Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 21:51

moitessier.jpg

Il y a quelques mois, suite à la lecture de l'édito de Zed dans Freeway, j'écrivais les quelques lignes suivantes dans un forum Harley :  

 

"Moitessier from Wikipedia
En 1968, il participe à la première course autour du monde, en solitaire et sans escale, le Golden Globe. Alors qu'il est en tête, il renonce à couper la ligne d'arrivée, abandonne la course, et continue, toujours sans escale, en direction de l'océan Indien. Après dix mois de navigation, son périple s'arrête en Polynésie.

Il le relate dans "La longue route" (from Wikipedia encore) :
Il prend le départ du Golden Globe Challenge en 68 (pas n'importe quelle année hein !)
Alors que tout le monde l'attend en vainqueur (au train où il avance, il dépassera bientôt Robin Knox-Johnston, parti bien avant lui), Bernard Moitessier, passant pour la seconde fois le Cap de Bonne-Espérance, catapulte à l'aide d'un lance-pierre un message sur un cargo : « Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. » Pour lui, partir d'Europe pour revenir en Europe, c'était comme partir de nulle part pour revenir nulle part.

Moitessier qui raconte comment et pourquoi il se décide à renoncer à la course et à poursuivre son chemin, c'est du grandiose.

Moitessier aurait pur être un biker pur et dur, un mec qui reste après une super concentre parce que sa bécane se sent bien sur les routes du pays, voire un gars qui ne va pas à la concentre parce que la route est belle (bon, sur le côté voir les potes, le parallèle a ses limites !!)

Néanmoins, merci de faire de Moitessier un membre d'honneur du forum à titre posthume !

Moitessier et La longue route, pour le voileux, çà vaut en terme de mythe Easy Rider pour le biker ; alors vous imaginez mon émoi en lisant ces lignes.

Mais Moitessier, La longue route, alors qu'est-ce que çà fout dans un édito de Zed ?

Zed parle de ces bécanes d'aujourd'hui qui ne sont plus conformes à son image de la brèle. Perdu dans ses pensées il entend puis voit le pur biker sur un pur chop rigide, qui fait le bruit qu'il faut, qu'il ride sans casque, les cheveux au vent.

Plus tard Zed arrive là ou se tient une épreuve du championnat du monde custom et où il voit un max de motos qui sont inroulables. Il n'y voit pas le biker cité plus haut et imagine alors qu'il a pu décider de poursuivre sa route sans s'arrêter là, tel un Moitessier de l'asphalte, pour ne pas perdre son âme.

Et la comparaison est belle. Ce sont ces jours superbes où on est bien sur sa moto, sur un voilier et on n'a pas envie que çà s'arrête. Et c'est vrai aussi que ce feeling là on l'a certainement plus facilement sur un voilier que sur un paquebot, sur une machine avec laquelle on sent la route que sur un pullman à deux roues qui vous filtre bien les sensations du goudron, du vent, de l'air frais de la cascade à côte de laquelle on vient de passer, des senteurs de pin, ….

(En prime un clin d'œil à l'image du hobo qui m'a également bien plu ; je sais pas si vous avez vu le clip de Charlie Winston mais çà aussi çà fait penser à la route que nous aimons)."

 

J'avais envie de reprendre ces lignes dans ce blog non pour me citer (!!), ou recycler, mais parce que ce qu'il y a derrière m'importe, mais aussi pour parler d'un autre voileux peut-être encore plus bluffant que Moitessier : Joshua Slocum seul-etc-slocum.jpg

C'est le gusse qui a fait le premier tour du monde en solitaire sur un voilier. Bon, jusque là on peut se dire qu'il a simplement été le premier (comme d'autres sont les premiers à faire un record débile pour le Guiness !!).

 

Si on ajoute que c'était sur un onze mètres, c'est déjà plus fort.

 

Mais la scène se passe de 1895 à 1898 !!!

 

Rappelons-nous le confort apporté en nav. par le GPS, mesurons simplement la différence de confort que l'on ressent au cours de quelques heures en mer entre une veste de quart respirante et une non respirante ... pour avoir une idée de ce qu'il a pu endurer avec les conditions matérielles de la fin du 19° siècle !

 

Et si aujourd'hui la course au sponsor, la recherche de notoriété, de gloire (!), l'idée de se faire du fric en vendant un bouquin ou des DVD, ou que sais-je encore en terme d'objectif propre à notre société peuvent être une motivation, ce bonhomme n'avait qu'une motivation plus personnelle et intime. D'ailleurs que déclare-t-il à la fin de son périple : "(..) ce qui compte le plus est l'expérience acquise pendant mes années de navigation, où j'appris avec ardeur les lois de Neptune, afin de m'y conformer exactement en traversant seuls les océans...".

 

Comme on dit aujourd'hui, et sans crainte de l'anachronisme :              "Respect M. Slocum"

Partager cet article

Repost 0
Published by ASTOR - dans En général
commenter cet article

commentaires

Terminator 13/05/2010 11:02


Il s'agit de "Robinson des mers du Sud" de Tom NEALE.
Mon amie m'a offert ce livre avec une photo dédicacée où elle s'appuie sur la pierre tombale de l'écrivain sur l'ile de Suvarof.

Bonne lecture, Terminator.


ASTOR 13/05/2010 12:07



Merci pour le titre. Faudra que je regarde çà !



Terminator 12/05/2010 20:19


Une amie, multi-tourdumondiste par étapes, m'a offert le livre de Tom NEALE qui a cotoyé MOITESSIER.
Je me suis régalé même s'il ne s'agit pas de navigation...
J'ai hâte que nous nous retrouvions dans le carré du ANACHARSIS pour parler de tous ces voyages...
Amitiés, J-R


ASTOR 13/05/2010 08:35



Volontiers ! çà fait un moment qu'on en parle, faudra qu'on trouve le temps. Ah, ce fichu temps qu'on ne trouve jamais ...


D'ici là j'aurai regardé ce qu'est ce livre de Tom Neale ...


Amicalement. 



Où Êtes-Vous ?

  • : Le blog d'Astor !
  • Le blog d'Astor !
  • : Journal de mes découvertes : en me déplaçant (à pied, en moto, en bateau, en métro, ...), en lisant, en jouant, en regardant et photographiant, ...
  • Contact

"Droits"

Licence Creative Commons
Ce(tte) "œuvre" est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Formulé autrement, je ne suis pas opposé à l'utilisation des textes et photos ... mais pas ni'mporte comment !

Merci de prendre connaissance des conditions de la Licence Creative Communs avant toute utilisation du contenu.

Recherche