Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 04:10

Tokyo Electronique

La couverture, le titre, l'idée de lire un recueil de nouvelles de divers auteurs ont déclenché l'envie.

 

L'idée fondatrice de ce recueil a été de "demander à des écrivains japonais d'écrire une fiction d'une quarantaine de pages, dans laquelle le Tôkyô d'aujourd'hui, ou un quartier librement choisi, serait le maillon essentiel, dans l'espoir que s'y révéleront les sentiments des romanciers pour ce Tôkyô où ils vivent, que s'y dessineront leurs façons d'appréhender la cité".

 

Ce pari est gagné. Ce sont de belles promenades dans la ville. Pendant le temps de la lecture, on est certes dans l'univers de l'écrivain mais on est aussi ailleurs, là-bas, dans cette ville qui m'a ainsi séduit.

 

Dans une postface très intéressante, la traductrice, Corinne Quentin citons-là, dit  de Tôkyô : chaos, hétérogénéité, cacophonie, démesure, laideur. Il reste que les grandes villes sont envoûtantes. Tôkyô décrite dans ces nouvelles n'y échappe pas.

 

Voilà pour la ville. Mais l'univers créé par les romanciers ?

 

Après avoir lu les deux premières nouvelles, de Muramatsu Tomomi et Morita Ryûji, mon sentiment était du style "sympa, se lit facilement mais ne me laissera pas un souvenir impérissable"

 

On aborde alors la nouvelle de Hayashi Mariko, Amants pour un an. C'est alors en plus de la plongée dans la ville, un aperçu de coeurs japonais, assez réussi. Charmant en tous cas.

 

Les deux dernières m'ont carrément bien plu et me font encore sourire en tapant sur le clavier en cette fin de nuit d'insomniaque !

 

Shiina Makato plante La tente jaune sur le toit. Un salairé japonais se retrouve à dormir dans une tente installée sur la toiture terrasse de son immeuble de bureau. Ce passage dans cet univers décalé donne, au sens propre aussi, une autre vision de la ville. Et j'adore ces situations où on pousse un peu les curseurs pour nous amener au bord de l'étrange et du rêve.

 

Enfin, avec Fujino Hhiya,  c'est une petite fille qui s'interroge sur la possible présence d'Une ménagère dans un poste de police :" Dis, Maman, pourquoi est-ce qu'il n'y a pas de femmes dans les postes de police ?".

Après quelques pages, il se confirme que c'est le fil directeur de la nouvelle. Un coup d'oeil sur le livre montre qu'on en prend pour soixante pages. En compagnie de Mika la petite fille, sa mère et ... Pi-po la mascotte des policiers japonais. On termine finalement cette nouvelle sans queue ni tête avec un excellent souvenir de ces tribulations devant les postes de police japonais et autres lieux tels qu'un ascenseur bondé. Même le claustrophobe que je suis !

 

Un recueil sympa finalement. Et deux auteurs vers qui je reviendrai si l'occasion se présente !

 

 

Pour terminer, Pi-Po en personne :

(photo issue d'un blog sur l'art contemporain qui semble très intéressant (le blog ; l'art également mais çà vous connaissez déjà mon point de vue ))

 

pi-po.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cachou 22/12/2012 08:14


Ca donne effectivement bien envie ^_^. Bon, ben il attendra 2-3 semaines, le pauvre...

ASTOR 22/12/2012 18:08



Si en déballant les cartons il n'y en pas un autre qui en profite pour ravir ton attention ....


PS : en déballant les cartons, je me suis dit que c'était l'occasion unique de référencer bouquins BD CD. Le millième bientôt. Lequel ce sera ?



L. HATEM 22/12/2012 07:50


Il ne te reste plus qu'à faire un saut au Japon pour finir d'apprécier tout ça... :o)

ASTOR 22/12/2012 18:06



çà va se terminer comme çà probablement ! mais pas demain ....



Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche