livre car on perd sur la découverte de l'ouvrage. Dans ce cas ce serait vraiment dommage.

 

J'ai déjà écrit sur ce blog à propos de cet auteur.

 

A propos de cet ouvrage que dire ? Ce n'est pas celui que j'ai préféré. Je me suis même un moment demandé si ce n'était le Murakami de trop.

 

Pourquoi ? D'un chapitre à l'autre on alterne entre deux mondes.

 

L'un me plaisait moyen. Un monde presque classique. Un début pourtant extraordinaire avec une histoire d'ascenseur qui est abordé sur la 4° de couverture. Puis des histoires de "ténébrides" auxquelles j'ai moyennement accroché.

 

L'autre monde est lui tout de suite extraordinaire : une ville ceinte de murailles infranchissables sauf pour les licornes et son gardien. Une ville avec un liseur de vieux rêves, une bibliothèque hors du commun, une ville où l'ombre est étonnant (sans faute d'accord !).

 

Deux mondes qui .... Eh bien, non je n'en dirais pas plus après avoir écrit ce que je pensais de la lecture de la préface !

 

Parfois donc le premier monde est lourd mais il réserve tout de même de belles surprises.

 

Mais j'ai vraiment beaucoup aimé le pourquoi de deux mondes et la fin du roman.

 

Alors pour aller vers 'La fin des temps", deux "préalables " :

- avoir déjà découvert Murakami via un autre ouvrage

- avoir apprécié son rythme de narration parfois surprenant. De multiples détails souvent, des écarts par rapport au fil directeur nombreux. Et une forme d'accélération vers la fin où l'auteur se concentre sur l'essentiel. Ce n'est pas systématique chez lui mais je l'avais déjà constaté dans d'autres titres.

 

Moyennant ces deux préalables cela reste une lecture conseillée !

 

 

PS  : 625 pages quand on prend son temps et qu'on gribouille sur son livre cela permet de retrouver à l'heure d'écrire ces lignes un bulletin de météo marine pris sur les pages du roman et le trajet en train pris sur l'écran de l'intercité en suisse !

Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 22:20

jura.jpgTrois potes, trois motos, (presque) trois jours de libre, il ne reste plus qu'à trouver une destination !

 

L'un d'entre nous s'en est chargé pour nous faire découvrir notamment sa région d'origine et les deux autres l'ont suivi à la découverte de ces contrées.

 

Ainsi nous nous sommes retrouvés aux Rousses un vendredi soir avec un super soleil et sans trop de touristes c'est le moins qu'on puisse dire !

 

Un pot au bord du Lac, une fondue et voilà commence on passe une bonne soirée à la veille d'un week-end détente découverte !

 

Jurassic6501

 

Jurassic6502

 

Jurassic6504

 

Petit matin frais, un peu brumeux, agréable.

 

Jurassic65057

 

On reprend donc la route en pleine forme pour une brève incursion en Suisse au dessus du Lac de Joux, lui carrément dans la brume.

 

Jurassic65059

 

Dommage je gardais un bon souvenir des abords de ce lac....

 

Direction les petites routes de montagne. Là où les vaches ne peuvent regarder les trains passer.

 

Jurassic65063

 

Jurassic65062

 

Mais aussi direction Chateau Chalon. Superbe village dans un environnement remarquable !

J'y étais passé il y a quelques années lors d'une virée similaire mais sans rentrer dans le village. Cette fois ci, on en a bien profité avec notamment un excellent repas en terrasse à côté de l'église.

Un village qui vaut vraiment le détour, quelque chose qui respire encore un peu l'authentique sans que l'allure de ses rues n'aient été enlaidie par les boutiques à souvenirs et autres marchands de glaces ou de fringues à deux balles !

 

Jurassic65021

 

Jurassic65034

 

Jurassic65037

 

Jurassic65038

 

Après une longue pause, la chaleur motivant davantage pour la sieste que pour la route, on repart tout de même pour la Haute Saône, au nord de Dôle, au nord de Gray. D'autres paysages.On s'avance dans la journée. On zappe donc Arc et Senans. Ce sera pour une prochaine fois.

 

Jurassic65075

 

Jurassic65076

 

Soirée consacrée notamment à une séquence dégustation, oenologie. Hummm

 

Lendemain retour nettement plus humide. Qu'à cela ne tienne on peut encore profiter du dimanche. Direction Beaune et les vignobles alentour.  Avec tous ses noms de villages sonnant comme des grands crus classés !

 

Jurassic65044

 

 

Jurassic65046

 

Du restau, on surveille ... mais la pluie ne cesse pas !!

 

Jurassic65047

 

Retour par les routes de la Dombes, où le soleil ne brille guère plus !

 

 

Jurassic65087

 

Jurassic65085

 

Que reste-t-il d'un tel week-end ? Du bon temps passé avec des potes et c'est ce qu'il y a de plus précieux ! L'envie de retourner dans ces coins-là (ce sera pour mi-juin ...). La certitude encore renforcée que la route vaut la peine d'être parcourue, peu importe la météo. Les rencontres sont au bout de celle-ci ! Inventons nos propres road-movies !

 

Et repartons, .... après demain !

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 04:47

rade de plymouthS'il est carrément désagréable de rester en rade au sens figuré, il y a mieux à faire que de rester en rade au sens propre. Toutefois ...

 

Toutefois, la rade est un lieu que j'aime.

 

Bien sûr j'aime la mer, j'aime les ports.

 

Mais je n'aime pas vraiment l'ambiance des ports de plaisance et la ségrégation ainsi créée. D'autant plus, compte tenu de l'image qui colle à la voile et qui n'est qu'en partie exacte, mais c'est un autre sujet. (je vise le coût de ce loisir, pas toujours plus cher qu'un autre loin s'en faut, loisir par ailleurs porteur d'autres valeurs)

 

Toujours est-il que j'aime les rades qui pourtant n'ont pas toujours la cote !

 

J'ai d'abord découvert Lorient et cela reste un coin que j'adore.

D'ailleurs elle me manquait tellement que la revoir faisait partie de mes motivations pour aller au KOSS et je n'ai pas manqué d'y retourner en "pélerinage" !

Koss2308immat.jpg

La rade, prenons l'exemple de Lorient, c'est la mixité. Le lieu où les univers marins se cotoient. L'espace où le plaisancier ne peut que respecter les autres, ceux qui ont un rapport autrement intense avec la mer.

On est bien à Kernevel, le port de plaisance "new look" mais la vraie vie est elle-là ?

 

Parcourant la rade, on commence par se faire physiquement petit devant les navettes pour Groix : avant d'être un lieu pour s'amuser la mer supportait un mode de transport, encore en vigueur ici et là lorsque Bouygues n'a pas réussi à fourguer un pont au grand dam des îliens purs et durs.

 

Plus loin, le port de commerce voit le chargement et déchargement des marchandises. Les mondes plus ou moins lointains débarquent ici.

 

On s'enfonce dans la rade et on arrive au vieux port. Pourquoi est-ce davantage là que je vois le monde de la régate ? le club nautique doit être par là de mémoire ? De sacrés souvenirs, liés notamment aux régates de la VO, devenues Challenge Yannick Coho.  Une fois géré le paradoxe des banderolles "halte à la vie chère" sur des bateaux souvent synonyme de luxe, il restait le plaisir d'échanger, de partager et de pousser la porte de ce monde réputé fermé, en prenant soin de la garder ouverte pour le suivant !

 

CCAS 2006 004

 

La-mer--la-voile---. 1159

 

juin 2005 NVO régate 009

 

On vire au fond de la rade et on passe vers chez les bidasses. Militaire ou marin ? Dans ces cas je vois d'abord le marin. Et qui a souvent passé d'autres moments en mer que moi ! Mais on y reviendra à propos de Toulon ...

 

Les pêcheurs bien sûr ! On plaisante souvent avec les règles de priorité appliquées par les pêcheurs mais comment ne pas leur laisser la priorité. Respect !

 

Voilà ce petit monde, plutôt grand d'ailleurs!, qui me plait et que j'ai découvert à Lorient.

 

Je l'ai retrouvé à Cherbourg, autre lieu qui mériterait une autre réputation. Pas loin de La Hague qu'on ne connait aujourd'hui que pour le nucléaire, dommage !, Cherbourg de la même façon gagne à être connu. C'est là que j'ai appris l'"art" de la régate grâce aux entraînements d'hiver. D'autres rencontres mais le même univers où les différents mondes de la mer se retrouvent. Parfois même les anciens, très anciens !

 

Tour des ports de la Manche 029

 

Tour des ports de la Manche 089

 

Tour des ports de la Manche 092

(celle-là aurait mérité un peu de retouche, .... un autre jour !!)

Tour des ports de la Manche 049

 

Je garde un excellent souvenir également de Plymouth. Même ambiance. En ajoutant les pavés humides du vieux port et les pubs !

 

 

Enfin, last but not least, Toulon !

 

On la devine au loin ...

 

WE Valgaba650152

 

On croise ceux qui partent pour d'autres voyages. La croisière ne s'amuse probablement pas encore à cette heure ci.

 

WE Valgaba650156

 

On se gare vite. On se prend quelques minutes pour Plisson (1). Ne manque que le dauphin !!

 

WE Valgaba650157

 

On croise aussi ceux qui rentrent d'un autre genre de croisière ....

 

WE Valgaba650158

 

On est parfois bien content de franchir la digue pour trouver un abri mais dans tous les cas c'est un moment important dans le voyage.

 

WE Valgaba650159

 

Toulon c'est peut-être là plus qu'ailleurs qu'on ressent la présence de la Marine Nationale. Ou bien est-ce en raison du souvenir de mon père qui me parlait de son vécu de marin là-bas ?

 

WE Valgaba650173

 

 

Pas que ... il y a quand même une présence dès l'entrée en rade

 

WE Valgaba6506

 

Toulon c'est aussi plus facile pour s'y baigner (même si Larmor Plage a son charme) ne serait-ce que pour la température de l'eau. Mais on reste en rade pour l'ambiance !

 

WE Valgaba650174

 

WE Valgaba650172

 

La rade est cet endroit où on peut se perdre dans d'autres univers, voire s'échouer ...

 

WE Valgaba650167

 

La rade c'est, un peu plus qu'un port, le lieu où l'on rêve d'ailleurs, même le temps d'un voyage en bateau bus.

 

WE Valgaba650180

 

Nota : ces photos, comme celles du Petit matin marin , ont été prises avec un Canon Ixus. Décidément je l'adore ce petit appareil !!

 

 

(1) : la fameuse photo de Plisson  plisson-philip-le-dauphin-pilote.jpg

Repost 0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 22:04

Ancre.jpgIl est des matins où le monde appartient vraiment à ceux qui se lèvent tôt.

 

On le pressent la veille. "Demain je me lèverai tôt". Pas de besoin de réveil. Sans se l'avouer on espère bien, vu les circonstances, qu'on ne sera pas seul au rendez-vous : le soleil saura récompenser encore une fois celui qui assiste à son lever !

 

Alors on se couche en y pensant un peu.

 

On ouvre l'oeil. La phase réveil ne dure pas longtemps : hâte de voir ce qu'il en est !

 

On met le nez dehors : yes. La météo est top !

 

Le temps de passer un vêtement presque chaud (le chauffage solaire n'est pas encore en fonction) et on est sur le pont.

 

Pétole. On peut lever l'ancre seul fastoche. Alors go !

 

Moteur en route, on appuie sur ON et la chaîne d'ancre retrouve lentement sa place.

 

En avant, cap au 230°

 

AubeBregançon1

 

6h11 (vive les exifs hein JC !), la côte s'est déjà un peu éloignée.

On jette régulièrement un oeil sur l'horizon. On sait qu'il n'y aura que quelques deux ou trois minutes pour admirer THE spectacle du lever du soleil.

 

 

AubeBregançon2

 

6h20 : et voilà celui qu'on attendait. Quelques minutes pour admirer la scène. On a d'yeux que pour lui.

 

Ce sont décidément des moments magiques.

 

Mais, si la suite se la jour moins "vedette", il en reste pour les mirettes !

 

AubeBregançon3

 

6h38 : on ne s'en lasse pas ... du moins JE ne m'en lasse pas.

 

 

AubeBregançon4 

6h48 : same player shoote again.

 

 

  AubeBregançon5

 

6h57 : ne te retourne pas, on est suivi !

 

 

AubeBregancon6.jpg

 

7h02 : le final de ce spectacle

 

Il y a des jours où on souhaiterait mieux dormir. Et d'autres, ... non !

Repost 0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 22:52

 koss2012Je le disais pour Galliano.  C'est vrai pour d'autres styles musicaux. Un grand concert rock au POPB ou à la Halle c'est top.

 

Mais "Dieu" que c'est bon également un petit concert bien cool en plein air pour quelques dizaines, happy few sur ce coup-là !

 

Ainsi ce week-end au KOSS on a été gâté !

 

Aucun groupe ne déméritait mais j'ai vraiment bien aimé Black Tartan Clan et plus encore, j'aurais dû acheté le CD !, Las Vargas.

 

En plus ces deux groupes étaient bien sympas à photographier : que du bonheur ! Avec le même classement : je me suis vraiment bien amusé à "shooter" Las Vargas ; çà se voit ? Je l'espère !

 

Quelques photos, d'eux et d'autres, puis deux montages avec leur zik. Si votre route croise la leur, n'hésitez pas. Cela peut même mériter un détour ... de 880 kms !

 

PS : à propos de route, Black Tartan Clan .... c'est belge.

 

Koss212

 

 

The Eights

 

Koss210

 

Black Tartan Clan

 

Koss227

 

Koss233

 

Koss239

 

On suit avec Lucifer Star Machine

 

Koss2246

 

Koss2247

 

Koss2249

 

Et, enfin, Las Vargas

 

Koss2151

 

Koss2161

 

Koss2163

 

Koss2164

 

Koss2165

 

Koss2167

 

Koss2170

 

Koss2173

 

Koss2182

 

Koss2193

 

 

Koss2198

 

Koss2201

 

Allez, en musique !

 


LasVargas KOSS2012 par Astorswiss

 

 



BlackTartanClan KOSS2012 par Astorswiss

Repost 0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 22:25

Hey-Joe.jpg

Ainsi donc, j'essaie d'apprendre à jouer de la guitare.

 

L'un de ces derniers cours, le prof me lance sur Hey Joe.

 

Alors ? Cela va mieux à écrire sur un blog en tant qu'anonyme qu'à raconter pour de vrai !

 

Pas vraiment de bonne heure on se décide à apprendre et au bout de quelque cours c'est carrément un des titres mythiques qu'on vous propose d'apprendre.

 

Quand vous avez commencé à parler de ce plaisir d'apprendre à droite, à gauche, vous osez à peine dire quelques semaines plus tard que vous essayez de jouer un Hendrix. Vous voyez le genre : c'est un peu le mec qui apprend à conduire et parle de la technique de conduite d'un champion de F1 ou le gusse qui commence à peindre et qui entame une copie de toile de maître. Au sens propre : in-croyable !

 

En fait, la réalisation d'un rêve. L'atteinte de l'inaccessible.

 

Evidemment je ne suis pas en train de dire "tellement doué qu'en quelques mois je peux jouer comme çà". Je dis juste, pour ceux qui ne le connaîtraient pas, le plaisir qu'on peut atteindre facilement en quelque mois de savoir jouer quelque chose qui "ressemble à". D'abandonner le stade de l'air guitar en quelque sorte !!

 

On essaie. On rame. On emprunte un CD à la biblio. On met Hey Joe "sur la platine" et là on se dit "çà ressemble, quand même" !!!

 

Du coup çà donne envie d'en savoir plus sur Hey Joe. Hey Joe qu'on attribuerait facilement à Hendrix mais dont les droits ont été déposés par un certain Billy Roberts .... sans qu'il soit clairement établi qu'il en soit l'auteur. Histoire d'un homme qui a tiré sur sa femme et s'enfuit.

 

Mais aussi Hey Joe dont il existe une infinité de versions. J'aimais bien celle de Willy De Ville. Tout à l'heure j'ai récupéré celle de Poppa Chubby.

 

En voilà quelques uns ; vous me direz ?

 

Si je vous dis qu'ils n'arrivent pas tous à égalité dans mon classement, je ne vous surprendrai probablement guère !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paroles et traduction de "Hey Joe"  (copié sur lacoccinelle.net)

Hey Joe (Hey Joe)

Hey Joe, where you goin' with that gun in your hand ?
Hey joe, ou vas-tu avec ce flingue à la main ?
Hey Joe, I said where you goin' with that gun in your hand ?
Hey joe, j'ai dit ou vas-tu avec ce flingue à la main ?
Alright. I'm goin down to shoot my old lady,
Eh bien, je vais aller buter ma nana
You know I caught her messin' 'round with another man.
Tu sais, je l'ai vue avec un autre homme
Yeah, ! I'm goin' down to shoot my old lady,
Ouais, je vais aller buter ma nana
You know I caught her messin' 'round with another man.
Tu sais, je l'ai vue avec un autre homme
Huh ! And that ain't too cool.
Huh ! Et ce n'est pas vraiment cool

Uh, hey Joe, I heard you shot your woman down,
Uh, hey Joe, j'ai entendu dire que tu avais tué ta nana
You shot her down.
Tu l'as flinguée
Uh, hey Joe, I heard you shot you old lady down,
Uh, hey Joe, j'ai entendu dire que tu avais tué ta nana
You shot her down to the ground. Yeah !
Tu l'as descendue. Ouais !

Yes, I did, I shot her,
Oui, je l'ai fait. Je l'ai flinguée
You know I caught her messin' 'round,
Tu sais je l'ai vue en train de déconner
Messin' 'round town.
Déconner en ville
Uh, yes I did, I shot her
Uh, oui je l'ai fait, je l'ai flinguée
You know I caught my old lady messin' 'round town.
Tu sais je l'ai vue en train de déconner en ville
And I gave her the gun and I shot her !
Et je lui ai donné le flingue et j'ai tire

Alright
Eh bien
(Ah ! Hey Joe)
Ah ! Hey Joe
Shoot her one more time again, baby !
Bébé, j'ai tire dessus une fois de plus
(Oo)
(Oo)
Yeah.
Ouais.
(Hey Joe ! )
(Hey Joe)
Ah, dig it !
Ah, creuse le !
(Hey)
(Hey)
Ah ! Ah !
Ah ! Ah !
(Joe where you gonna go ? )
(Joe ou vas-tu aller ? )
Oh, alright.
Oh, d'accord

Hey Joe, said now,
Hey Joe, dis nous
(Hey)
(Hey)
Uh, where you gonna run to now, where you gonna run to ?
Uh, ou vas tu t'enfuir maintenant, ou vas-tu aller ?
Yeah.
Ouais.
(where you gonna go ? )
(ou vas-tu aller ? )
Hey Joe, I said,
Hey Joe, j'ai dit
(Hey)
(Hey)
Where you goin' to run
Ou vas-tu aller ?
To now, where you, where you gonna go ?
Et maintenant, ou vas-tu aller ?
(Joe ! )
(Joe ! )
Well, dig it !
Eh bien, creuse le !
I'm goin' way down south, way down south,
Je vais vers le sud, vers le sud
(Hey)
(Hey)
Way down south to Mexico way ! Alright !
Dans le sud au Mexique ! D'accord !
(Joe)
(Joe)
I'm goin' way down south,
Je vais vers le sud
(Hey, Joe)
(Hey, Joe)
Way down where I can be free !
Dans le sud ou je peux être libre
(where you gonna... )
(ou vas-tu …)
Ain't no one gonna find me babe !
Personne ne va me trouver bébé
(... go ? )
(…aller ? )
Ain't no hangman gonna,
Il n'y aura pas de potence
(Hey, Joe)
(Hey, Joe)
He ain't gonna put a rope around me !
Il ne me passera pas la corde autour du coul
(Joe where you gonna. . )
(Joe ou vas-tu …)
You better belive it right now !
Tu ferais mieux d'y croire tout de suite !
(... go ? )
(…aller ? )
I gotta go now !
Je dois y aller maintenant
Hey, hey, hey Joe,
Hey, hey, hey Joe,
(Hey Joe)
(Hey Joe)
You better run on down !
Tu ferais mieux d'y aller
(where you gonna... )
(ou vas-tu …)
Goodbye everybody. Ow !
Au revoir tout le monde. Ow !
(... go ? )
(…aller ? )
Hey, hey Joe, what'd I say,
Hey, hey Joe, qu'est ce que j'ai dit.
(Hey... ... ... ... ... ... ... . . Joe)
(Hey... ... ... ... ... ... ... . . Joe)
Run on down.
Enfuis toi
(where you gonna go ? )
(ou vas-tu aller ? )

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 21:58

montemartini-blue-note.jpg

Préambule : cherchant une image de ce musée-centrale alors que j'apprends le blues, cette image tombe à point !

 

Lorsque nous visitons une grande ville, et c'est un vrai plaisir, il y a un temps pour chaque chose : visiter des incontournables, parcourir les rues, longer le fleuve, passer du temps aux terrasses ou dans un café de quartier, un marché, etc. et ... découvrir des lieux un peu à l'écart des sentiers battus, d'un nouveau genre (ou d'un genre abandonné d'ailleurs !).

 

Non pour le plaisir de ne pas être le touriste moyen ou que sais-je (on n'y échappe pas !) mais simplement parce que c'est synonyme de découverte et d'étonnement, de "remise en cause".

 

A Rome ce fut notamment le choix pour le musée "Centrale Montemartini". En fin d'article vous en saurez méthodiquement plus avec des extraits du site officiel.

 

Disons en un mot que dans un quartier encore peu reluisant de Rome (un quartier bobo de demain ?), on a installé un musée dans une ancienne centrale thermo-électrique. Quand on trouve cela dans le guide, on se dit qu'il y a deux possibilités. Soit c'est l'attrape nigaud façon racolage : "çà claque donc vont venir les épris d'originalité". Soit çà vaut effectivement le détour parce que le truc fonctionne.

Et çà valait le détour !

Métro, marche dans un quartier de Rome pas terrible que l'on sent en mutation, vue sur les installations industrielles, le tout par un temps très moyen : ambiance !

Alors on arrive à la centrale. Pas un chat. On croisera moins d'une dizaine de  visiteurs seulement dans le musée pendant environ deux heures de visite !

 

Une installation qui a du charme. Les deux dimensions se renforcent :

- l'envie de visiter un musée permet de voir une installation industrielle un peu ancienne, d'imaginer les hommes et les femmes à la manoeuvre derrière les leviers observant les manomètres.

- la curiosité de visiter une usine peut amener à passer plus de temps devant des sculptures qu'on y passerait ordinairement.

 

Il y a ensuite le cadeau Bonux ! Le plaisir qui naît de la juxtaposition des deux. Et ce n'est pas le moindre !

 

En résumé, vous l'avez compris, si vous visitez Rome, un détour par là n'est pas du temps perdu si le séjour à Rome dépasse le week-end !

 

Une idée du lieu et de son environnement ?

 

Montemartini (27)

 

Montemartini (21)

 

Montemartini (11)

 

Montemartini (12)

 

 

Montemartini (14)

 

 

Montemartini (23)

 

Montemartini (29)

 

Montemartini (38)

 

Montemartini (43)

 

 

Montemartini (46)

 

Montemartini (6)

 

Une sélection plus complète :

 

 

 

 

"L’histoire du nouveau pôle d’expositions des Musei Capitolini à l’ancienne Centrale Thermoélectrique Giovanni Montemartini, exemple extraordinaire d’archéologie industrie reconverti en siège muséal, a commencé en 1997 avec le déménagement de centaines de sculptures à l'occasion des travaux de réaménagement de larges secteurs du complexe capitolin.

C‘est pour dégager les espaces du Musée de Palazzo dei Conservatori, Museo Nuovo et Braccio Nuovo tout en permettant au public de ne pas cessé d’avoir accès aux œuvres, que les locaux restaurés de la première centrale électrique publique romaine ont accueilli dès 1997 une exposition intitulée ’Les machines et les dieux’, dans un curieux rapprochement de deux mondes diamétralement opposés comme le sont l’archéologie classique et l'archéologie industrielle.
  (...)

Lors du retour d'une partie des sculptures au Capitole en 2005 à la conclusion des travaux de réaménagement, ce splendide espace muséal, conçu initialement comme une solution temporaire, a été confirmé en fait comme siège permanent des collections d'acquisition plus récente des Musei Capitolini."

 

 

 

"Le propre musée est inséré dans un projet plus vaste de requalification de la zone Ostiense Marconi qui prévoit la reconversion en pôle culturel de l’aire de plus ancienne industrialisation de la ville de Rome (une zone qui comprend, outre la centrale électrique Montemartini, l’Abattoir, le Gazomètre, les structures portuaires, l’ancienne usine Mira Lanza et les anciens Marché Généraux), avec l’installation définitive des campus universitaires de Roma Tre et la réalisation de la Città della Scienza."

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 17:35

Brancion.jpgVoilà ce qu'évoquait pour moi il y a peu de temps Brancion : une porte parisienne !

 

D'ailleurs lorsque j'ai fixé rendez-vous il y a peu au téléphone pour Brancion, cela a donné quelque chose du genre "on se donne rencard vers Tournus dans un petit village. C'est le nom d'une station de métro. Quand çà me revient je te rappelle" !

(d'ailleurs ce n'est même pas une station de métro mais une station de tram)

 

Le rapport entre les deux m'a été donné par le patron de la charmante auberge qui se trouve dans les murs du village : l'auberge du vieux Brancion. En fait c'est un général de Napoléon III qui voulait se donner des allures de nobles, a repris le nom à particule d'un de ses aïeux qui est chatelain dans ce village de Saône et Loire. Comme le dit général a été un bon général et a gagné une bataille, on a donné à une porte de Paris son nom. Et ainsi la porte allait devenir plus célèbre que le chateau !!

 

Que reste-t-il du village d'origine ? Je n'ai pas visité le chateau mais le village est vraiment sympa. Très petit. Sans voiture et sans la traditionnelle cohorte de boutiques de souvenir.

 

Cluny20

 

 

Cluny21

 

Avec une belle église et une superbe vue sur les environs.

 

Cluny18

 

Cluny16

 

Cluny12

 

Cluny11

 

Quand, en plus, on y joue de la harpe c'est du bonheur !

 

Cluny10

 

Je serais moins "bavard" sur Cluny. Belle petite ville avec une bonne ambiance.

Chapeau aux gestionnaires concernés : il reste finalement très peu de chose de ce que fût la Maior Ecclesia (rien que le nom de baptème attire !). Pour autant on nous fait très bien ressentir ce que cela a été. Ce qu'il reste aujourd'hui est bien mis en valeur. La visite de l'ensemble est bien agréable, aujourd'hui ponctuée par de la technologie (reconstitution en image de synthèse et autre "réalité augmentée".

 

 

 


Extrait Maior Ecclesia 2010 par ClunyNumerique

 

 

 La promenade sur le site permet d'assouvir sa soif de déclenchements et on repart avec encore quelques photos à trier classer etc ... et surtout le souvenir d'une journée agréable sur ces deux sites (faut-il le préciser : la route entre les deux est une belle route pour les virées moto !).

 

 

Cluny47

 

Cluny58

 

Cluny59

 

Cluny62


Cluny66

 


Cluny73

 

 

 

Cluny78

 

D'autres photos sur Cluny et sa région dans l'album sur le Clunysois

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 11:56

richard-gallianoTrivy : 278 habitants en 2009 d'après Wikipedia (deux cent soixante dix huit)

 

Une église, adaptée aux dimensions du village.

 

Vendredi soir nous devions être de l'ordre de deux cents. Un peu plus ? Peut-être.

 

Mais un trio extraordinaire sur la petite scène de l'église : celui de Richard GALLIANO avec Jean-Marie ECAY à la guitare et Jean-Philippe VIRET à la contrebasse.

 

On reviendra bien sûr à GALLIANO mais Jean-Philippe VIRET accompagne également Didier LOCKWOOD et m'a paru vraiment assurer dans ses solos et son accompagnement. A propos d'accompagnement, la sono était tout à fait correcte. GALLIANO l'a fait reprendre une fois ou deux avec un ton très cordial (pas la star qui critique les gars du coin). GALLIANO était d'ailleurs très attentif à la qualité puisqu'il s'est aussi inquiété de la fermeture de la porte de l'église pour l'acoustique !

 

J'ai beaucoup aimé le jeu à la guitare de Jean Marie ECAY qui accompagne ou accompagnait pour sa part également NOUGARO, HIGELIN, DEE DEE BRIDGEWATER. Jean Marie ECAY paraît complètement dans l'émotion de ce qu'il joue.

 

A ce propos, très bien placés (mais on ne pouvait guère être mal placé dans ce contexte !), au troisième rang, nous pouvions apprécier les échanges entre musiciens d'un signe, un regard. Une complicité qui doit être fort agréable dans le jeu d'un tel trio.

 

Un concert de deux heures, entr'acte inclus. Un concert dans un village c'est autre chose.

Bien sûr voir GALLIANO à Fourvière c'est top ! Journée de boulot. On prend la moto pour sa faufiler entre les voitures. La nuit qui tombe sur Lyon. Une bière à l'annexe du Ninkasi. Sympa !

Version campagne c'est pas mal non plus. Barbecue. En voiture car pas d'embouteillage. Un verre de blanc à la pause dans la salle des fêtes. Devant laquelle on peut remercier GALLIANO et ses musiciens en toute simplicité à la sortie. Pas mal non plus !

 

Le concert était extra, est-il besoin de le préciser. Un programme varié dans le style et le jeu. Une bonne place laissé par GALLIANO à ses deux acolytes. Des choses moins connues et quelques incontournables comme Chat Pitre, Libertango joué dans un medley mais aussi ce superbe Tangaria qui me prend aux tripes à chaque fois !

 

Une très belle fin après un rappel. Richard GALLIANO lance la salle pour chanter a capella sur La Javanaise. C'était tellement bien amené dans une ambiance tellement sympa que je me surpris à chanter !

 

Une excellente soirée. Mille mercis à l'association Jazz in Trivy. Nous avons pu dire à son président, simple et passionné à quel point nous trouvions extra qu'il ait su faire venir un tel musicien (ce n'est pas son coup d'essai ; l'an dernier il y avait Liz Mac Comb) ... et comment nous serions vigilant à sa programmation pour ne pas se priver d'un tel plaisir !

 

 

 

 

GallianoTrivy1.jpg

 

Le trio sur la petite scène de Trivy

Repost 0

Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche